Latest Content

Buioingola – Il Nuovo Mare

Attention grosse sensation ! Si vous êtes lecteur assidu de nos pages, vous savez sûrement combien j’apprécie les sorties de chez Sentient Ruin Laboratories, le label (qui apprécie faire son marché de l’autre côté de l’Atlantique) sachant surprendre à chaque fois et prendre des risques en révélant des groupes souvent uniques en leur genre. Avec les italiens de Buioingola et leur album Il Nuovo Mare, il vient de mettre en lumière un prétendant au podium 2017 !

Diablerie – The Catalyst Vol.1 : Control

16 ans! Il aura fallu 16 ans aux finlandais de Diablerie pour accoucher de leur 2ème album. Certes plusieurs EP/Démo sont sortis dans l’intervalle, mais tout de même, voilà des gens qui prennent vraiment leur temps.

Red Harvest – Hybreed (reissue 2017)

Voilà une sortie qui fait plaisir. Pour son contenu évidemment, mais aussi parce qu’elle vient d’un label français, Cold Dark Matter Records pour ne pas le citer, et d’un homme qui le dirige sans jamais que son honnêteté et sa passion puissent à aucun moment être remises en cause. On sent que les sorties de ce label, si rares soient-elles, sont travaillées avec une foi et une passion inébranlables. Vous allez me dire que Cold Dark Matter n’est pas le seul label de ce genre, et vous aurez raison. Mais qu’importe, ça fait du bien de se le redire, [...]

Violent Magic Orchestra – Catastrophic Anonymous

Violent Magic Orchestra (simplifié en VMO), c’est un projet né de la rencontre entre Vampillia, excellent groupe japonais mêlant black metal et ambiances plus éthérées (parfois post-rock), Pete Swanson (ex-Yellow Swans, groupe de noise à tendance electro qui venait du côté de Portland) et du surdoué frenchie Paul Régimbeau, connu pour ses activités électroniques dans Mondkopf ou Extreme Precautions. Un melting-pot d’influences complété par des invités haut-de-gamme puisque Attila Csihar (Mayhem) et Chip King (The Body) viennent apposer leurs voix sur ce Catastrophic Anonymous, premier album forcément très original… et pas vraiment destiné à toutes les oreilles !

Subliminal Fear – Escape From Leviathan

Jamais je n’avais eu la chance (?) de poser mes oreilles sur Subliminal Fear auparavant, ce groupe italien est pourtant actif depuis maintenant 15 ans et a réalisé deux albums auparavant (le dernier étant sorti en 2012). Pour ce Escape From Leviathan, le groupe de Bari compte surtout sur ses invités (Guillaume Bideau de Mnemic et One-Way Mirror, John Howard de Threat Signal et Lawrence Mackrory de Darkane) et sur son artwork (signé Seth Siro Anton de Septicflesh) pour rameuter les auditeurs, plein de beau monde pour un album pourtant malheureusement anecdotique.

Puscifer – Money Shot

On le sait bien depuis longtemps, Maynard James Keenan (la voix de Tool) est un drôle de personnage. Mais même sachant ça, j’aimerais avoir une conversation avec lui afin qu’il m’explique d’où viennent ces idées de pochettes pour son groupe Puscifer. Vous allez me dire : qu’est-ce qu’on s’en bat le steak des pochettes ? Bien sûr la musique d’abord, tout ça tout ça, mais tout de même, on peut légitimement penser que la pochette (désolé d’enfoncer des portes ouvertes) sert à illustrer la musique et à ce titre, devrait être connectée à cette dernière.

Health – Death Magic

Hein? C’est pour quoi? Ah oui le nouvel album de Health c’est vrai… On a beau prévoir une permanence estivale (désolé Beunz c’est tombé sur toi cette année), on n’est pas à l’abri d’être dérangé pour ce genre d’actualité brûlante. Il faut dire qu’on l’attendait de pied ferme ce nouvel album des américains déclarés un peu trop vite prodiges et nouveaux leaders d’une scène arty/indus pourtant inexistante, après la sortie d’un honnête, mais franchement trop brouillon encore premier album (Get Color).

Eisbrecher – Schock

La Grèce ayant envoyé il y a quelques semaines un message assez inamical – bien que démocratique – à l’Allemagne, il m’a paru utile d’essayer de remonter le moral de nos voisins teutons. Persuadé que la nouvelle du décès de Demis Roussos n’aura pas eu pour effet de créer une liesse immense permettant aux Allemands de ne pas broyer du noir, j’ai pensé leur (re)faire prendre conscience qu’ils restent un grand peuple en terme de musique.

Death Engine – Mud

On a gardé en mémoire Amen, premier EP de Death Engine, première carte de visite prometteuse touchant autant à ce mélange de hardcore(s) si cher à l’écurie Throatruiner qu’à des ambiances noise à la limite de l’indus. Un premier essai court mais intense qui voit sa suite sortir cette année.

Anaal Nathrakh – Desideratum

Y a-t’il un pilote chez Anaal Nathrakh ? Non parce que cela fait plusieurs albums que le groupe anglais semble être sur pilote automatique, livrant une recette certes maitrisée, mais désormais sans surprise, voire sans passion. Et ce n’est malheureusement pas avec Desideratum, leur 8e album, que le duo va bouleverser ses habitudes…