Latest Content

Cursed Earth – Cycles Of Grief Volume I: Growth

Originaire de Perth, Cursed Earth est la nouvelle signature du label australien UNFD, et pour ainsi dire, on n’aurait jamais parié sur un groupe du genre dans cette écurie. En effet, habituellement dépositaire d’un metalcore à tendance mélodique, voici qu’ils sont allés nous dénicher un tout jeune combo dénotant particulièrement du reste par son extrême violence.

Bermuda – Nepenthe

Bermuda est un groupe de metalcore ayant fait ses armes chez l’un des labels US les plus prolifiques en la matière, j’ai nommé Mediaskare (As Blood Runs Black, Lionheart, The Ghost Inside etc.). Un EP et deux albums plus tard, le groupe californien a décidé de changer de crèmerie en faveur de Urban Yeti Records, boite beaucoup plus modeste. Au menu de ce troisième LP on trouve du metalcore donc mais teinté de death et de djent, histoire d’en mettre plein la vue aux kids en pantacourts en manque de sensations fortes.

Despised Icon – Beast

Comptant parmi les pionniers du deathcore, Despised Icon a imposé sa toute-puissance sur ce style devant des wagons de suiveurs. Très actif entre 2002 et 2010, c’est cette année-là que le groupe québécois, las de tournées incessantes, décida de stopper ses activités. Puis en 2014, ces derniers se sont laissés tenter par quelques concerts, puis l’envie est revenue, au point de sortir cette année un nouvel album, leur cinquième, bien nommé Beast.
Point de révolution chez Despised Icon, le deathcore est toujours leur dada. Mais attention, il n’est toujours pas question d’y caler des mélodies emo, le groupe est [...]

Zygoma – The Highest Court

Les apparences sont parfois trompeuses. Zygoma tend à montrer qu’il a choisi la simplicité en prenant ce patronyme, nommé auparavant The Zygoma Disposal. Zygoma, ça va plus vite et ça se retient plus facilement (et ça se classe forcément à la fin de l’alphabet), mais musicalement le groupe belge n’a pas souhaité traiter sa musique de la même manière, The Highest Court étant un album ultra dense, complexe, mélangeant les styles et les ambiances dans un maelström dévastateur.

Heart of a Coward – Deliverance

Sur le papier Heart of a Coward a tout du groupe qui ne m’intéresse pas. La musique des anglais se situe en effet aux frontières du djent (avec des riffs meshuggesques typiques), du metalcore voire du deathcore, soit globalement les genres qui m’intéressent le moins sur la scène metal.
Sauf qu’à toute bonne règle ses exceptions… Et ce Deliverance s’est imposé à mes oreilles comme une petite bombe qui vient idéalement compenser mon manque d’intérêt et de conviction sur la durée à l’écoute du dernier Lamb of God ou des dernières offrandes de Unearth. Pas que les anglais officient à [...]

Praetoria – Mirror Of Modernity

Quintet parisien formé en 2009 et jouant du « death-thrash-core », Praetoria livre avec ce Mirror Of Modernity son premier album (faisant suite à The New Rein, EP sorti en 2013 ainsi qu’un single 2-titres la même année). Doté d’une production bien imposante et de compos ultra violentes, cette première livraison est aussi redoutable que semble l’être la demoiselle guerrière présente sur la pochette.

Oceans Ate Alaska – Lost Isles

Originaire de Birmingham, Oceans Ate Alaska officie depuis 2011 au sein de la scène metalcore anglaise où il a commencé à se faire une place. Après deux EPs sorti sur Density Records, le groupe a été repéré par Fearless Records (label sur lequel étaient At The Drive-In ou encore Portugal.The Man il y a quelques lointaines années et qui officie désormais principalement dans le metalcore) et sort aujourd’hui Lost Isles, premier album plutôt dense (13 titres).

Acrania – Totalitarian Dystopia

Pochette immonde, Unique Leader comme label, tout porte à croire qu’Acrania soit la nouvelle tendance brutal death metal. Bien bernés que nous sommes en écoutant les premières mesures de Totalitarian Dystopia puisque le groupe londonien joue bien du brutal death…core ! Attendez, ne partez pas, c’est du deathcore ok, mais du bon !

Upon A Burning Body – The World Is My Enemy Now

Dans le genre promo minable, Upon A Burning Body est passé à un niveau supérieur à tout le reste pour annoncer leur nouvel album. Leur chanteur Danny Leal a en effet pour l’occasion simulé son propre enlèvement, tweets qui font « frémir » à l’appui (« olala, j’ai entendu un bruit dans ma maison, j’ai l’impression d’être dans un film d’horreur »). L’annonce de sa disparition via facebook a ajouté un surplus de psychose chez les fans du groupe les plus crédules, dont certains ont même contacté la police. Le lendemain de ces posts, le boss de Sumerian Records a coupé court à [...]

Carnifex – Die Without Hope

Apparu il y a quelques années en pleine ascension du deathcore, Carnifex a, comme beaucoup de ses congénères, vu son intérêt décroitre au fil des sorties (quatre albums en cinq ans tout de même !). Sonnant de plus en plus générique donc de moins en moins intéressant, le groupe californien a donc (judicieusement) annoncé sa mise en pause en 2012. Une pause qui n’aura donc pas duré bien longtemps, même pas deux ans !