Latest Content

Fawn Limbs – Harm Remissions

Une migraine vous fait souffrir et vous n’avez plus de doliprane dans votre trousse à pharmacie ? Pas d’inquiétude, Fawn Limbs va s’occuper de tout et pulvériser la douleur… et tout le reste de votre cerveau avec au passage ! Autrefois duo, Lee Fisher (batterie – Commit Suicide, Psyopus) et le finlandais Eeli Helin (guitare, voix, effets – Mireplaner, Infinite Nomad) ont été rejoints l’an dernier par le bassiste d’Artificial Brain Samuel Smith, l’occasion de faire encore plus de boucan que sur leurs précédents EP.

Employed To Serve – Eternal Forward Motion

Petit à petit Employed To Serve a su s’imposer sur la scène metal/hardcore anglaise et même européenne. Avec ses tournées incessantes et sa régularité au niveau des sorties d’albums (tous les deux ans), le club des cinq a pu prendre son envol en signant sur une nouvelle écurie: Spinefarm Records (He Is Legend, Airbourne, Refused…). Un nouveau départ mais une certaine continuité dans le son proposé par le groupe originaire de Woking.

The Callous Daoboys – Die On Mars

The Chariot, Botch et The Dillinger Escape Plan vous manquent ? Voici un groupe pour vous ! The Callous Daoboys est en effet la dernière sensation en matière de hardcore métallico-chaotique. Ces jeunots originaires d’Atlanta débarquent avec une férocité et une énergie à tout rompre, un tourbillon de riffs et de breakdowns couplés à un irrésistible sens de la déconne.

Shin Guard – 2020

Intéressante trajectoire que celle de Shin Guard, jeune groupe de Pittsburg (Pennsylvanie) ayant démarré ses activités fin 2017 avec un Five Songs aux contours emo à l’ancienne (avec quelques touches screamo) très prometteurs. Pourtant moins d’un an plus tard c’est avec un ton un peu plus durci que le groupe sort Cerebral, contenant beaucoup plus de passages nerveux mais émotionnels pouvant rappeler Touché Amoré. Un durcissement qui se densifiera sur ce 2020, Shin Guard ayant décidé d’injecter une grosse dose de folie à sa musique ainsi qu’une envie de dérouter l’auditeur.

Black Matter Device – Hostile Architecture

Découvert l’année dernière avec l’étourdissant Modern Frenetics, Black Matter Device remet le couvert malgré quelques modifications de line-up (un changement de guitariste et le départ de l’un des deux hurleurs). Le groupe de Virginie nous sort pourtant avec ce Hostile Architecture une suite assez logique, complexe, pleine de saccades, de breakdowns et d’imprévisibilité.

Johnny Booth – Firsthand Accounts

Fondé en 2008 du côté de Long Island, Johnny Booth n’a pourtant pas une immense discographie à son actif: deux EP (en 2008 et 2014) et un album (Connections – 2012) ont seulement été sortis avant ce Firsthand Accounts. C’est d’ailleurs en autoprod que sort ce dernier, avec un son n’ayant aucunement à rougir face aux poids lourds du mathcore.

Castor’s Hollow – Shape And Void

Formé en 2011 en Pennsylvanie, Castor’s Hollow a ensuite un peu pris son temps, ne sortant qu’un EP et deux singles avant de passer aux choses sérieuses. Des choses sérieuses qui sont donc ce premier album Shape And Void, rencontre de chaos, de violence et d’émotions à vif. Récupérant le son post-hardcore à forte tendance metalcore du début des années 2000 (avant la grosse vague qui a suivi), le groupe, comptant en ses rangs le batteur des fabuleux Dionaea, signe un premier album très solide.

SeeYouSpaceCowboy – Songs For The Firing Squad

Faire du neuf avec du vieux semble être la tendance actuelle. SeeYouSpaceCowboy, aperçus auparavant sur démos ou sur split (avec SecondGradeKnifeFight), fait revivre aux nostalgiques de Myspace des émotions de l’époque avec leur autoproclamé « sass grind », c’est-à-dire un mélange bien énervé de screamo, de grind, de metalcore, de mathcore et de mèches lissées au babyliss.

Zapruder – S/T

Quatre ans après l’insaisissable Fall In Line, Zapruder fait son retour. Un retour un peu compliqué étant donné que leur vocaliste s’est exilé au Canada entre-temps, ce qui n’a pourtant pas empêché le groupe de renforcer ses liens. Une fois de plus parti enregistrer au studio d’Amaury Sauvé (Birds In Row, Stuntman…), le groupe poitevin nous livre un album éponyme aussi riche qu’étourdissant, à la cover… à regarder de près !

Euclid C Finder – EUCLID C FINDER!

Comme promis après le très excitant premier EP A Standard Basis For The Set Of All Discontent, Euclid C Finder remet le couvert avec sa suite qui s’annonce tout aussi folle. Cet EP est une nouvelle tornade mélangeant chaos et grind, le tout avec un côté euphorique toujours aussi entraînant.