prog rock/metal

Save Us From The Archon – Melancholia

Déjà trois ans que j’ai chroniqué Thereafter, excellent album de Save Us From The Archon, suprenants mathcoreux mélodiques instrumentaux, et en trois ans le groupe ne s’est pas reposé sur ses lauriers, loin de là. En effet, pas moins de quatre albums ont vu le jour (ok dont une réédition et une captation de leur live chez Audiotree, excellente radio dont vous pouvez trouver des vidéos sur youtube) depuis, les quatre gaillards étant décidés à faire les choses aussi vite que leur musique !

Elder – Reflections Of A Floating World

Pour les amateurs de Lore (2015) dont je fais partie, voir qu’Elder livrait un nouvel album cette année a été une très bonne nouvelle, même s’il demeurait toutefois une légère méfiance: le quartet de Boston est-il capable de faire mieux que ce fabuleux album ? La réponse est un grand oui, et même que ce Reflections Of A Floating World enterre carrément son prédécesseur !

Leprous – Malina

4ème album du groupe chroniqué dans ces pages, Malina affirme plus que jamais le groupe comme la chose d’Einar Solberg. Le charismatique chanteur au timbre si puissant, en plus d’être avec le guitariste Tor Oddmund Suhrke, le seul membre d’origine du combo norvégien (qui a vu défiler nombre de bassistes, batteurs et guitaristes différents depuis sa création en 2011), s’y réaffirme en effet comme l’élément prépondérant du groupe.

Steven Wilson – To the Bone

Nouvel album pour le génial anglais, To the Bone, est l’album que Steven Wilson a voulu le plus « pop » prenant pour exemples des artistes comme Kate Bush et Daft Punk, qui parviennent selon lui à combiner idéalement profondeur et accroche pop.

Polyphia – The Most Hated

Fondé en 2010, Polyphia est un groupe de metal progressif instrumental ayant gentiment « buzzé » sur youtube avec leur titre « Impassion » (issu de leur premier EP Inspire – 2013). Les quatre membres du groupe ont beau avoir la dégaine d’un boys band en puissance, ces derniers ont réussi à faire taire les médisants grâce à une technique irréprochable alliée à un sens de la mélodie des plus affiné, si bien qu’Equal Vision les a fait signer un deal, que des premières parties renommées leur ont été proposées (Between The Buried And Me, Periphery…) et que quelques guitaristes confirmés (venant de [...]

Protosequence – Biophagous

Technique et brutalité font parfois bon ménage. Inscrit dans la lignée de groupes comme Abiotic, The Shoenberg Automaton, Archspire ou des débuts de The Faceless ou de Fallujah, Protosequence est de ces groupes qui aiment faire cohabiter riffs mastocs, leads mélodico-complexes et vocaux bien imposants, une recette bien connue que le groupe d’Edmonton (Canada) lie avec quelques apartés plus paisibles, voire aériens.

Make Them Suffer – Worlds Apart

Vu en live en 2012 alors qu’il ouvrait pour Job For A Cowboy, Beneath The Massacre et War From A Harlots Mouth, Make Them Suffer ne m’avait alors pas fait une énorme impression (surtout vu le calibre des groupes suivants !). Les australiens défendaient alors Neverbloom, leur premier album mixant deathcore et black metal à tendance symphonique. Un mélange que le groupe a affiné dans Old Souls (2015) puis aujourd’hui dans Worlds Apart, renouvelant même le son du groupe.

Centuries Of Decay – S/T

Premier album pour Centuries Of Decay, jeune quartet originaire de Toronto amateur d’atmosphères progressivo-émotionnelles comme de moments plus rugueux. Un parti pris vérifiable d’emblée avec leur liste d’influences vraiment pas dégueulasse: Enslaved, Opeth, Gojira, Isis ou encore Strapping Young Lad, bref des références plutôt variées mais de qualité. Alors ça donne quoi une fois passé dans le blender Centuries Of Decay ?

Dead Season – Prophecies

Dead Season sont français, se sont formés en 2010, et Prophecies est leur deuxième album. Personnellement je n’étais jamais tombé sur un de leurs albums précédemment, Prophecies fut donc mon premier contact avec le groupe. Et j’avoue que l’écoute n’a pas été motivée par une prochette clichesque à souhait, et plutôt assez moche, évoquant le metal moderne dont on est malheureusement plus que surabreuvé jusqu’à l’écœurement.

Zaum – Eidolon

Duo formé en 2013 du côté du Nouveau Brunswick (Canada), Zaum est un groupe qui ose un mélange de doom et d’influences ethnico-spirituelles unique en son genre, genre qu’ils nomment eux mêmes « mantra doom ». Après Oracles (2014) puis un split avec Shooting Guns (2015), Kyle Alexander et Lewis font leur retour avec Eidolon, second long-format constitué de seulement deux pistes de même durée: 21 minutes pile poil chacune.