metal/hardcore

Fange – Pourrissoir

Quelques mois seulement après Purge, le groupe sludge français parmi le plus vicieux qui soit vient remettre le couvert avec ce Pourrissoir. Visuellement parlant, Fange semble vouloir poursuivre dans son exploration anatomique: Purge nous offrait ainsi de « charmantes » viscères, Pourrissoir un « joli » anus. Et quoi de mieux qu’un anus pour signifier que cet album… pue ?!

Northlane – Mesmer

Après le très décevant Node sorti il y a deux ans, Northlane n’a pas chômé, enchaînant les tournées et ayant même pris le temps de sortir un split avec In Hearts Wake. Un split ayant semble-t-il eu un certain déclic chez les australiens puisque leur metalcore à mélodies plutôt sensibles se sont vues ici mieux intégrées au reste, comme devenues plus évidentes. Une tendance qui se confirme dans ce nouvel album, Mesmer, qui tente de jouer la carte de l’hypnose (hoho)…
L’arrivée de Marcus Bridge derrière le micro a considérablement modifié le son de Northlane, cependant sur ce nouvel [...]

Goresoerd – Antikeha

On ne connait pas très bien la scène balte par chez nous, estonienne plus particulièrement. Mis à part Loits et Tommy Cash dans un tout autre style, peu de groupes ont réussi à faire parler d’eux en dehors de leurs frontières. Goresoerd vient de Tallinn, la capitale, et a déjà sorti quatre albums depuis sa création en 2004. La signature du groupe sur Inverse Records et une distribution internationale pourrait bien l’aider à se faire connaitre, alors musicalement ça donne quoi ?

Interview Employed To Serve

Fondé en Angleterre (du côté de Woking) en 2013, Employed To Serve ne cesse depuis d’arpenter les scènes européennes afin de partager leur chaos. Alors que leur nouvel album The Warmth Of A Dying Sun va sortir en mai prochain chez Holy Roar Records, Sammy (guitare, backings) et Justine (chant) ont gentiment répondu à quelques questions (par mail).
1. Salut, première question un peu basique pour débuter une interview, est-ce que vous pouvez nous présenter Employed To Serve ?
Sammy: Hey, alors je suis Sammy, je joue de la guitare et je fais les backings. Les autres membres du groupe [...]

Body Count – Bloodlust

Ah Body Count… Si tu as plus de 30 ans comme moi (euphémisme…) tu te rappelles peut-être de Blah Blah Metal et de ce clip de « Born Dead » (Born Dead!!) qui passait régulièrement. C’était sympa, et Ice-T n’avait déjà pas son pareil pour jouer le black révolté, même si j’avoue n’avoir jamais été complètement fan de ce groupe, y compris dans ma période la plus néo métal / fusion / rapcore.

Darkest Hour – Godless Prophets & The Migrant Flora

Alors celui-là j’ai pas mal hésité avant de poser mes oreilles dessus. Darkest Hour m’ayant très fortement déçu avec son album éponyme sorti chez Sumerian Records il y a presque trois ans, convenu et tout plein de sirop dégoulinant de partout. Bref un Darkest Hour méconnaissable qui a finalement signé non pas chez Rise Records mais chez Southern Lord (label de Black Breath, Pelican et autres Wolfbrigade), c’est que le label se serait ouvert aux groupes ayant des passages emo ? Ou bien c’est le groupe qui a changé ?

Buioingola – Il Nuovo Mare

Attention grosse sensation ! Si vous êtes lecteur assidu de nos pages, vous savez sûrement combien j’apprécie les sorties de chez Sentient Ruin Laboratories, le label (qui apprécie faire son marché de l’autre côté de l’Atlantique) sachant surprendre à chaque fois et prendre des risques en révélant des groupes souvent uniques en leur genre. Avec les italiens de Buioingola et leur album Il Nuovo Mare, il vient de mettre en lumière un prétendant au podium 2017 !

Saviour – Let Me Leave

Recevoir des albums promos, c’est sympa mais parfois rien qu’en voyant les photos du groupe (au style assez fashion) ou le style abordé (« heavy melodic », ou comment être le plus vague possible), bah on n’a pas vraiment envie de tenter l’écoute. Puis quelques temps après, on daigne enfin essayer et on peut reconnaître ses erreurs: Saviour n’est pas le groupe totalement inintéressant auquel on pensait avoir affaire et ce Let Me Leave contient pas mal de qualités.

The Barber – General Thrashing

Un peu moins en vogue qu’il y a quelques années, la scène southern hardcore fait quand même des petits un peu partout sur le globe. The Barber joue donc dans ce registre dans le sillage d’Everytime I Die à la manière d’une bande de rednecks lambda originaire du trou du cul des USA, amateurs de bières premier prix et de chemises de bûcherons sales, sauf que ces gars sont… russes !