Latest Content

Teenage Wrist – Chrome Neon Jesus

Autrefois maison mère de tout ce qui se faisait de mieux en matière de punk rock (en même temps, c’est un certain Brett Gurewitz de Bad Religion qui l’a fondée), Epitaph Records a ensuite ouvert son catalogue à d’autres styles plus ou moins liés, signant de nombreuses formations incontournables (Converge, Architects, Parkway Drive ou encore Bring Me The Horizon) ainsi que d’illustres inconnus. Teenage Wrist fait partie de cette seconde catégorie.

Slow Crush – Aurora

Le shoegaze connaît un regain d’intérêt ces dernières années entre le retour aux affaires de Slowdive ou le succès de Nothing, les nostalgiques des atmosphères cotonneuses sur fond de murs de guitares peuvent être aux anges. Originaire de Belgique, Slow Crush déboule à son tour dans le game avec ce Aurora, premier long-format faisant suite à l’EP Ease et signé chez les excellents Holy Roar Records qui sort un peu de sa zone de confort hardcore torturé.

Launder – Pink Cloud

Nouvelle tête du style shoegaze/dreampop américain, Launder repose sur les épaules d’un certain John Cudlip, jeune homme ayant débuté la musique en débarquant à L.A. suite à une rencontre avec Jackson Phillips de Day Wave (groupe d’indie/synthpop californien). Pour son premier EP, Cudlip a su s’entourer, notamment de Zachary Cole Smith (guitariste de DIIV) et de la chanteuse frenchie Soko, tous trois plongeant ce Pink Cloud dans un bain totalement 80’s.

ISON – Andromeda Skyline

ISON est un duo suédois formé par Heike Langhans (Draconian, LOR3L3I) et Daniel Anghede (Crippled Black Phoenix, Hearts Of Black Science) en 2015. La même année, le duo a sorti son premier EP Cosmic Drone, un EP qui voit enfin sa suite sortir après trois ans de silence…

Deafcult – Auras

Révélé en 2015 par une excellente démo éponyme (contenant l’énorme morceau « Akira » dont le clip emprunte des images du culte « The Doom Generation » de Gregg Araki), Deafcult a bien pris son temps pour mieux revenir deux ans plus tard avec leur premier full-length sous le bras. Les six australiens n’ont pas changé leur fusil d’épaule, confirmant les attentes engendrées par leur démo.

Mamiffer – The World Unseen

Depuis qu’il a stoppé les activités d’Isis, Aaron Turner ne reste pas sans rien faire et se montre très productif entre Sumac et Old Man Gloom. Mamiffer est l’un de ses autres projets et peut-être bien celui qui lui tient le plus à cœur étant donné que l’autre membre de ce projet est Faith Coloccia (House Of Low Culture, Everlovely Lightningheart, ex-Pyramids), qui n’est autre que sa compagne. The World Unseen est le quatrième album du duo, oscillant entre atmosphères minimales glaciales et nappes chaudes dans lesquelles se lover confortablement.

Astronoid – Air

« Dream thrash ». Je crois que là on est bon pour le genre le plus farfelu lu depuis un bail. Et pourtant en se lançant dans l’écoute de ce Air, c’est bel et bien ce qu’on entend. Astronoid est un groupe formé il y a quatre ans à Groveland, Massachussetts, ayant déjà sorti deux EPs auparavant (Stargazer et November) qui ont apparemment reçu un très bon accueil. Bon alors kezako le dream thrash ?

Helios – Yume

Multi-instrumentiste ultra prolifique dans divers projets – Goldmund et Mint Julep (ce dernier dans lequel il officie avec sa compagne Hollie) – Keith Kennif est Helios, projet entre ambient et post-rock actif depuis 2004. Yume, son dernier album en date correspond parfaitement à son titre signifiant « rêve » en japonais, soient dix nouveaux titres parfaits pour laisser l’âme des auditeurs divaguer…

SBTRKT – Wonder Where We Land

Comme je l’avais pressenti lors de ma chronique de Transitions, cet EP ne marquait là qu’un exercice de style pour SBTRKT. Wonder Where We Land marque en effet le retour des featurings, invités à poser leurs voix sur les pistes sonores composées par Aaron Jerome. De ce fait, ce nouvel opus se dévoile quelque part entre les deux visages du personnage…

Sleep Party People – Floating

Voici l’album idéal pour une petite session rêverie. Projet initié par le lapin multi-instrumentiste danois Brian Batz, Sleep Party People signe avec Floating, un troisième album à l’univers toujours aussi unique, entre atmosphères embrumées et voix étrangement vocodée, comme un petit tour chez un Lewis Caroll version aérienne…