indus/cybermetal

American – Violate And Control

Formé en 2012 par un mystérieux duo originaire de Virginie, American a commencé par des démos autoproduites avant de livrer Coping With Loss, premier album sorti en 2014 chez le (alors tout jeune) label Sentient Ruin Laboratories. Signant alors un black metal oppressant et enrichi en styles fortement appréciés par le label (sludge, noise etc.), le duo a trouvé une formule qui fonctionne avant de totalement se faire oublier avant de revenir en grande pompe cet été avec ce Violate And Control marquant une certaine évolution…
Si certains titres de Coping With Loss laissaient entrevoir des envies expérimentales de [...]

Helel – A Sigil Burnt Deep Into The Flesh

Si vous suivez la scène black metal hexagonale, peut-être avez-vous déjà eu l’occasion de poser une oreille sur ce premier album de Helel, A Sigil Burnt Deep Into The Flesh. Sorti dans un premier temps en 2009 chez Debemur Morti Productions (Blut Aus Nord, Aevangelist…), ce quatre-titres (pour quasiment une demi-heure de son) se voit réédité par Necrocosm et Dead Seed Productions, remasterisé et affublé d’un nouvel artwork assez dérangeant, oeuvre de la collaboration entre Gui Brigaudiot et Metastazis.

Mind Mold – S/T

Je ne sais pas quelle est la fréquence de signatures de contrats chez Sentient Ruin Laboratories, mais le label californien a récemment mis les bouchées doubles, voire quadruples avec pas moins de quatre sorties en avril/mai depuis celle de Buioingola (que je ne peux m’empêcher de vous re-recommander parce que ça défonce). Si j’ai laissé passer le drone de Common Elder, King Eider (pas vraiment ma came), je pense quand même bientôt parler un peu de Show Of Bedlam (doom) et d’Abkehr (black metal). Un rythme très élevé qui n’altère en rien la qualité des groupes dénichés, souvent avant-gardistes. La preuve [...]

Diablerie – The Catalyst Vol.1 : Control

16 ans! Il aura fallu 16 ans aux finlandais de Diablerie pour accoucher de leur 2ème album. Certes plusieurs EP/Démo sont sortis dans l’intervalle, mais tout de même, voilà des gens qui prennent vraiment leur temps.

Violent Magic Orchestra – Catastrophic Anonymous

Violent Magic Orchestra (simplifié en VMO), c’est un projet né de la rencontre entre Vampillia, excellent groupe japonais mêlant black metal et ambiances plus éthérées (parfois post-rock), Pete Swanson (ex-Yellow Swans, groupe de noise à tendance electro qui venait du côté de Portland) et du surdoué frenchie Paul Régimbeau, connu pour ses activités électroniques dans Mondkopf ou Extreme Precautions. Un melting-pot d’influences complété par des invités haut-de-gamme puisque Attila Csihar (Mayhem) et Chip King (The Body) viennent apposer leurs voix sur ce Catastrophic Anonymous, premier album forcément très original… et pas vraiment destiné à toutes les oreilles !

Khonsu – The Xun Protectorate

Khonsu, c’est l’entité de S. Gronbech, qui n’est autre que le frère d’Obsidian Claw, leader de Keep of Kalessin. Le norvégien qui a déjà sorti le très bon Anomalia, il y a plus de 4 ans, sur lequel il était épaulé par Thebon (alors chanteur de Keep of Kalessin) revient avec un Xun Protectorate sur lequel il conserve le côté futuriste mais accentue le côté extrême et les accointances avec le black pour aboutir à une sorte de post black futuriste particulièrement bien fait et encore plus ambitieux (à l’image de la pochette de l’album, assez époustouflante au demeurant).

Street Sects – End Position

Après deux EPs (Gentrification I et II), les texans Street Sects ont attiré l’œil (via des artworks originaux, très BD alternative dans l’âme) et les oreilles du public et du très bon label The Flenser (Have A Nice Life, Sannhet…), structure sur laquelle sort End Position, premier long-format du duo Leo Ashline/Shaun Ringsmuth.

Genus Ordinis Dei – The Middle

Amusant de constater que les groupes italiens qu’on me propose actuellement officient dans exactement la même veine. Sorti une première fois en 2013 en autoproduction, The Middle, premier album des italiens Genus Ordinis Dei (GOD pour les intimes) ressort trois ans plus tard via le label danois Mighty Music. Officiant dans un death moderne annoncé symphonique, on aurait pu s’attendre à un ersartz de Fleshgod Apocalypse, il y a certes un peu de ça mais on a en réalité affaire à quelque chose de plus proche de leurs compatriotes Subliminal Fear, dont le décevant dernier album a été chroniqué [...]

Subliminal Fear – Escape From Leviathan

Jamais je n’avais eu la chance (?) de poser mes oreilles sur Subliminal Fear auparavant, ce groupe italien est pourtant actif depuis maintenant 15 ans et a réalisé deux albums auparavant (le dernier étant sorti en 2012). Pour ce Escape From Leviathan, le groupe de Bari compte surtout sur ses invités (Guillaume Bideau de Mnemic et One-Way Mirror, John Howard de Threat Signal et Lawrence Mackrory de Darkane) et sur son artwork (signé Seth Siro Anton de Septicflesh) pour rameuter les auditeurs, plein de beau monde pour un album pourtant malheureusement anecdotique.

Health – Death Magic

Hein? C’est pour quoi? Ah oui le nouvel album de Health c’est vrai… On a beau prévoir une permanence estivale (désolé Beunz c’est tombé sur toi cette année), on n’est pas à l’abri d’être dérangé pour ce genre d’actualité brûlante. Il faut dire qu’on l’attendait de pied ferme ce nouvel album des américains déclarés un peu trop vite prodiges et nouveaux leaders d’une scène arty/indus pourtant inexistante, après la sortie d’un honnête, mais franchement trop brouillon encore premier album (Get Color).