krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 789 articles sur Eklektik.

Danger – 太鼓

Ah celui-là je l’attendais de pied ferme en comptant les jours, lorsque j’ai appris qu’il allait enfin débarquer (début mai en gros). Danger c’est Franck Rivoire un musicien en activité depuis de nombreuses années, qui officiait plutôt dans l’ombre dans un genre électro un peu dark, un peu synthwave, qu’on rattachera d’ailleurs désormais sans mal à ce mouvement largement dominé par les français, Perturbator et Carpenter Brut en tête évidemment. Danger est désormais à ajouter à la liste de ces artistes qui comptent. Et ce premier album au titre japonais 太鼓 (Taiko), qui signifie « percussion » vient confirmer tout le bien qu’on [...]

Voyager – Ghost Mile

Alors je ne sais pas pour vous, mais pour ma part je suis passé complètement à côté de Voyager (pas le programme spatial mais le groupe hein) durant ces dernières années. Je ne suis même pas sûr d’avoir entendu le moindre morceau de ce groupe. C’est d’autant plus étonnant que ce groupe est loin d’être tombé de la dernière pluie, puisqu’il existe depuis 1999 et qu’il est australien, et que j’avoue une tendance à l’apriori positif envers les groupes australiens.
Profitons donc de la sortie de Ghost Mile, 6ème album du groupe, pour rattraper ce gros loupé. Ça tombe [...]

HO99O9 – United States of Horror

Binôme hip-hop monté en 2014, HO99O9 (Horror en version décryptée) balance un mélange de punk, de rock et de rap qui secoue méchamment. Les garçons revendiquent des influences allant de DMX, Bone Thugs-n-Harmony à White Zombie, en passant par la scène punk underground. L’influence de cette dernière scène est particulièrement palpable dans la façon de scander le chant, dans l’attitude générale avec ce côté « Rien à Foutre » qui émane de nombreux titres de ce premier album longue durée du combo américain, après plusieurs singles et EP sortis depuis 2014. Le mélange évoque aussi parfois les déjantos de Death Grips, même [...]

Mutoid Man – War Moans

Avant de lire la suite si vous n’avez jamais entendu parler de Mutoid Man, je vous invite à faire un détour par la chronique du premier album, Bleeder, petite merveille sortie en 2015, et dont ce War Moans est donc la suite directe. Pas de grosse surprise globalement, on est clairement dans la continuité du précédent album, et on ne peut que s’en réjouir tant le savoir-faire du groupe semble complètement intact.

Ulver – The Assassination of Julius Caesar

Non, il ne s’agit pas d’un album du groupe de dark folk Rome, malgré ce titre évident et cet artwork à l’avenant. Cet assassinat de Jules Cesar nous est raconté par Ulver, le mythique groupe norvégien fondé en 1993 et qui fut à ses débuts un groupe de black metal folkisant, avant de suivre un parcours totalement improbable. C’est pourquoi aucune sortie d’Ulver ne ressemble quasiment à la précédente. Après un passage par l’ambiant atmosphérique (le très beau Shadows of the Sun), la bande à Garm s’est récemment quelque peu perdue dans des tentatives expérimentales pas toujours très intéressantes. [...]

Mastodon – Emperor of Sand

On passera la phase de présentation, si vous n’avez pas entendu parler de Mastodon, c’est que vous avez vécu dans une grotte durant les 15 dernières année, alors démerdez-vous pour rattraper cet inacceptable retard, inculte que vous êtes.
Le groupe a vraiment su s’imposer fort de 6 albums sortis depuis 2002, comme l’un des groupes les plus intéressants du moment, et également l’un des rares (à mon sens) capable aussi de fédérer un grand nombre de metalleux. Si l’époque le permettait, il y a fort à parier que ce groupe serait aussi gros qu’un Metallica ou autre Slayer.

Alfahanne – Blod Eld Alfa

Petite découverte de cette année, le groupe Alfahanne qui sort en 2017 son 3ème album, Det Nya Svarta chez Indie Recordings. Mais avant de se pencher dans quelques jours sur ce nouvel album, petit retour sur leur deuxième album découvert dans la foulée. Sorti en 2015, Blod Eld Alfa fait suite à Alfapokalyps et à un split avec Shining.

Body Count – Bloodlust

Ah Body Count… Si tu as plus de 30 ans comme moi (euphémisme…) tu te rappelles peut-être de Blah Blah Metal et de ce clip de « Born Dead » (Born Dead!!) qui passait régulièrement. C’était sympa, et Ice-T n’avait déjà pas son pareil pour jouer le black révolté, même si j’avoue n’avoir jamais été complètement fan de ce groupe, y compris dans ma période la plus néo métal / fusion / rapcore.

Dool – Here Now, There Then

Bon d’accord le nom du groupe est un peu pourri et fait un peu repoussoir tant il sent la douloureuse panne d’inspiration. Pourtant au-delà du rapprochement avec le groupe américain dont le nom commence par un « T »,  Dool signifie surtout « Exil » en hollandais, un mot qui colle au final plutôt bien à l’ambiance sombre de ce Here Now, There Then premier album de ces bataves qui sont issus de groupes comme the Devil’s Blood (le bassiste et batteur) et Gold, auxquels il faut ajouter la chanteuse Ryanne Van Dorst aussi (in)connue sous le pseudonyme de Elle Bandita.

Venenum – Trance of Death

Putain 6 ans! C’est le temps qu’il aura fallu aux allemands de Venenum pour enfin accoucher de leur premier véritable album après un formidable EP (de près de 30 minutes quand même) dont nous vous avions déjà parlé dans ces colonnes. C’est finalement chez Sepulchral Voice Records que paraît en effet aujourd’hui même, ce Trance of Death qui vient mettre fin aux attentes des amateurs de death metal mêlant habilement savoir-faire à l’ancienne, ambiance occulte et intentions progressives abouties.