Latest Content

Sycomore – Phantom Wax

La séparation d’Anorak aura été l’une des déceptions de l’année 2015, le groupe amiénois ayant signé des albums (ainsi que des concerts) excellents sans jamais avoir la reconnaissance qu’il mérite. Formé à la fin de la même année et comprenant deux de leurs membres (et un bassiste venant de Taman Shud), Sycomore aurait pu s’attaquer à un style similaire ou proche d’Anorak, or c’est vers quelque chose de plus groovy et massif que s’orientent ces arbres-là…

Khonsu – The Xun Protectorate

Khonsu, c’est l’entité de S. Gronbech, qui n’est autre que le frère d’Obsidian Claw, leader de Keep of Kalessin. Le norvégien qui a déjà sorti le très bon Anomalia, il y a plus de 4 ans, sur lequel il était épaulé par Thebon (alors chanteur de Keep of Kalessin) revient avec un Xun Protectorate sur lequel il conserve le côté futuriste mais accentue le côté extrême et les accointances avec le black pour aboutir à une sorte de post black futuriste particulièrement bien fait et encore plus ambitieux (à l’image de la pochette de l’album, assez époustouflante au demeurant).

Metallica – Hardwired… to Self-Destruct

Qu’on le veuille ou non, la sortie d’un album des Mets’ est toujours un événement en soi. Une sortie qui procure toujours une certaine excitation chez les metalleux de cœur, « biberonnés » notamment par les 5 premiers albums du groupe (oui 5, j’aime le Black Album et je vous emmerde), véritables chef d’œuvres intemporels. D’autant plus que Metallica prend son temps entre ses sorties, vous vous rendez compte que Death Magnetic est sorti il y a déjà 8 ans ? (on évitera volontairement de penser que la bouse intersidérale Lulu est sortie en 2011, faisons donc comme si cette « chose » n’avait [...]

Krater – Urere

La caractéristique première de ce webzine étant d’être à l’écoute de ses lecteurs, il me faut prendre la plume pour répondre aux nombreux courriers que je reçois de plus en plus fréquemment. En effet, beaucoup parmi vous formulent le souhait de voir chroniquer un bon album de black qui ne les empêcherait pas de dormir tout en leur évitant de passer pour un baltringue qui ne supporterait pas un certain niveau de noirceur. Ça n’est pas encore aujourd’hui que je vais permettre à Black fucking cancer de dominer le monde mais j’accepte tout de même la mission.

Dead Congregation – Sombre Doom (EP)

Bonne nouvelle, une nouvelle sortie des grecs de Dead Congregation en 2016! Voilà qui était inattendu, surtout en considérant qu’il leur avait fallu 6 ans pour accoucher de leur deuxième monstrueux album (Promulgation of the Fall). Seulement voilà, ce Sombre Doom, n’est en fait qu’un EP. Et un petit EP de 13 minutes 38, composé de deux titres seulement. C’est bien là la seule mauvaise nouvelle tant on se délectera de ces deux nouvelles incantations blasphématoires illustrées à nouveau par un artwork parfait, dans la continuité exacte des précédentes sorties du groupe.

Helms Alee – Stillicide

L’un des groupes de rock les plus intéressants de la scène métal (ou inversement) est de retour cette année avec ce Stillicide, qui fait suite à l’énorme Sleepwalking Sailors, un album dont il semblait invraisemblable d’imaginer que le groupe parvienne à le surpasser.

Void Of Vision – Children Of Chrome

Tiens, ça faisait bien longtemps qu’un album estampillé par le fameux « Parental Advisory » n’était pas parvenu à mes yeux (et donc à mes oreilles). Celui-ci est donc posé sur Children Of Chrome, premier album des australiens Void Of Vision, jeune groupe formé du côté de Melbourne en 2013. Repéré par UNFD et Rise Records, on ne sera pas trop surpris de trouver là un album de metalcore, mais un peu plus inventif et intéressant qu’il n’en a l’air…

Bölzer – Hero

Oh qu’il était attendu ce premier album des suisses de Bölzer… Après 3 EP, le duo se devait de concrétiser les espoirs placés en lui, notamment sur le fabuleux (2ème EP) Aura d’autant que sa dernière sortie en date, Soma, avait quelque peu douché les espoirs de certains (dont les miens). Le tandem allait-il réussir à accoucher de son premier album sans décevoir ses fans ?

Twelve Foot Ninja – Outlier

Il y a des groupes dont le nom incite à venir écouter leur musique, puis il y a ceux pour qui c’est tout l’inverse. Je ne sais pas pourquoi mais rien qu’en lisant Twelve Foot Ninja au détour de chroniques ou de recommandations Youtube, la curiosité ne m’a jamais donné envie de cliquer dessus… jusqu’à ce qu’on m’envoie Outlier, leur second album (faisant suite à Silent Machine et deux EPs). Bon bah, essayons voir…

KoRn – The Serenity of Suffering

Au-delà de la laideur incroyable (au point que l’on continue d’espérer qu’il s’agisse d’un fake) de la pochette de ce nouvel album de KoRn qui devrait légitimement leur coûter quelques ventes, il faut bien reconnaître que le groupe y déploie un savoir-faire évident qui rappelle les grandes heures du groupe.