Latest Content

Portrayal Of Guilt – Let Pain Be Your Guide

Sortant de nombreux formats courts depuis l’an dernier (EP, démos et un split avec les excellents Street Sects), Portrayal Of Guilt passe enfin à l’étape supérieure avec ce Let Pain Be Your Guide, premier album d’une mixture de screamo et d’autres éléments sombres, le tout balancé avec une brutalité inouïe.

The Great Sabatini – Goodbye Audio

Quatre ans après Dog Years, le quartet québécois The Great Sabatini fait son retour, en autoproduction cette fois. Le groupe montréalais montre ici une nouvelle fois au travers ce nouvel album son amour immodéré pour les années 90, principalement du côté noise de la force.

U-Foes – Whiteout

Fondé en 2009 par d’ex et actuels membres de The Lionheart Brothers, Jagga Jazzist ou encore Silence The Foe, U-Foes est donc un (faux) jeune groupe de gars déjà bien établis dans la scène hardcore/rock’n roll norvégienne. Cependant U-Foes entend bien se distinguer des autres groupes de ses membres en proposant une formule très alléchante: « Comme si Melvins, Torche et Slayer, bourrés à l’absinthe, avaient un bâtard et l’abandonnaient en forêt pour qu’il y meure ». Le ton est donné, et ce n’est pas vraiment ce à quoi on pouvait s’attendre !

Silent Planet – When The End Began

Pochette sombre, titre dans les mêmes tons, tout laisse à penser que ce troisième album de Silent Planet ne va pas être la fête au village. Confirmation directe lorsque l’on jette un œil aux thématiques abordées dans ce When The End Began, de la drogue à la maladie en passant par la société de consommation ou les relations compliquées, là aussi on se dit que son écoute devrait nous secouer un peu. Pourtant le groupe californien brouille toutes les attentes en délivrant un metalcore assez conventionnel mais plutôt percutant, et non dénué d’émotions bien entendu.

City Hunter – Deep Blood

3 heures du mat’, la fête a été sympa mais il est l’heure de rentrer. Un peu pompette, vous vous élancez dans des dédales de rues nocturnes, vous n’habitez qu’à quelques pâtés de maisons, ça ira vite. Tout à coup, vous vous retournez, vous sentez que quelque chose vous suit, mais rien à l’horizon, ça doit être l’alcool. Vous accélérez quand même un peu et sentez que ça vous colle toujours aux basques sans vous laisser aucun répit. Il est là derrière vous, c’est certain, vous vous retournez encore alors que votre souffle s’accélère, toujours rien. Des chiens aboient [...]

Drug Church – Cheer

Un album « trop pop pour les fans de hardcore, trop hardcore pour les fans de pop ». C’est par cette description assez bien trouvée que la fiche promo décrit Drug Church. Le groupe d’Albany (New York) mené par le très charismatique Patrick Kindlon (Self Defense Family/ex End Of A Year), ayant fait l’essentiel de sa carrière chez le très respectable No Sleep Records, sort ce Cheer chez Pure Noise Records avec des promesses de changements.

The Algorithm – Compiler Optimization Techniques

Faisant marcher metal et electro main dans la main depuis déjà quelques paires d’années, The Algorithm fait son retour avec un quatrième album (autoproduit ici), deux ans après le très bon Brute Force et seulement un an après son premier effort sous le nom Boucle Infinie. Rémi Gallego a pour ce dernier davantage creusé vers le rétro grâce à des synthés typés 80’s. Un côté synthwave qui déborde aujourd’hui un peu dans ce Compiler Optimization Techniques.

NoiSays – S/T

Tout jeune groupe fondé en début d’année du côté de Baltimore, NoiSays a apparemment toujours su ce qu’il voulait faire et n’a pas souhaité trop attendre avant de livrer un premier full-length. Ce qu’il a voulu faire: du mathcore, mais attention, le mathcore version « début des années 2000 », tout en frénésie, liberté d’écriture et imprévisibilité.

Cortez – No More Conqueror

L’album le plus intense de l’année, ne le cherchez plus, il est là. Déjà revenus en 2013 après plusieurs années de silence avec le très bon Phoebus, les suisses semblent plus que jamais décidés à prouver que la maturité et l’expérience leur va à ravir puisque ce No More Conqeror, tout résolument différent des précédents albums qu’il soit (et il l’est !), est à mon sens leur meilleur album. Il faut dire que si j’avais beaucoup apprécié Phoebus, ce n’était pas le cas du premier album Initial qui m’a toujours méchamment tapé sur le système avec son hardcore / post-hardcore [...]

Racetraitor – 2042

Seconde vie pour Racetraitor, vieux de la vieille du hardcore metal straight edge ricain. Le groupe fondé en 1995 s’est arrêté quatre ans plus tard (terminant par un split avec Burn It Down sorti chez Trustkill) pour finalement reprendre du service il y a deux ans. Déjà autrefois fortement politisé, le message du groupe s’est donc actualisé à l’ère de Trump avec toutes les sortes de violences qui pullulent dans nos médias.