Latest Content

Balance And Composure – Light We Made

Il y a deux catégories de groupes, ceux contents de leur recette qui fonctionne, restant bien ancrés dans leur style musical avec le risque d’un peu se répéter mais avec l’assurance de ravir leur fanbase; puis il y a ceux qui font le choix de se remettre en question, quitte à changer de style et risquer d’un peu déboussoler leurs aficionados. Avec ce Light We Made, Balance And Composure appartient à cette seconde catégorie, changeant considérablement la donne en comparaison avec tout ce que le groupe de Doylestown, Pennsylvanie, avait produit auparavant.

O’ Brother – Endless Light

O’Brother sont américains, et même si Endless Light est leur 4ème album, il est probable que vous n’ayiez (vous non plus) jamais entendu parler de ce groupe, qui bénéficie malheureusement d’assez peu de publicité en dehors de sa contrée natale. C’est d’autant plus injuste que la qualité de ce nouvel album est assez époustouflante sincèrement, avec un potentiel d’adhésion assez immense tant le genre pratiqué par le groupe peut être fédérateur.

Basement – Promise Everything

C’est avec joie que l’on a reçu la nouvelle du retour aux affaires de Basement en juin 2014. Le groupe anglais a en effet décidé de finalement sortir de son hiatus entamé au moment de la sortie de son excellent second album Colourmeinkindness (2012). Un EP (Further Sky, 2014) et un an et demi plus tard, voici que sort Promise Everything, le troisième véritable album du groupe, un condensé de puissance et de mélodies so 90’s. Qui tient ses promesses ?
Ils promettent tout, et effectivement ils les tiennent ces promesses ! Ce nouvel album marque d’abord une certaine [...]

Driftoff – Modern Fear

A force de tourner ensemble, les groupes arrivent à s’entendre tellement bien que parfois, leurs membres en viennent à se mélanger pour en former un nouveau. C’est ici le cas pour Driftoff qui est la réunion de membres de Rosetta, Junius, City Of Ships et Superblonde. Si la plupart d’entre eux ont leur groupe d’origine tournant autour du post-hardcore, on était loin de s’attendre à en trouver dans cette optique !

Chroniques en vrac – Septembre 2015

L’actualité est riche (en sorties, mais aussi en qualité)… Trop riche pour qu’on puisse trouver le temps d’écrire des chroniques en bonne et due forme sur tous les albums qui le mériteraient plus ou moins. Dans le viseur de ce vrac de septembre, 4 albums qu’on pourra qualifier de globalement réussis, mais qui ont peu de chances de marquer leur époque.
On commence par le nouvel album de Bring Me the Horizon, That’s the Spirit. Et le premier nom qui vient à l’esprit en écoutant cet album c’est… Linkin Park. Pas que ce soit une surprise, il suffisait d’écouter les [...]

Stray From The Path – Subliminal Criminals

Déjà sept albums pour Stray From The Path, l’un des groupes actuels dont l’optique semble restée braquée quelques années en arrière sur le modèle d’un petit groupe ayant fait parler un peu de lui à l’époque, un certain Rage Against The Machine.

Spylacopa – Parallels

Spylacopa est un projet solo du guitariste de Candiria John LaMacchia dont j’avais entendu le nom pour la première fois en 2008, date de sortie d’un premier EP. Depuis, rien d’autre à l’horizon que des rumeurs jusqu’à l’annonce de la sortie de ce premier album, Parallels.

Septa – Destroyer

Pratiquement un an après avoir découvert Septa avec The Lover, le groupe ukrainien est de retour avec un nouvel EP. On retrouve sur Destroyer leur goût pour le mélange des genres, une multiplicité des influences ainsi que des pistes prenant forme cette fois dans sept titres dont aucun ne ressemble à un autre !

Pulled Apart By Horses – Blood

Pour leur troisième album, les anglais de Pulled Apart By Horses entament une mutation vers un rock noisy plutôt passe-partout (pas celui de Fort Boyard), bien loin de l’explosivité de leurs deux premiers, qui prenaient parfois des airs de screamo rappelant vaguement The Blood Brothers (sur leur premier album éponyme notamment). Une envie d’assagissement qui se matérialise donc sur Blood, montrant une facette certes moins nerveuse du quartet de Leeds, mais néanmoins toujours abrasive.

A Ghost Orchestra – Vile Hymns

En voilà un groupe qui a mal choisi son nom ! A Ghost Orchestra mériterait en effet de sortir de leur transparence tant leur musique fait mouche. Vraisemblablement grands amateurs de Norma Jean et d’Every Time I Die devant l’éternel, les australiens ont donc compilé le côté nerveux et catchy des premiers avec la fureur abrasive des seconds, ça ne réinvente pas la poudre certes, mais pour ce qui est de savoir la faire parler, les gaillards d’Adelaïde sont là !