Latest Content

A Scar For The Wicked – The Unholy

Le premier contact avec un album se passe généralement avec sa cover, donnant envie d’écouter son contenu si elle nous plait, mais ayant l’effet totalement inverse si l’on ne la trouve pas a notre goût. C’est le second cas qui s’est produit pour The Unholy, second EP des canadiens d’A Scar For The Wicked dont l’artwork assez clichesquement moche semble provenir d’une imprimante de mauvaise qualité. On part donc sur un mauvais apriori qui sera heureusement un peu oublié par la qualité sonore du groupe d’Ottawa.

PlasticBag FaceMask – How To Kill A Dead Franchise

Rescapé de l’époque Myspace, PlasticBag FaceMask est un duo de chambre d’ados (devenus grands) originaire de Fresno (Californie) composé de Jacob Lee (chant, tout instruments) et de Patrick Hogan (chant, batterie). Tous deux officient dans un style complexe assez difficile à définir: d’une base hardcore/metal assez ouverte, le groupe prend des libertés rythmiques (devenant souvent franchement chaotiques) et barde donc ses morceaux de (très) multiples changements de plans. Une frénésie couplée à une boulimie créative (cet album étant leur seizième sortie en dix ans d’existence) qui leur a valu de figurer sur l’un des compilations de Mathcore Index, dénicheur [...]

Sanction – The Infrigement Of God’s Plan

The Infrigement Of God’s Plan est sorti en 2017 mais il aurait pu sortir en réalité une bonne quinzaine d’années auparavant. En effet, reprenant de bien nombreux éléments des débuts du metalcore, les newyorkais de Sanction auraient pu être signés sur Victory ou Trustkill.

Eternal Void – Catharsis

Sorti dans un premier temps en 2014, Catharsis, premier album d’Eternal Void se voit ressortir agrémenté de pistes supplémentaires quatre ans plus tard suite à la signature du groupe sur un label, Tragic Hero Records en l’occurrence. Les quatre de Dayton, Ohio, officient dans mélange de metal(death)core assez ouvert, possédant quelques incursions djent et de nombreuses mélodies. Et malgré des phases de déjà-entendu, cet album se révèle plutôt agréable.

Live-report: Heaven Shall Burn/August Burns Red/Whitechapel/In Hearts Wake

Concert du 14 mars 2018 au Roxy (Prague).
Quasiment trois ans après l’un de mes premiers live-reports sur Eklektik, le groupe dont il était question à l’époque, In Hearts Wake, revient en terres tchèques, accompagné cette fois de grosses écuries dont les allemands de Heaven Shall Burn qui célèbrent pour l’occasion leur ultime tournée concernant l’album Wanderer. C’est donc cette fois-ci au Roxy, grosse salle pouvant accueillir un bon millier de personnes qu’a lieu le concert, l’occasion pour voir dans un premier temps si les australiens se défendent aussi bien qu’en club.

Widespread Disease – Chaos

Premier long-format pour Widespread Disease, groupe parisien qui avait jusqu’alors sorti trois EP (en autant d’années) suite à leur formation en 2011. Trois ans plus tard sort donc Chaos, premier album au nom prédestiné ?
Les deathcore des parisiens sonne d’emblée de manière assez familière, on est très proche de Whitechapel pour le côté in your face tant de la voix (assez versatile, on va y revenir) que des guitares, puis il y a ces quelques refrains en voix clean qui débarquent le temps du morceau-titre puis de « The Flight Of The Great Unknown », je reste un peu mitigé [...]

Virgil – Initium

Le deathcore a-t-il tout dit ? Y a-t’il encore un intérêt à jouer du deathcore ? Deux questions que j’ai eu tendance à me poser ces dernières années tant le genre m’a paru tourner en rond. Puis voilà qu’on m’a proposé le premier EP de Virgil, jeune formation nordiste (débutée en 2016) dont le name-dropping de promo « Pour les fans de Thy Art Is Murder, Behemoth et The Black Dahlia Murder » (soient trois groupes assez différents les uns des autres) m’a incité à tenter l’écoute.

SphereDemonis – The Revelation Of The Pyramids

Formé en 2013 du côté de Moscou, SphereDemonis aura attendu quatre ans pour sortir un véritable premier album. Le quintet russe puise son inspiration autour des civilisations accadiennes et sumériennes qu’il met en musique dans un mix de death metal (mélodique comme brutal) et de deathcore plus moderne, le tout surplombé d’un côté symphonique.

Protosequence – Biophagous

Technique et brutalité font parfois bon ménage. Inscrit dans la lignée de groupes comme Abiotic, The Shoenberg Automaton, Archspire ou des débuts de The Faceless ou de Fallujah, Protosequence est de ces groupes qui aiment faire cohabiter riffs mastocs, leads mélodico-complexes et vocaux bien imposants, une recette bien connue que le groupe d’Edmonton (Canada) lie avec quelques apartés plus paisibles, voire aériens.

Make Them Suffer – Worlds Apart

Vu en live en 2012 alors qu’il ouvrait pour Job For A Cowboy, Beneath The Massacre et War From A Harlots Mouth, Make Them Suffer ne m’avait alors pas fait une énorme impression (surtout vu le calibre des groupes suivants !). Les australiens défendaient alors Neverbloom, leur premier album mixant deathcore et black metal à tendance symphonique. Un mélange que le groupe a affiné dans Old Souls (2015) puis aujourd’hui dans Worlds Apart, renouvelant même le son du groupe.