Angrom

Chroniqueur

Angrom

Comme pas mal de gens, c'est par mon paternel que me sont venues bon nombre de mes émotions musicales. Éclectique en diable, mon daron, m'initia à la musique classique et rock essentiellement. Beatles, Rolling Stones et Elton John essentiellement furent parmi les premiers artistes à retenir mon attention. Imaginez ma stupeur quand un ami se présenta un jour chez moi avec des disques d'un groupe anglais, arborant une mascotte qui a l'époque m'avait paru horrible, mais me fascinait. Il s'agissait bien sûr d'Iron Maiden, dont je devins assez vite fan, intégrant ainsi un peu de métal dans mes écoutes, qui, à l'époque, suivaient plutôt la mode du moment. Metallica, Megadeth, Iggy Pop vinrent compléter ma collection d'artistes un peu plus péchus. Arrivé en école d'ingénieurs, un voisin de palier, voyant quelques disques de métal dans ma (encore petite) discothèque, essaya de m'entraîner du "côté obscur". Bien lui en prit, rétrospectivement. À l'époque, en 1998, Angra était au top, et c'est par ce moyen qu'il réussit son coup, me faisant sombrer dans une période heavy-speed, dont je ne garde plus grand chose aujourd'hui (mis à part Edguy et les trois premiers Angra). Une fois le poisson ferré, il passa à la vitesse supérieure en me passant des disques de Dream Theater. Coup de cœur direct pour Images And Words, un peu plus de mal avec Awake, mais la sortie de Scenes From A Memory en 1999 et plusieurs petits détails contribuèrent à faire de ce groupe un de mes groupes favoris, ce qu'il est encore aujourd'hui (une vingtaine de concerts au compteur). Suivant le groupe et tous ces side-projects c'est par Transatlantic que je m'intéressai aux groupes de rock progressif : Spock's Beard, Marillion, The Flower Kings, puis les grands anciens : Yes, Genesis (je considère encore aujourd'hui la période d'or de Genesis comme un des trucs les plus géniaux qu'on ait jamais écrit en musique), Rush (mon groupe n°1), plus récemment King Crimson. Sorti de l'école, je rencontrai sur Rennes la troisième personne à l'origine de mes grands tournants musicaux. Mon troisième maître m'initia aux sonorités plus saturées du death metal et du thrash qui pousse. L'éducation ne se fit pas sans mal, mais j'ai actuellement une discothèque de métal extrême bien fournie, que j'apprécie énormément. .J'en profitai pour découvrir un des groupes français les plus novateurs : SUP. Ou j'en suis aujourd'hui ? Sans doute un mix de tout cela. J'ai succombé également aux sirènes du rock alternatif (Tool, The Mars Volta, Porcupine Tree, Dredg). Je conserve quelques bases heavy que je ne renie pas (Judas Priest, Ozzy Osbourne, Alice Cooper), et j'écoute beaucoup de métal progressif, si tant est qu'il s'éloigne de la technique pour la technique (Pain Of Salvation, par exemple). La trentaine a été également l’occasion de s’intéresser au Jazz, plutôt les classiques « hard bop », mais je ne crache pas sur une petite nouveauté à l’occasion. Je voue également un culte sans limites à Peter Gabriel et à Frank Zappa, hommes à la personnalité fascinante et musiciens expérimentateurs !

Angrom a écrit 58 articles sur Eklektik.

Bilan 2013 – Angrom

Fin d’année, heure de bilan. L’exercice est parfois difficile, les choix à faire sont drastiques, mais il est toujours agréable de se pencher sur l’année écoulée pour sélectionner ses coups de cœur musicaux.
h2{margin: 30px 0 15px}
Les petits jeunes qui montent




Audrey Horne – Youngblood
On n’ose plus parler de confirmation mais Audrey Horne continue son petit bonhomme de chemin, avec un album très rock’n’roll, au songwriting de qualité. Des tubes imparables à la pelle, et, apparemment des prestations live efficace, ce qu’il me tarde d’aller constater de visu.




Adrenaline Mob – Covertá

Mike Portnoy ne tenant plus en place depuis son départ de Dream Theater, il monte et participe à tout-va à différents projets, pour satisfaire ses envies de prog’ (par exemple avec Flying Colors ou Neal Morse),de hard rock avec The Winery Dogs ou dans le cas présent de heavy-metal avec Adrenaline Mob, « super groupe » composé notamment du chanteur Russell Allen (Symphony X) , du bassiste de Disturbed John Moyer et du guitariste Mike Orlando. Après un premier album fort réussi , Omerta, paru en 2012, le groupe publie cette année un EP de reprises, fort judicieusement intitulé Coverta (vous [...]

Supuration – CUBE 3

Sortir une trilogie sur une période de vingt ans de temps, voilà qui est peu banal. Qu’on se rassure, le groupe nordiste Supuration n’a pas été muet pendant les dix ans qui ont séparé The Cube (1993) de Incubation (2003), et les dix suivants entre Incubation et CUBE 3, sorti en ce début d’année 2013. Le groupe a sorti pléthore d’albums sous sa forme plus « accessible », S.U.P., mais c’est bien à la facette death metal du combo ch’ti que nous avons affaire avec CUBE 3.

David Bowie – The Next Day

Les plus folles (mauvaises) rumeurs circulaient à son sujet. Il n’avait pas publié d’album depuis 2003 et Reality qui faisait suite au très bon Heathen et les fans se désespéraient de revoir un jour David Bowie sur la pochette d’un disque ou sur scène. Et puis début 2013, sans prévenir ou presque, un nouvel album : The Next Day est annoncé pour quelques mois plus tard. Comme souvent, le thin white duke a surpris son monde, et continue à le faire, notamment avec la pochette du disque (un gros carré blanc cachant une bonne partie de la pochette de Heroes), [...]

Audrey Horne – Youngblood

Audrey Horne, ce nom et ce prénom évoqueront sans doute à la majorité des amateurs avertis une splendide créature de la série culte Twin Peaks. Mais depuis 2005 et leur premier effort No Hay Banda (une autre référence à Lynch) le public de goût sait aussi que c’est un excellent groupe de hard-rock alternatif qui nous vient du froid pays norvégien. Le groupe s’est révélé à mes oreilles avec leur précédent disque éponyme qui avait été un de mes coups de cœur de l’année 2010, et j’étais assez impatient d’écouter cette nouvelle livraison du groupe norvégien.

Treme – L’esprit de la Nouvelle Orléans

Mon estimé collègue ayant traité de la série-phare de David Simon, l’excellent The Wire je me suis dit qu’il serait dommage de passer sous silence une autre des oeuvres de David Simon, la série Treme, diffusée depuis début 2010 sur la chaine américaine HBO, la quatrième saison étant attendue pour 2013.
Treme c’est un quartier de la Nouvelle Orléans, et c’est cette ville, et plus précisément cette ville après le passage de l’ouragan Katrina en 2005, qui est le principal protagoniste de la série, à l’instar de Baltimore dans The Wire. Treme, prononcé à la française « Trémé », est un [...]

Marillion – Paris Le Trianon – 18 Janvier 2013

Ce vendredi 18 janvier, Marillion, donne le premier des deux concerts prévus dans notre capitale. Et ce soir-là, la neige s’était invitée à Paris et ça tombe dru sur la capitale lorsque nous sortons de ce petit bistro sympatoche qu’est le Rock’n’Roll Circus (d’autant plus sympathique que la Triple Karmiliet y est fraîche et peu onéreuse), pour se rendre au Trianon un peu plus loin. Une superbe salle à l’ancienne, un mix entre un petit Bataclan et l’Olympia que nous découvrons ce soir-là. Depuis le bar qui borde la salle on peut voir la neige tomber à gros flocons, [...]

Bilan 2012 – Angrom

Il est toujours difficile de faire des bilans, et réduire 2012 à dix disques n’a pas été facile. C’est tout de même tout l’intérêt de l’exercice. L’année s’annonçait relativement bien avec quelques disques qui méritaient haut la main leur place dans le top 10 : les retours gagnants de Marillion et d’Enslaved, les brûlots hard rock des suédois d’Europe ou des américains de Christian Mistress, quelques valeurs sûres comme Kreator, Rush ou Devin Townsend. Et puis l’année écoulée a aussi permis quelques découvertes, comme les merveilleux disques d’ Änglagård ou de Guillaume Perret & the Electric Epic. Au milieu de [...]

Europe – Bag Of Bones

Europe, voilà un nom qui évoque à la majeure partie des gens une mélodie sur un clavier eighties ainsi qu’un quintet de permanentés. Pourtant, certains savent aussi, notamment depuis le dantesque concert du Hellfest 2009, où le groupe avait mis quasiment tout le festival dans sa poche, que c’est également un redoutable groupe de hard rock mélodique. Secret Society avait déjà bien tourné sur ma platine en 2006, j’avais zappé son successeur, Last Look At Eden et jeté une oreille très discrète sur le live acoustique sorti dans l’intervalle.

The Night Flight Orchestra – Internal Affairs

Petite devinette : quel style musical peuvent bien pratiquer des membres de Soilwork (Björn Strid) et Arch Enemy (Sharlee D’Angelo) lorsqu’ils décident de monter un side-project ? Du death suédois ? vous n’y êtes pas du tout, le style pratiqué par The Night Flight Orchestra est à mille lieues de la froideur scandinave, c’est bien de la chaleur d’un bon vieux hard rock auquel on a affaire ici avec ce groupe, formé depuis 2007, mais qui livre seulement cette année son premier album : Internal Affairs
Internal Affairs entre tout de suite dans le vif du sujet avec un “Siberian [...]