Latest Content

Avant-garde nordique

Pourquoi il y a-t-il tant de groupes de metal remarquables provenant des pays scandinaves et pourquoi la musique de la plupart de ces groupes partagent certains traits communs?
Il ne faut peut-etre pas chercher loin, c’est surement le froid la réponse évidente à ces 2 questions, le climat glacial une majeur partie de l’année qui incite les jeunes à la créativité débordante à s’enfermer dans des salles de répètes plutôt que batifoler sous la flotte ou la neige, et qui implique une mélancolie glacée qui parcourt les sonorités qu’utilisent beaucoup de groupes nordiques.
Avoir des ancêtres viking certes [...]

10 years – From Birth to Burial

Le néo métal existe-t-il encore en 2015? On serait tenté de penser qu’il se cache bien en tout cas, tant il semble relégué aux arrières-plan et tant on entend parler finalement de très peu de groupes du genre, qui sont d’ailleurs plutôt des survivants, entre KoRn, Papa Roach, Limp Bizkit une fois tous les 5 ans… Evidemment Deftones est à part, ayant largement réussi depuis longtemps à s’extirper du carcan néo-métal pour devenir simplement un des meilleurs groupes de rock du monde. Mais où est la relève de ce genre moribond ?

Leprous – The Congregation

On peut dire que les norvégiens de Leprous savent décidément ménager leur effet… Parce que la claque de The Congregation prend vraiment tout son sens à l’écoute de l’oeuvre dans son intégralité. Et puis mettre « The Price » en avant comme « single » de l’album, reste à mon humble avis un choix étrange, sinon une erreur, tant l’album regorge de titres plus marquants. Au rayon des erreurs ou des choix surprenants, on sera aussi en droit de s’interroger sur cette pochette étonnamment glauque. Pas qu’elle soit laide, mais elle pose clairement une certaine ambiance, une atmosphère un peu glauque qui n’est pas [...]

Radio mix – modern death

Arsis – Progressive Entrapment
Beyond Creation – Omnipresent Perception
Centaurus-A – Arson
Gorod – Carved in the Wind
Job For A Cowboy – Tarnished Gluttony
Martyr – Silent Science
Revocation – Teratogenesis
Son of Aurelius – A Champion Reborn
The Faceless – XenoChrist
Vektor – Venus Project

Periphery – Juggernaut

J’apprécie Periphery depuis leurs débuts et j’ai été comblé par ce nouvel album, du coup cette chronique sera un panégyrique, vous êtes prévenus. C’est ici leur 3ème album seulement mais le groupe poursuit sa route depuis plus de 10 ans, son exploration d’un genre musical qui pour certains a été initié par leur leader Misha Mansoor : le djent, évolution du metal progressif sous l’influence de groupes eux-mêmes uniques et précurseurs, Meshuggah, Dream Theater, Sikth. Groove, versatilité, complexité, sont les buts à atteindre pour des musiciens ayant souvent eux aussi des goûts musicaux vastes et variés.

Spylacopa – Parallels

Spylacopa est un projet solo du guitariste de Candiria John LaMacchia dont j’avais entendu le nom pour la première fois en 2008, date de sortie d’un premier EP. Depuis, rien d’autre à l’horizon que des rumeurs jusqu’à l’annonce de la sortie de ce premier album, Parallels.

Eisbrecher – Schock

La Grèce ayant envoyé il y a quelques semaines un message assez inamical – bien que démocratique – à l’Allemagne, il m’a paru utile d’essayer de remonter le moral de nos voisins teutons. Persuadé que la nouvelle du décès de Demis Roussos n’aura pas eu pour effet de créer une liesse immense permettant aux Allemands de ne pas broyer du noir, j’ai pensé leur (re)faire prendre conscience qu’ils restent un grand peuple en terme de musique.

Archgoat – The apocalyptic triumphator

Le retour en force du religieux a au moins un avantage : la source de la haine qui nourrit les adorateurs de Satan ne se tarit pas et permet à la musique du Malin de régulièrement nous proposer des incarnations profondément nauséabondes de la Bête.

Leviathan – Scar Sighted

Elle m’emmerde cette chronique… Loin d’être un spécialiste de la musique de Leviathan,  je peux même clairement dire que je n’adhère qu’assez peu à ce que propose Jef Whitehead (Wrest), leader de ce one-man band qui officie depuis 1998. Si j’ai pu goûter avec un certain plaisir son Massive Conspiracy Against All Life sorti en 2008, je n’ai pas franchement accroché aux précédentes sorties ni aux suivantes. C’est donc un peu du quitte ou double avec Monsieur Wrest et je ne me sens pas très armé pour parler de ses réalisations.

Nasty – Shokka

Fer de lance du beatdown hardcore européen, Nasty a fait en sorte en onze ans d’existence et quatre albums (Love (2013) étant le dernier en date) de montrer une véritable envie de s’affranchir d’un style dont il véhicule pourtant les clichés. Avec Shokka, les « belgeo-teutons » passent même à un niveau supérieur.