Latest Content

Azathoth Circle – Across The Wounds

Même si on y regarde pas si souvent, la scène metal de l’est est particulièrement active. Aujourd’hui c’est vers l’Ukraine que l’on se dirige. Azathoth Circle vient en effet de Kiev et propose avec ce Across The Wounds son premier album (faisant suite à l’EP The Replacement). Mené par sa charismatique chanteuse Alexandra Babiy, le groupe livre un metal alternatif, opposant des parties burnées entre death metal et metalcore à des passages plus atmosphériques, voire gothiques… et bien plus encore !

Grave Pleasures – Motherblood

Climax, 1er album des finlandais de Beastmilk sorti en 2013, avait fait son petit effet mine de rien, pas seulement parce qu’il était produit par Kurt Ballou mais aussi parce qu’il balançait avec talent et efficacité un death rock empreint de références, entre gothique et post-punk.Certainement aussi car on y retrouvait au chant un certain Kvohst (Mat Mcnerney), ex frontman de Code, Dodheimsgard, et leader de Hexvessel. Alors qu’un second album était annoncé, c’est avec surprise que l’on apprenait courant 2015 le split du groupe du fait de désaccords internes. En réalité le groupe allait continuer l’aventure sous l’impulsion de [...]

Epping Forest – lebaBvoid

Epping Forest est un groupe portugais actif depuis 1998 mais à l’activité discographique assez discrète, preuve en est la sortie de ce lebaBvoid, neuf ans après Everblasting Struggle, leur premier long-format. Comptant en ses rangs d’anciens Corpus Christii dont le batteur Menthor, actuellement actif chez Lvcifyre ou Nightbringer, le groupe de Figueiras pratique un black metal typé orthodoxe mais ponctué de nombreux autres éléments pour un nouvel album finalement très, mais alors très très ouvert.

Dool – Here Now, There Then

Bon d’accord le nom du groupe est un peu pourri et fait un peu repoussoir tant il sent la douloureuse panne d’inspiration. Pourtant au-delà du rapprochement avec le groupe américain dont le nom commence par un « T »,  Dool signifie surtout « Exil » en hollandais, un mot qui colle au final plutôt bien à l’ambiance sombre de ce Here Now, There Then premier album de ces bataves qui sont issus de groupes comme the Devil’s Blood (le bassiste et batteur) et Gold, auxquels il faut ajouter la chanteuse Ryanne Van Dorst aussi (in)connue sous le pseudonyme de Elle Bandita.

Bölzer – Hero

Oh qu’il était attendu ce premier album des suisses de Bölzer… Après 3 EP, le duo se devait de concrétiser les espoirs placés en lui, notamment sur le fabuleux (2ème EP) Aura d’autant que sa dernière sortie en date, Soma, avait quelque peu douché les espoirs de certains (dont les miens). Le tandem allait-il réussir à accoucher de son premier album sans décevoir ses fans ?

Bilan 2015 Metal / Hardcore – Krakoukass

Après un premier bilan consacré au black et au death, voici maintenant le bilan des meilleurs albums de metal (hors black et death donc) et de hardcore / noise et assimilés sortis en 2015, par genre et dans l’ordre alphabétique.
Les meilleurs albums de metal de 2015
6:33 – Deadly Scenes : Première claque de l’année 2015, d’autant plus inattendue que je n’étais pas spécialement amateur des français de 6:33 jusque-là. Faith No More + Carnival in Coal + Devin Townsend en gros…

Ghost – Meliora : Pas de tromperie sur la marchandise, les énigmatiques Ghost livrent là [...]

Secrets of the Moon – SUN

Ma (probable) dernière grosse claque de l’année nous vient des allemands de Secrets of the Moon. Et la surprise est de taille car il faut bien reconnaître que l’intérêt des sorties du groupe tendait à s’amenuiser avec le temps, après deux albums référence (Carved in Stigmata Wounds et Antithesis). Rien de honteux pour autant, et ne nous méprenons pas : Privilegivm autant que Seven Bells étaient tous deux de très bons albums. Le premier en tant que doublon d’Antithesis, le deuxième dans une sorte de tentative d’aller chasser sur les terres dark/doom d’un Triptykon. Mais on ne pouvait s’empêcher de penser [...]

Paradise Lost – The plague within

Quel naïf j’ai été. Et ce à double titre.
Dans un premier temps, j’ai pensé que le groupe allait enfin renouer avec une période que j’adore et qui me manque un peu : celle de One second (1997).  Gregor Mackintosh (guitariste et compositeur) s’adonnant depuis quelques temps au death metal via le projet Vallenfyre et Nick Holmes (chant) ayant succédé à Swanö, Akerfeldt et Tägtgren derrière le micro nauséabond et guttural de Bloodbath, il m’avait semblé logique que Paradise Lost explorent à nouveau des voies moins pesantes.

Moonspell – Extinct

Je sais pas vous, mais pour ma part ça fait bien longtemps que je ne m’intéresse plus de très près à la carrière et aux sorties discographiques des portugais de Moonspell. Je jette toujours une oreille distraite à leurs sorties, sans jamais ressentir l’intérêt que j’avais pu trouver il y a de cela bien longtemps, pour l’excellent Sin/Pecado. Malgré des tentatives pour s’extirper des carcans du metal gothique, avec quelques incursions/retours vers un metal plus extrême, le groupe mené par Fernando Ribeiro apparaît finalement depuis longtemps maintenant comme un simple second couteau de la scène.

Jessica93 – Rise

D’abord il y a cette pochette au pouvoir hilarant certain, et qui agira pour certains d’entre nous comme un déclencheur d’achat compulsif…
Pour le reste en ce qui me concerne, l’inoculation du virus Jessica93 a pris un certain temps. Découvert avec Who Cares sorti l’an passé, je n’ai d’abord ressenti que lassitude et force bâillements à l’écoute de ces titres répétitifs, lancinants jusqu’à l’endormissement. Et pourtant, mystère de l’inconscient, allez savoir pourquoi, je le ressors régulièrement depuis, et je ressens maintenant une attraction irresistible pour l’ambiance urbaine et dépressive distillée par le poison de Jess93. L’album a fini par se faire même une bonne [...]