Latest Content

Remote – Resilient

Trois ans. C’est le temps qu’il a fallu à Remote pour donner une suite à leur deux sorties de 2013, un premier album (Starving Blaze And Hollow Shades) enchaîné par un split avec les norvégiens Barren Womb. Le groupe parisien, composé de membres de Quartier Rouge et de HKY, a pris son temps pour bien laisser maturer la rage qui l’anime habituellement, cela donne Resilient, second album de mathcore au grain noisy qui ne fait pas semblant d’être en colère !

Ricïnn – Lïan

Blood Music est un label proposant toujours des projets originaux et sortant des sentiers battus. J’ai pu m’en rendre compte en chroniquant les derniers albums d’Astronoid et de Grey Aura (tandis que mon collègue Krakoukass s’occupait de celle du dernier Perturbator), bref autant d’univers repoussant les limites stylistiques. Inutile de dire que Ricïnn envoie elle-aussi valdinguer ces limites, et c’est le moins que l’on puisse dire…

Gojira – Magma

Hé dites-donc, ça fait combien de temps que vous n’avez pas acheté (ou même écouté) un album sorti chez Roadrunner dites-moi? C’est peu dire que le label a perdu depuis longtemps de sa superbe (heureusement pour leur chiffre d’affaires que Slipknot est toujours signé chez eux), mais Magma devrait vous donner une belle occasion de faire un geste pour soutenir un label en péril tout en faisant l’acquisition d’un excellent album au passage.

Ihsahn – Arktis.

Depuis la fin d’Emperor en 2001, Ihsahn s’est lancé dans une carrière solo satisfaisante, mais globalement dénuée de fulgurances ou des coups d’éclat qu’on pouvait espérer compte tenu de l’importance et de l’aura dont jouira pour toujours le plus important des groupes de black metal symphonique de l’histoire.

Ocean Grove – Black Label (Sublime Volume)

Avant d’écrire une chronique d’un groupe inconnu au bataillon, on se dirige vers Google pour chercher quelques infos sur ledit groupe. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir qu’Ocean Grove n’est autre que le backing-band des Jonas Brothers ! (ignominie issue des studios Disney il y a quelques années, demande à ta petite sœur). Surprise rapidement passée, cet Ocean Grove-là n’est en effet pas le même, celui-ci venant tout droit de Melbourne. Formé en 2012, le groupe a déjà sorti un EP (Outsider) et voici aujourd’hui son petit frère…

Fallujah – Dreamless

L’album précédent de Fallujah, The Flesh Prevails, avait à raison beaucoup fait parler d’eux. Depuis ses débuts, le groupe s’essaye à repousser les limites du death metal, avec un son hybride entre death metal progressif et ambient futuriste, et cet album a vraiment représenté un aboutissement dans ce processus.
Dreamless a déjà une qualité immédiate par rapport à son prédécesseur, la production a corrigé les excès synthétiques et sur-compressés du précédent, gardant ce sentiment de bloc monolithique des guitares saturées contrastant avec les claviers lumineux. Le tout est beaucoup plus clair et la batterie sonne plus naturelle. Ils ne [...]

Fall City Fall – Modern Day Savage

Après avoir sorti le très sympathique Victus il y a de ça déjà trois ans, Fall City Fall s’est fait ensuite très discret. Un départ de chez Victory Records plus tard (peut-être dû à des mauvais paiements, comme nombre des groupes ayant signé sur le label au bouledogue, cherchez donc « Victory Records screws bands » sur Google…), revoici les canadiens avec un album autoproduit cette fois, une totale prise en main pour un album tout aussi barré et imprévisible que son prédécesseur ?

Die Trying – Blues For The Cursed

Second EP pour les milanais de Die Trying, Blues For The Cursed attire l’œil dans un premier temps grâce à sa cover cartoonesque et colorée. Ce rat hargneux crachant la mort représente plutôt bien la musique balancée par le groupe, un metal autant influencé par la scène scandinave (black et death) que par la scène southern hardcore’n roll US. Le mélange est donc forcément détonnant.

Deströyer 666 – Wildfire

A une époque où il est prudent de douter de tout, de se méfier de tout le monde (vous me direz à quelle époque peut-on se permettre d’accorder raisonnablement sa confiance ?), il est bon de reposer sa faculté critique en se tournant vers des groupes dont on sait qu’ils vont mettre tout leur coeur et toute leur fougue dans la musique du diable. Sans essayer de nous la mettre.

Astronoid – Air

« Dream thrash ». Je crois que là on est bon pour le genre le plus farfelu lu depuis un bail. Et pourtant en se lançant dans l’écoute de ce Air, c’est bel et bien ce qu’on entend. Astronoid est un groupe formé il y a quatre ans à Groveland, Massachussetts, ayant déjà sorti deux EPs auparavant (Stargazer et November) qui ont apparemment reçu un très bon accueil. Bon alors kezako le dream thrash ?