hardcore/punk

Wildspeaker – Spreading Adder

Quand les punks trouvent leurs inspirations dans le metal extrême… Le blackened crust, ou fusion de black metal et de crust comme son nom l’indique, connait un engouement d’un peu partout, ce qui peut faire redouter un futur « trop-plein » de groupes du genre. Enfin en attendant (ou pas) ce moment, délectons-nous de ce Spreading Adder, second album des texans Wildspeaker, galette exemplaire en terme d’efficacité…

Employed To Serve – The Warmth Of A Dying Sun

Malgré le fait qu’il soit sur la route des tournées quasiment non-stop, Employed To Serve a trouvé le temps de réaliser la suite de Greyer Than You Remember, son excellent premier album sorti il y a déjà deux ans. Les cinq anglais n’apparaissent pas fatigués pour autant, livrant un second long-format aussi explosif et chaotique que son prédécesseur, mais contrasté de nombreux passages plombés d’un fort beau gabarit. Un « léger » renouvellement n’altérant en rien la puissance dégagée par le groupe, au contraire !

Ostraca – Last

Mine de rien, la Virginie a été le berceau de pas mal de groupes cultes de la scène emo (violence)-screamo, Pg.99 et Majority Rule (tous deux vont d’ailleurs exceptionnellement se réunir très prochainement pour quelques concerts US, je suis dans ma jalousie) entre autres, ayant marqué le style de leur empreinte. Très certainement influencé par ces deux illustres groupes, le jeune trio Ostraca se réapproprie donc leur mélange, entre urgence, tension et émotions, dans ce nouvel EP.
Last démarre par un « Waiting For The Crash » entre deux eaux, une déferlante de cris rageurs d’abord (quelque peu contrebalancés par un peu [...]

Dark Habits – Cave Paintings

Dark Habits est un jeune groupe de Glasgow sortant avec ce Cave Paintings son tout premier EP, soit un concentré d’influences issues d’un peu toutes les scènes tendances en matière d’extrême. Avec son artwork so(m)bre et plutôt réussi, le trio écossais signe six titres qui « font penser à » mais très encourageants pour la suite.

The Tidal Sleep – Be Water

The Tidal Sleep est un groupe touchant, dans sa musique d’abord (toujours fortement émotionnelle), puis dans son discours, que ce soit en live ou sur leur page Bandcamp. Ces jeunes trentenaires, bossant tous à côté, papas pour la plupart, ne s’attendaient pas à recevoir un si bon accueil lors de leurs précédentes sorties, ni de rameuter autant de monde pour les voir en concert, du coup ils sont juste contents de jouer. Une modestie plaisante à voir, d’autant plus que leur « petit succès » est mérité.

Direwolves – The Great Year

Une grande année, voilà ce que nous promet Direwolves avec ce nouvel EP. Faisant partie de la frange « hardcor(d)e sensible » de Throatruiner avec Birds In Row, le groupe lorientais aura attendu trois ans afin de donner une suite à Aegri Somnia, très bon premier album entre hardcore, crust et emo/screamo. Un mélange des genres personnel qui est ici repris avec le même impact, de quoi affirmer tout leur potentiel qu’on avait pu observer jusqu’alors.

Wolfbrigade – Run With The Hunted

Référence ultime en crust/d-beat, Wolfbrigade sort avec Run With The Hunted son sixième album, ou bien son neuvième si on prend en compte les sorties sous leur nom précédent: Wolfpack (sans compter leurs multiples splits, EPs et compilations). Même si le groupe a bien ralenti son rythme de production (cinq ans depuis Damned, leur précédent méfait suite à leur reformation), l’attente valait la peine puisque ce nouvel album est simplement dévastateur.

Prisoner – Beyond The Infinite

Prisoner vient de Richmond, Virginie, et déverse depuis 2012 sa fureur crust/d-beat. Après deux EPs sortis en 2013 et 2014, le groupe a patienté un peu plus pour nous livrer ce Beyond The Infinite, premier album qui voit apparaître de nouvelles influences, venant du sludge comme de l’indus.

Bright End – Distance

Groupe italien assez confidentiel par chez nous, Bright End mériterait pourtant un peu plus d’exposition tant on ressent la passion et la sincérité dans leur musique. Distance est le second EP délivré par le quintet, trois ans après You’re Gonna Lose It All, et le hardcore à tendance mélodique du combo de Bassano Del Grappa se veut à fleur de peau.