metal/hardcore

Cruel Hand – The Negatives

Après quatre ans de silence, Cruel Hand est de retour avec un album au titre semblant prévenir de son contenu. The Negatives est en effet un nouveau départ pour le groupe de Portland, parti de Bridge Nine pour Hopeless Records et révolutionnant son hardcore métallique d’antan en y incorporant plein de mélodies punk voire grunge. Bref, de quoi choquer sa fanbase et même risquer de la perdre ?

Vampire Squid – Nautilus World

Tout jeune groupe californien, Vampire Squid est tellement prolifique qu’il donne l’impression de brûler les étapes. Nautilus World est en effet déjà leur troisième album long-format en seulement deux ans d’existence ! En parlant de brûler les étapes, c’est un peu un comble de la part d’un groupe dont le thème de prédilection est la flotte, ou plus particulièrement les fonds marins qui leur vaut une autoproclamation de style assez farfelue, en effet Vampire Squid joue de l' »oceangrind ».

Zapruder – Fall In Line

Révélé par l’excellent EP Straight From The Horse’s Mouth, c’est un plaisir de retrouver Zapruder avec un véritable album dans sa besace. Le hardcore cosmopolite de la bande de Poitiers avait alors fait mouche grâce à une ouverture d’esprit féroce et la fraicheur de sa jeunesse. Fall In Line se démarque d’emblée de l’EP par son visuel, si j’avais souligné son originalité à l’époque, l’artwork de ce nouvel opus, même s’il est plutôt joli, est plutôt sobre, semblant signifier que le groupe s’est assagi…

’68 – In Humor And Sadness

La fin de The Chariot consommée, Josh Scogin, son leader, n’en a pas pour autant fini avec la musique. En effet, seulement quelques mois après avoir annoncé le split du groupe, le revoici dans un nouveau groupe, ’68, en duo avec le batteur Michael McClellan, projet tel un retour aux racines rock’n roll du chanteur.

Code Orange – I Am King

Les gamins ont grandi, Code Orange a perdu son « Kids » pour nous offrir un I Am King censé donc être plus mature, c’est ce qu’il faudrait comprendre avec cette modification patronymique ? Ayant acquis une certaine popularité tout en étant sorti de nulle part, le phénomène Code Orange a donc séduit Deathwish Records pour sortir ce nouvel album, leur second sous la bannière « Bannonienne ».

Upon A Burning Body – The World Is My Enemy Now

Dans le genre promo minable, Upon A Burning Body est passé à un niveau supérieur à tout le reste pour annoncer leur nouvel album. Leur chanteur Danny Leal a en effet pour l’occasion simulé son propre enlèvement, tweets qui font « frémir » à l’appui (« olala, j’ai entendu un bruit dans ma maison, j’ai l’impression d’être dans un film d’horreur »). L’annonce de sa disparition via facebook a ajouté un surplus de psychose chez les fans du groupe les plus crédules, dont certains ont même contacté la police. Le lendemain de ces posts, le boss de Sumerian Records a coupé court à [...]

Columns – Please Explode

Monté par des mecs issus du meilleur du metal/hardcore deathisant du début des années 2000 (une époque où l’on ne parlait pas encore de deathcore), Columns est la nouvelle signature de Relapse qui risque de réjouir les amateurs de grind/death ayant fait son succès il y a quelques années.

Every Time I Die – From Parts Unknown

Valeur sûre du southern rockin’ hardcore depuis ses débuts fin 90’s, Every Time I Die présente aujourd’hui son septième album en faisant presque figure de vétéran au sein d’une scène en perpétuel renouvellement. Pour cette nouvelle galette, le groupe de Buffalo a semble-t-il souhaité légèrement s’affranchir du passé en s’affublant d’une étrange cover marquée par l’absence de la couleur rose, pourtant récurrente sur leurs précédents opus. Une petite révolution qui passera autant par le son de ce From Parts Unknown, signé par l’éminent Kurt Ballou.

Dead Harts – Cult For The Haggard Youth

La scène hardcore anglaise n’a semble-t-il jamais été aussi prolifique. De jeunes groupes prometteurs arrivent (The Catharsis, Let’s Talk Daggers entre autres) tandis que d’autres comme Feed The Rhino ou While She Sleeps font déjà partie des confirmations. Un chemin qu’emprunte à son tour Dead Harts avec Cult For The Haggard Youth, second album tout aussi excitant que son prédécesseur.

Live-report – Yell Fest 2014

Déjà la quatrième édition du Hellf… Yell Fest pardon, jeune festival lozérien qui a pour particularité de se dérouler au milieu de rien si ce n’est le merveilleux décor qu’offre le Causse-Méjean et le lieu-dit Chambalon où se trouve « Le loup dans la bergerie », très joli corps de ferme (entouré de forêts où camper) au milieu duquel trône une imposante scène. Comptant y aller en tant que spectateur étant donnée l’affiche particulièrement alléchante de cette année, j’ai été contacté quelques jours auparavant par l’organisation pour leur donner un coup de main pour les entrées et l’accueil des groupes, offre [...]