Latest Content

The Faceless – In Becoming A Ghost

Ce n’est pas forcément une opinion communément admise, mais pour moi The Faceless a sorti en 2008 une pierre angulaire du death technique/progressif, Planetary Duality, et grâce à cet album le groupe a gardé une certaine aura de précurseur jusqu’à aujourd’hui. Ce 2ème album les voyait abandonner tout coté deathcore et s’aventurer dans un genre associant une imagerie et des sonorités futuristes avec la férocité d’un death mécanique exécuté de manière chirurgicale, sur des rythmiques furieuses et des mélodies mémorables toujours assez macabres mais parfois proches du jazz fusion. Au vu du nombre de personnes attendant avec impatience la sortie de [...]

Atheretic – Apocayptic Nature Fury

Certains collectionnent les singles de Iron Maiden, d’autres les albums de Senmuth, d’autres encore les canards vivants. C’est au début des années 90 que j’ai commencé à collectionner les groupes de Death Technique. Cette recherche frénétique a naturellement connu des vagues et des creux ; comme pour le bon vin il y eut d’excellents crus, des piquettes et des années de disette. De peur de manquer, je décidais même de ne pas être trop sélectif, de dépasser la limite définie, mais poreuse du style, et d’accueillir dans ma collection des albums que d’autres auraient écartés. Je pensais les avoir [...]

Acephalix – Decreation

Quand les membres de ton groupe principal s’éclatent dans d’autres projets, tu dois attendre un peu pour te refocaliser sur celui-ci. Pour Acephalix, l’attente aura duré cinq ans depuis la sortie de Deathless Master, leurs membres étant occupés par Vastum, Necrot, Lawless ou encore Depressor. Mais la bande ainsi mise en hiatus (inactive jusqu’en 2015) est de retour, bien décidée à refaire parler la poudre, ce qu’elle fera parfaitement avec ce Decreation, ou la symbiose parfaite de Bolt Thrower, de crust et de death à la suédoise.
Le groupe de San Francisco revient donc à ce qu’il sait faire de mieux, [...]

Dormant Ordeal – We Had It Coming

Imaginez une terre dévastée par une guerre millénaire. Un paysage de boue et de cendres, un charnier jonché d’os et de lances. Imaginez un monde qui ne connait plus le Soleil, théâtre de la dernière bataille entre deux royaumes. Du sommet de la plus haute montagne, balayé par le vent et le feu, une divinité antique ordonne son armée de monstres sanguinaires ; depuis son château décrépit, un vieux roi, rendu fou et aveuglé par la rage, pousse vers la mort ses braves soldats. Imaginez, si vous le voulez, un détachement de mercenaires nains sales et hirsutes, des héros [...]

Fleshkiller – Awaken

Extol est apparemment une nouvelle fois en sommeil, après un pourtant excellent album de comeback sorti en 2013 et qui n’augurait que du meilleur pour la suite. Cet album aura-t-il un successeur, difficile de le dire aujourd’hui, mais on peut en revanche trouver un remplaçant de choix (et même plus encore) dans cet Awaken, signé Fleshkiller. Car Fleshkiller n’est rien de moins que le nouveau projet de Ole Børud, guitariste norvégien plutôt génial à qui l’on doit certainement beaucoup dans l’originalité d’Extol.

Septicflesh – Codex Omega

Qu’attendre d’un groupe comme Septicflesh en 2017 ? La question est pertinente car on reproche souvent à des groupes de ne pas faire preuve de suffisamment d’audace et d’innovation et de se reposer sur leurs acquis. A l’inverse, lorsqu’un groupe prend des risques, une horde de fans déçus lui tombe généralement dessus pour avoir osé « changer ». L’équilibre est délicat et subtile entre continuité et changement.

Prognathe – We’re Sane

Encore un groupe à côté duquel j’ai toujours réussi à passer, et pourtant les deux toulousains néanderthaliens déjantés de Prognathe se sont associés il y a déjà 5 ans. We’re Sane est d’ailleurs leur 3ème sortie et même s’ils tentent de nous persuader du contraire, on est en droit de douter de leur santé mentale vu le cocktail survitaminé et ultra-violent qu’ils nous proposent. La pochette donne d’ailleurs le ton, il n’y aura pas de quartier pendant près de 50 minutes et ça va hurler en mode grind/death avec quelques touches de doom/sludge crasseux.

Frailty – Ways of the Dead

Pas forcément évident de faire rimer Lettonie avec metal dans l’absolu. Et pourtant Frailty existe depuis maintenant presque 10 ans et vu la qualité de son 3ème album, Ways of the Dead, voilà un groupe qui mérite d’être pris très au sérieux, comme l’avait d’ailleurs déjà souligné le collègue Darkantisthène, dans sa chronique du premier album du groupe sorti en 2008, quelque part dans ses colonnes.

Slagduster – Deadweight

Près de sept ans après Nature.Humanity.Machine, les canadiens de Slagduster reprennent enfin du service armés de neuf nouvelles compos aux ingrédients carrément alléchants. Effectivement, quand on jette un coup d’œil au name-dropping leur servant d’inspirations, celui-ci donne particulièrement envie de se pencher sur Deadweight !  « For fan of Gojira, Sikth, Meshuggah, The Dillinger Escape Plan, Between The Buried And Me« , avouez qu’il y a pire !

Goresoerd – Antikeha

On ne connait pas très bien la scène balte par chez nous, estonienne plus particulièrement. Mis à part Loits et Tommy Cash dans un tout autre style, peu de groupes ont réussi à faire parler d’eux en dehors de leurs frontières. Goresoerd vient de Tallinn, la capitale, et a déjà sorti quatre albums depuis sa création en 2004. La signature du groupe sur Inverse Records et une distribution internationale pourrait bien l’aider à se faire connaitre, alors musicalement ça donne quoi ?