hardcore/punk

Young Mountain – Lost Tree

Né en 2013 du côté de Gothenburg, Young Mountain est un groupe jouant à la croisée des genres. Basé sur une ligne directrice screamo meets post-rock (en même temps avec un nom hérité d’un album de This Will Destroy You, on s’attendait à en trouver !), le quartet n’hésite pas à graduer son intensité allant tantôt dans une douceur presque naïve indie quitte à partir tout à l’opposé dans des tempos black metal furieux et une lourdeur post-metal (enfin, pas trop souvent non plus). Des directions très variées pour un album à l’atmosphère générale particulièrement ténébreuse.

NoiSays – S/T

Tout jeune groupe fondé en début d’année du côté de Baltimore, NoiSays a apparemment toujours su ce qu’il voulait faire et n’a pas souhaité trop attendre avant de livrer un premier full-length. Ce qu’il a voulu faire: du mathcore, mais attention, le mathcore version « début des années 2000 », tout en frénésie, liberté d’écriture et imprévisibilité.

Cortez – No More Conqueror

L’album le plus intense de l’année, ne le cherchez plus, il est là. Déjà revenus en 2013 après plusieurs années de silence avec le très bon Phoebus, les suisses semblent plus que jamais décidés à prouver que la maturité et l’expérience leur va à ravir puisque ce No More Conqeror, tout résolument différent des précédents albums qu’il soit (et il l’est !), est à mon sens leur meilleur album. Il faut dire que si j’avais beaucoup apprécié Phoebus, ce n’était pas le cas du premier album Initial qui m’a toujours méchamment tapé sur le système avec son hardcore / post-hardcore [...]

Atrament – Scum Sect

Atrament fait enfin son retour ! Composé d’actuels et anciens membres de la fine fleur de la brutalité californienne actuelle (Vastum, Necrot, Mortuous, Abstracter, Moral Void, Black September), le quartet vient donner une suite toute aussi véhémente à son excellent premier LP. Mélangeant une fois de plus la radicalité du crust/punk à la putréfaction du black/death, la recette est une fois de plus une orgie de bestialité.

Happy. – Cult Classic

Pour certain d’entre vous, le titre Cult Classic doit vous remettre en tête l’un des meilleurs albums de hardcore chaotique de l’Histoire (oui carrément !). Sorti en 2004, Scarlet avait signé sur Ferret Music un premier full-length d’une incroyable intensité, toujours aussi efficace 14 ans plus tard et que je pourrais mettre sans hésiter dans mon Panthéon personnel. Alors quand arrive un petit groupe nommé « Happy. » et qui affuble son premier album Cult Classic d’une boite de pop-corn sur un fond bleu assez dégueulasse, on est en droit d’être un brin perplexe !

Dödsrit – Spirit Crusher

Si vous n’étiez pas au courant, Totem Skin n’est plus. Le groupe de blackened crust suédois a décidé de cesser ses activités il y a un peu plus d’un an. Christoffer Öster, son guitariste, n’est pas resté très longtemps sans rien faire puisqu’il a fondé un nouveau projet solo nommé Dödsrit, un projet qui a sorti un premier EP en juillet dernier avant d’en donner déjà une suite deux petits mois plus tard, le bonhomme ayant l’air assez hyperactif !

Trash Boat – Crown Shyness

Figure montante pop-punk anglaise, Trash Boat sort son second album sous la houlette d’un certain Andrew Wade (The Ghost Inside, A Day To Remember etc.) à la production, une personne qui va avoir son influence sur le son de ce Crown Shyness. En effet, à la manière d’un Robert Pires 1998 era, Trash Boat a musclé son jeu, sonnant désormais un peu plus du côté du hardcore mélodique.

Euclid C Finder – A Standard Basis For The Set Of All Discontent

Euclid C Finder est le projet solo de Michael Mehl de Kiss The Sky Goodbye, Neck First et Egarra. Des groupes qui doivent d’emblée titiller les amateurs de « Myspacecore ». Un peu comme sur ses groupes d’origines, le gaillard mixe grind et mathcore dans une incroyable frénésie.

Vegan Fox – Vegetables

Les amateurs de calembours sont aux anges, l’image d’une Megan Fox devant une assiette de crudités ne veut déjà plus me quitter à la lecture du nom de ce jeune groupe originaire de Montpellier. Composé de membres de Quasar, Eight/Years et Weaksaw, le quartet ne fait pourtant pas vraiment rire quand on les écoute, basant son propos sur un crust hardcore bien énervé.

Idles – Joy as an Act of Resistance

Ça y est, la reconnaissance semble enfin en bonne voie d’acquisition pour les anglais d’Idles qui auront donc su avec ce nouvel album Joy as an Act of Resistance, battre le fer tant qu’il était chaud, suite à la sortie en mars 2017 du déjà très bon Brutalism. L’inspiration semble là et bien là et le groupe a bien raison d’en profiter. Ça tombe bien d’ailleurs car les auditeurs que nous sommes en profitent également en ayant désormais un album encore meilleur que le premier à se mettre dans les feuilles… Pensez-vous, même la Fnac en parle comme d’un des [...]