stoner/hard rock

Découvre un groupe qui tue : Barishi

Si vous êtes comme moi, il est probable que vous n’ayez jamais entendu parler de Barishi, ce groupe américain formé en 2012 dans le Vermont, et qui sort cette année son 2ème album chez Season of Mist : Blood from the Lion’s Mouth. Or il se trouve que cet album, et plus généralement ce groupe m’ont mis une claque pas possible, claque accentuée par la découverte des deux autres réalisations du groupe précédant ce nouvel album.

Goblin Cock – Necronomidonkeykongimicon

Cela faisait de longues années que ces mystérieuses entités du stoner rock au nom fleuri n’avaient pas donné de nouvelles. Les gars de San Diego, responsables de clips particulièrement badass (matez donc ça et ça) il y a une dizaine d’années, sortent donc de leur silence en livrant enfin leur troisième album (le dernier étant sorti il y a huit ans) qui annonce une fois de plus la couleur: on joue sur le côté dark mais on ne se prend pas au sérieux (Necronomidonkeykongimicon, quel titre !).

Painted Wives – Obsessed With The End

Derrière ce patronyme étrange (où ont-ils été cherché ça?) se cache (bien) le premier album de ce groupe californien que nous découvrons ici bien tardivement. En effet cet album est en fait sorti en 2014 en indépendant (disponible chez CDBaby) mais va bénéficier d’une très méritée réexposition, puisque le groupe vient de signer chez Century Media et qu’Obsessed with the End va ressortir dans une version remasterisée le 29 avril prochain.

Chroniques en Vrac – Novembre 2015

Un vrac de novembre sous le signe de vétérans et des retours réussis en 2015 : le rock puissant et irrésistible de Clutch, le post-punk aux atours new wave de Killing Joke, le black norvégien de Kampfar, et enfin le metalcore de Vision of Disorder qui signe son 2ème album depuis son come-back discographique de 2012. L’expérience au service de la qualité en somme. On en redemande…

Appollonia – Dull Parade

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis ma première rencontre avec les bordelais d’Appollonia, c’était en live à Montpellier en 2007 ou 2008 je ne sais plus, en tous cas peu de temps avant de recevoir leur Among Wolves, premier album d’obédience doom/sludge que j’avais bien apprécié à l’époque. Le groupe a ensuite tracé tranquillement sa route en sortant deux albums (Blank Solstice en 2009 puis Crimson Shades en 2012). Ayant connu quelques mouvements de troupes, un changement de batteur puis un de bassiste juste avant la sortie de ce Dull Parade en fin d’année dernière. Des changements [...]

Wilson – Right To Rise

Wilson se décrivent eux-mêmes comme un groupe de hard rock, ce qui est vrai mais un peu limitatif. Leur 2ème album Right to Rise contient 41 minutes d’énergie pure sans baisse de régime qui plairont effectivement aux afficionados de hard rock mais si la recette ne s’épuise pas c’est grâce à des influences bien digérées qui permettent de légers changements de ton qui aèrent l’album et lui donnent encore plus de puissance.

Highly Suspect – Mister Asylum

Oh la belle découverte que voilà! Déboulant de nulle part ce trio new-yorkais (qui existe quand même depuis 6 ans hein) arrive armé jusqu’aux dents avec 10 titres irrésistibles d’un rock burné et bandant qui devrait faire les affaires des amateurs du Queens of the Stone Age le plus direct, ou d’un Royal Blood au meilleur de sa forme.

The Grand Astoria

On a tous en tête des exemples d’injustice quand il s’agit d’évoquer l’indifférence générale vis à vis de groupes qui auraient tout pour exploser. Si l’on pouvait à une époque blâmer les labels qui faisaient mal leur boulot de défrichage de talents ou de promotion, aujourd’hui n’importe quel groupe, débutant ou non, a les moyens techniques pour diffuser sa musique autour du monde (là où il y a une connexion internet en tout cas). Le revers de la médaille c’est que comme tout le monde le fait, les plus talentueux sont noyés dans la masse. C’est le cas des [...]

Boar – Veneficae

Jeune label qui monte, Lost Pilgrims Records s’impose petit à petit comme l’un des principaux pourvoyeurs hexagonaux de lourdeur sonore de qualité. Après l’excellent split entre Rorcal et Process Of Guilt puis le fabuleux Corrado Zeller de Mudbath, le label montpelliérain s’oriente plus au nord avec ce Veneficae, nouvel album du quartet finlandais Boar.

Snake Oil – Altar Of Lies

Originaire de Rouen, Snake Oil est un jeune groupe officiant dans un stoner rock influencé par les cadors ricains du genre. Pour leur premier EP intitulé Altar Of Lies, le quartet démontre sa maitrise du gros riff bien rock’n’roll par dessus lesquels Kris Tigris, le chanteur guitariste nous gratifie d’une voix plutôt catchy, dans la lignée d’un Josh Homme ou d’un Chris Cornell (même si elle est parfois un peu trop forcée à mon goût comme sur Falling).