Latest Content

hubris. – Metempsychosis

En ces temps difficiles où l’actualité est source d’inquiétude extrême, la musique sert souvent d’exutoire. Qu’elle soit violente pour extérioriser les tensions ou plus douce pour apaiser, son pouvoir est infini. Bref, vous prendrez ça peut-être pour des banalités mais voilà, cet album d’hubris. fait vraiment partie des albums issus de cette seconde catégorie, invitant au voyage sensoriel pour se déconnecter du monde réel, et cela fait un bien fou !

Shelter – Spetsnaz

Ne cherchez pas de Ray Cappo dans le coin, ce Shelter-là est français, de Lyon plus précisément, et joue quelque chose à mille lieues du hardcore straight edge ou du hardcore tout court. Non, on est là avec une musique beaucoup plus difficile à décrire en un mot. Entre metal progressif, jazz et math rock, le groupe vaut surtout pour la présence aux avant-postes d’une trompette menant souvent les débats ou laissant parfois une réponse à une guitare toute aussi déchaînée tandis que le reste du groupe les complète avec des rythmiques complexes, pas loin d’une frénésie épileptique. Second [...]

Tiny Moving Parts – breathe

Un peu moins de deux ans après le réjouissant Swell, Tiny Moving Parts fait son retour sur une nouvelle structure: Hopeless Records (Sum 41, Taking Back Sunday entre autres). breathe (sans majuscule) est donc dans la lignée de son prédécesseur, enjoué et énergique entre emo et math rock.

Fou de Joie – S/T

Fou de Joie s’est formé en 2015 du côté de Clermont-Ferrand, souhaitant mettre en commun les influences de chacun des membres: du post-rock, du math-rock et du midwest emo. Détail intéressant, le groupe n’a pas de chanteur à proprement identifié, chacun y va de sa participation vocale, et parfois en chœur. Ce premier album (financé via une plate-forme collaborative) ne se range donc dans aucune case prédéfinie, les clermontois nous guidant au gré de leurs fourmillantes idées.

NYOS – Now.

NYOS est un duo instrumental finlandais dont la musique se classe aux confluents de styles tels que le post-rock, le noise rock, le rock progressif et surtout le math rock. Pour leur nouvel album intitulé Now., le groupe tend à encore plus se diversifier qu’auparavant, coulant ses expérimentations au sein de dynamiques remplies d’énergie et d’inattendu.

El Ten Eleven – Banker’s Hill

Fondé à Los Angeles en 2002, El Ten Eleven est un duo composé de Kristian Dunn (guitare, basse) et de Tim Fogarty (batterie) délivrant une musique aux confluents du post-rock, du math rock mais aussi de l’electro et de l’expérimental. Entièrement instrumentale, la musique du duo vaut pour son dispositif: l’utilisation par Dunn de guitares/basses double-manche afin de pouvoir s’occuper des deux instruments en même temps en live, tandis que son acolyte maîtrise autant la batterie électronique que la « classique ». Banker’s Hill est la dixième sortie du groupe s’étant forgé son propre style…

Maeth – Whaling Village

Dans le genre découverte-inattendue-devenant-un-album-qu’on-pourrait-écouter-en-boucle, voici Maeth, groupe du Minnesota actif depuis 2011 et déjà auteur de trois albums avant ce Whaling Village. Majoritairement instrumental, le groupe réalise un mélange de genres à tendances progressives, du rock au doom en passant par le post-rock (et même un chouia de black metal et de stoner). Tout ça fait beaucoup mais le quintet a le chic pour sonner personnel et cohérent.

Jean Jean – Froidepierre

Après presque cinq ans de silence, les trois gaillards de Jean Jean font enfin leur retour, l’occasion pour eux de confirmer après la révélation qu’était Symmetry, superbe album mélangeant post et math rock dans un écrin de synthés enivrants. Froidepierre, du nom du lieu où l’album a été enregistré au milieu des Alpes, semble emprunter une direction onirique similaire, quoique beaucoup plus habitée par les sonorités electro.

The Central – Sick And Dying

The Central est un duo guitare/batterie du Wisconsin très productif depuis ses débuts (de très nombreux EP et albums) et ultra inventif, mixant math rock et influences davantage post-hardcore (avec plein d’autres sonorités plus ou moins expérimentales). Découvert pour ma part avec leur précédent album Discovery Of A Rat (2016), ce Sick And Dying poursuit dans le même sillage, constitué de moments de folie côtoyant d’autres plus atmosphériques, tout ça avec un maximum d’inattendu…
« Polio Dancer » donne le ton, un mélange d’harmonies vocales à l’ancienne sur fond de rythmiques sautillantes alternées avec une folie autant instrumentale que vocale, on [...]

Tiny Moving Parts – Swell

Quartet devenu trio depuis Celebrate (2016), Tiny Moving Parts n’en a pas pour autant perdu son inspiration. Le groupe du Minnesota, actif depuis une petite dizaine d’années, voit en effet avec ce Swell ses qualités d’écriture décuplées, faisant toujours la jonction entre emo façon midwest et pop punk plus moderne, le tout avec ces touches math-rock sensibles.