prog rock/metal

Protest the Hero – Volition

2 faits majeurs ont accompagné la création de ce 4ème album des petits prodiges canadiens devenu en l’espace de quelques années une des figures majeures du metal prog. D’abord, le groupe décida de se passer de label et devint un des premiers à financer entièrement un album grâce au crowd-funding, réussissant à glaner pas moins de 340,000 dollars en préventes, ce qui leur permettra de se payer un mois dans un des plus beaux studios de Toronto et d’embaucher Chris Adler, le batteur de Lamb of God comme musicien studio.

The Kindred – Life in Lucidity

Ça faisait un bail que je ne m’étais pas enthousiasmé pour un album de cette façon. Faut dire que le groupe, dont je n’avais jamais entendu parler il y a quelques semaines encore, a su distiller sur youtube quelques extraits de ce premier album, 3 « singles » qui m’ont tour à tour intéressés, en particulier le tube « Everbound », qui se révèle au fil des écoutes après le moment de stupeur initial être une bombe intégrale, une explosion de rythmes et de mélodies marquants, au refrain particulièrement impressionnant, rythme cabossé monochromatique surboosté et à la mélodie de voix épique à souhait.

Exivious – Liminal

2ème album pour ce groupe instrumental dont le premier, sorti en 2009, m’avait bien marqué, j’avais même hâte d’écouter ce Liminal à vrai dire, et je n’ai pas été déçu.
J’avais fait connaissance d’un des gratteux et du bassiste du groupe pour les avoir vu sur scène accompagnant Masvidal et Reinert lors de la renaissance de Cynic il y a quelques années. Ça suffit à démontrer leur niveau instrumental. La participation de Stef Broks, batteur de Textures, au premier album m’avait tout de suite fait m’y intéresser. Ce dernier n’est plus de la partie mais le deuxième guitariste et [...]

Transatlantic – Kaleidoscope

Le « All Star Band » du rock progressif est de retour ! Rappelons pour les néophytes qu’il s’agit d’un super groupe fondé en 2000 par les membres de quatre cadors du prog ou du métal progressif : Neal Morse (Spock’s Beard) aux claviers, Roine Stolt (The Flower Kings) aux guitares, Pete Trewavas (Marillion) à la basse, Mike Portnoy (ex – Dream Theater, The Winery Dogs, Adrenaline Mob et cent autres projets) à la batterie. On peut ajouter que tout le monde chante plus ou moins dans le groupe, et qu’il est souvent (un peu sur album mais surtout beaucoup sur scène) rejoint [...]

Jolly – The Audio Guide to Happiness (part I et II)

Jolly est un groupe new-yorkais qui, ça vous a peut-être échappé, a sorti l’année dernière le deuxième volet de son Audio Guide to Happiness, un double album donc (dont le premier volet date de 2011), au concept un poil fumeux puisque le groupe met en avant le son « binaural » utilisé sur l’album, qui serait paraît-il un artefact sonore permettant de produire une fois perçu par le cerveau, un état de bonheur chez les sujets exposés à cette technique sonore.

Periphery – Clear

Alors que le groupe est supposé travailler sur son nouvel album Juggernaut depuis un moment, Periphery annonce en fin d’année 2013 qu’ils sortiront une sorte d’EP autour d’un concept assez unique, il contiendra une intro plus autant de morceaux qu’il y a de membres dans le groupe, soit 6, chacun des musiciens ayant en charge la composition d’un morceau supposé reprendre des mélodies de l’intro.

Septa – The Lover

Nous arrivant tout droit d’Odessa (Ukraine), Septa nous offre (littéralement puisque c’est en téléchargement gratuit sur Bandcamp) un EP particulièrement intéressant avec The Lover. Assez difficilement classable, le groupe emprunte des éléments de différents styles pour un résultat final singulier et surprenant.

East of the Wall – Redaction Artifacts

Une fois n’est pas coutûme, ce n’est pas jonben qui va chroniquer le dernier East of the Wall. Après tout, y’a pas de raison. Même si nous avons des bases communes, il y a bien longtemps que lui et moi n’avons plus de coups de coeur en commun. De plus mauvaises langues que moi diraient que la vague djent lui a cramé toutes ses papilles musicales, mais j’ai beaucoup trop de dignité pour le souligner. Restent quelques groupes ici et là, vestiges d’un temps où nous partagions la même attirance pour une musique complexe et décalée, avant que les chants [...]

Ovid’s Withering – Scryers of the Ibis

J’aime bien ça… J’aime bien quand un groupe dont je n’ai jamais entendu parler vient foutre le bordel en fin d’année dans les certitudes qu’on aime se forger concernant l’inévitable « liste de fin d’année » et la non moins inévitable question qui nous obsède tous entre la bûche et les cotillons : « quels seront donc les albums qu’on retiendra comme marquants pour l’année qui s’achève ? ». En l’occurence s’agissant de 2013 Ovid’s Withering réussit quasiment le hold-up parfait.

After The Burial – Wolves Within

Au fil des albums, After The Burial a su s’imposer au sein d’un style duquel on ne compte plus les nouveaux groupes ces derniers temps: le djent/metalcore rebaptisé sumeriancore. Parti à ses débuts d’un metalcore déjà technique mais plus commun, le quintet de Twin Cities, Minnesota, a connu quelques revirements d’effectif (deux fois de chanteur notamment) pour ensuite verser dans quelque chose de plus percutant et un poil progressif, et Wolves Within ne dérogera pas à cette règle…