Latest Content

Primitive Weapons – The Future Of Death

Si vous avez eu la chance de voyager à New York, peut-être êtes-vous passé au Saint Vitus Bar, qui comme son nom le signifie, est un bar dédié au rock à gros son. Pourquoi cette pub pour ce lieu ? Parce que Primitive Weapons est le groupe des deux propriétaires des lieux: Arthur Shepherd (guitariste ayant officié dans de nombreux groupes dans les années 90 tels que Mind Over Matter, World’s Fastest Car ou encore Instruction, ces deux derniers groupes comprenant des membres de Quicksand) et David Castillo (chant). Accompagnés par une session rythmique pas manchote non plus (Eric [...]

Deftones – Gore

Oh que ces flamands roses ont pu me tourmenter! J’ai douté, je le confesse, douté de ce qui est pourtant probablement mon groupe préféré. On a traversé les années ensemble, grandi ensemble, évolué, on s’est aimé, même si on a parfois pris un peu de recul (avec l’album éponyme, que je commence cependant à réhabiliter quelque peu) pour mieux se retrouver (dès le suivant, Saturday Night Wrist). Même si l’album précédent des américains, Koi No Yokan, avait lui aussi demandé des écoutes attentives avant de succomber, je n’avais encore jamais éprouvé cette étrange répulsion que j’ai ressenti à la [...]

Textures – Phenotype

Phenotype est déjà le 5ème album des hollandais Textures, désormais bien établis comme tètes d’affiche de la scène metal prog. 5 ans pourtant qu’est sorti Dualism, album qui proposait un certain apaisement de leur musique, qui cependant a toujours été positionnée dans la branche la plus extrême du metal prog. Sur Phenotype, le groupe revient à un son plus agressif, rappelant parfois leur premier album, le passage typé thrash de « Shaping a Single Grain of Sand » est caractéristique, on n’en trouvait plus depuis Polars.
Plus vraiment d’influences directes de Meshuggah par contre, le groupe auquel Textures était perpétuellement comparé [...]

The Gorge – Thousand Year Fire

Originaire de St. Louis, Missouri, The Gorge n’est pas un nouveau venu dans le monde merveilleux du metal hardcore, le quartet ayant en effet sorti auparavant un album en 2011 (Prehistoric Relapse) et un EP éponyme en 2013. Mais attention en lisant « metal hardcore », le groupe se range plutôt du côté des adeptes de géométrie et de cosinus.

Marburg – Polemicist

Marburg est le genre de groupe qui n’a pas de souci pour faire des compromis. Ses membres semblent kiffer autant le metal extrême quelle que soit sa forme, le grind, le punk, le mathcore et même le doom, qu’à cela ne tienne, y’a qu’à tout mélanger ! Et c’est ainsi que Polemicist, leur premier EP, a vu le jour.

Entropia – Ufonaut

Bon ça c’est du très lourd. Premier candidat au podium 2016, et a minima dans le top 10/5 de l’année 2016, sauf si les bombes se mettaient à sortir l’une après l’autre dans les mois qui viennent. Et encore, je pense qu’Ufonaut résisterait sans peine et maintiendrait sa position dans la tête du peloton.

Opia – Eon

En voilà un que j’attendais de pied ferme depuis plusieurs mois… lorsque j’ai entendu les deux premiers extraits de cet album (d’abord « One Minute Ago » puis « Signs ») alors à venir, mon radar s’est mis en alerte et a flairé le bon client pour 2016.

Love Sex Machine – Asexual Anger

Après quatre ans de silence radio, les nordistes de Love Sex Machine refont leur apparition au sein de l’écurie Throatruiner (en partenariat avec Lost Pilgrims) et cette longue période de gestation ne les a pas calmés, loin de là. Avec le recul, je me trouve un peu trop dur dans ma chronique de leur premier album sorti en 2012, peut-être trop engoncé dans un mélange de styles très « à la mode » à l’époque, quoi qu’il soit le groupe n’a pas tellement évolué depuis et poursuit son annihilation de toute âme pure grâce à son sludge de l’enfer !

Absded – Nukem

Quintet formé en 2013 dans le département du Lot, Absded a déjà de nombreuses sorties à son actif comme l’atteste sa page Bandcamp. EPs, albums et même un live ont déjà été sortis par le groupe sans que son nom ne soit parvenu à mes oreilles jusqu’alors. Nukem, leur nouvel EP trois-titres est un nouvel argument de poids pour s’y mettre !

Amestigon – Thier

J’enrage, je désespoire, je vieillessennemis ! Je n’ai donc tant vécu (bon 39 balais, ça va, c’est pas non plus… hein) que pour vivre cette infamie ! Celle de rater dès sa sortie ce Thier. Mais que la mort m’épargne jusqu’à ce que j’ai pleinement convaincu jusqu’au dernier d’entre vous du caractère magistral de cet album.