beunz

Abest – Bonds Of Euphoria

Trio originaire de Göttingen, Abest aura mis trois ans pour accoucher de ce Bonds Of Euphoria (alors qu’auparavant leurs délais entre deux albums étaient plus courts). Débuté en 2012 avec une très bonne démo, le groupe aura notamment sorti un split avec les excellents (disparus ?) irlandais Absolutist (2013), un album (Asylum – 2014) et un EP (Last – 2016), des sorties marquées par une intéressante évolution sonore des allemands partis d’un post-metal puissant et atmosphérique pour en livrer une version « blackened » sur Last. Aujourd’hui l’évolution continue avec ce Bonds Of Euphoria, second long-format aux titres plus courts et [...]

Sentient Ruin en 2019 (Part. 1)

Les amateurs d’extrémisme sonore connaissent désormais très bien Sentient Ruin Laboratories, label qui a su s’imposer (en sept ans d’existence) grâce à des sorties destinées aux oreilles exigeantes. Basé à Oakland (Californie), ce label aime tellement dénicher aux quatre coins du globe des groupes (ou projets solo) – tantôt black metal, tantôt death plutôt old school, tantôt plus expérimentaux, toujours singuliers – qu’il a simplement sorti 28 albums cette année, oui 28, ce qui est un sacré tour de force ! Si j’ai déjà parlé par ici de quelques unes d’elles, ces tarés ont un rythme de sorties est [...]

Crest Of Darkness – The God Of Flesh

Traversant les époques, Crest Of Darkness est toujours là et en forme malgré ses vingt-six bougies. Seul rescapé du groupe originel, Ingar Amlien (chant, guitare, basse) mène toujours le groupe (aujourd’hui trio, avec l’ancien batteur de Pale Forest) et a sorti huit albums. Si par le passé le son des norvégiens est passé par bien des états, progressifs voire gothiques avec synthés et voix féminines (et même electro, hum !), The God Of Flesh gomme tout ça en revenant aux fondements du black metal scandinave.

Stoned Monkey – S/T

Rien qu’à la gueule du logo rappelant fortement celui d’Electric Wizard, tu peux directement t’attendre à du gras et de la fumée « parfumée » chez Stoned Monkey. En même temps, rien que le nom ne laissait pas vraiment de doute sur le style pratiqué et les thèmes de prédilection de ce trio italien pour son premier album.

Colored Moth – Dim

Trio berlinois fondé en 2013, Colored Moth est un groupe multi-cartes jouant une musique au spectre plutôt ouvert entre noise, punk, screamo, post-hardcore et autres expérimentations. Un panel déjà matérialisé dans un premier album (Fragmenting Tensions – 2016) et qui montrait alors que les allemands avaient une multitude d’idées. Et des idées, ils n’en manquent pas pour ce Dim !

Eschaton – Death Obsession

Originaire du Massachusetts, Eschaton est un groupe de death technique qui a la particularité d’avoir pour batteur l’un des plus actifs du milieu. En effet, Darren Cesca joue (ou a joué) avec des groupes plutôt réputés comme Deeds Of Flesh, Arsis, Goratory ou encore Hideous Deformity. Le gaillard possède un jeu plutôt ahurissant de technique et ses comparses sont au diapason. Death Obsession est seulement le second album du groupe (ça fait assez peu en quinze ans d’existence) et il se trouve que cet album comprend un réenregistrement de l’intégralité de leur premier EP Wake Of The Ophidian.

White Ward – Love Exchange Failure

Sorti en 2017, Futility Report en avait surpris plus d’un. Comment un groupe pouvait si bien intégrer du jazz dans du black metal avec un équilibre aussi parfait ? Les ukrainiens de White Ward réitèrent donc leur formule personnelle, sans oublier sa pièce maîtresse (son saxo), dans un second album sortant une nouvelle fois chez Debemur Morti, label qu’on ne présente plus, porté sur les électrons libres du metal international (Blut Aus Nord, Archgoat, Dirge…).

SeeYouSpaceCowboy – The Correlation Between Entrance And Exit Wounds

Quelques mois à peine après la sortie de Songs For The Firing Squad, SeeYouSpaceCowboy fait déjà son retour ! Cependant, The Correlation Between Entrance And Exit Wounds risque de bien surprendre les amateurs de leur premier jet. Une raison à cela ? Un gros changement dans leur approche musicale, le groupe de L.A. quitte totalement ici son « sass grind » barré au profit d’un metalcore premier du nom.

Constellatia – The Language Of Limbs

Duo sud-africain fondé par Gideon Lamprecht et Keenan Oakes, issus de Crow Black Sky et de Wildernessking (ces derniers ayant d’ailleurs malheureusement annoncé la fin de leurs activités), Constellatia est un jeune groupe d’à peine plus d’un an combinant black metal et atmosphères issues du shoegaze comme de très nombreux groupes actuellement.