Latest Content

Colored Moth – Dim

Trio berlinois fondé en 2013, Colored Moth est un groupe multi-cartes jouant une musique au spectre plutôt ouvert entre noise, punk, screamo, post-hardcore et autres expérimentations. Un panel déjà matérialisé dans un premier album (Fragmenting Tensions – 2016) et qui montrait alors que les allemands avaient une multitude d’idées. Et des idées, ils n’en manquent pas pour ce Dim !

Live-report: Acres/TripSitter

Concert du 13/09/2019 au Chapeau Rouge de Prague (République Tchèque)
Je sais que vous allez dire que je fais uniquement des live-reports des concerts d’Acres, mais il se trouve que, d’une part, on ne me propose pas énormément d’accréditations, et d’autre part, les britons viennent très souvent dans le coin (trois fois en un peu plus d’un an) et ce en compagnie de groupes plutôt intéressants. Ainsi après Paerish et Silent Planet, le groupe anglais, aujourd’hui tête d’affiche, accompagne cette fois les autrichiens de TripSitter et… et c’est tout !
Car c’est en arrivant dans la fameuse salle pragoise [...]

Younger Us – Tired Tried

Quand on prend son temps pour composer un album, il arrive que les influences s’ouvrent et que les envies soient modifiées, c’est le cas pour Younger Us. Quatre ans après un prometteur premier EP, les allemands font enfin leur retour mais en ayant drastiquement modifié son post-hardcore/screamo vers quelque chose d’un peu plus noise, voire grunge à bien des moments.

Glitterer – Looking Through The Shades

Entre deux albums de Title Fight, Ned Russin, bassiste du groupe, trouve le temps de se consacrer à son projet solo Glitterer et avec une troisième sortie en trois ans, on peut dire que le gaillard est inspiré ! Looking Through The Shades est une nouvelle fois une expérience étonnante, parvenant à mixer le son post-hardcore/pop punk typiquement Titlefightien à une espèce de synth-pop terriblement entêtante.

As Cities Burn – Scream Through The Walls

Très actif durant l’effervescence de la scène emo des années 2000 popularisée via Myspace, As Cities Burn avait totalement disparu des radars depuis 2009 avant que les frères Bonnette (tous deux au micro) ne réactivent le groupe en 2017. Débarqué au milieu de tous ces groupes plus ou moins interchangeables avec le très bon Son, I Loved You At Your Darkest (2005), sorte de mix entre The Bled et Emery, le groupe a poursuivi dans cette veine de « post-hardcore US » (version quasi screamo) livrant il y a de ça dix ans le très bon Hell Or High Water avant [...]

Membrane – Burn Your Bridges

Comme la coupe du monde de foot, c’est tous les quatre ans que l’on prend rendez-vous avec Membrane pour un nouveau long-format. Entre-temps, le groupe de Vesoul n’aura pas chômé, ayant sorti en 2017 un live et un EP (Erase). Le trio n’a pas trop touché à sa recette depuis presque vingt ans, à savoir un mélange de noise et de post-hardcore (voire de post-metal), et montre avec ce Burn Your Bridges qu’il sait y faire pour installer un climat aussi tendu que mélancolique.

Great Falls – A Sense Of Rest

Great Falls est un trio de Seattle composé de gars ayant un sacré background, ceux-ci ont en effet fait leurs armes chez Kiss It Goodbye, Deadguy, Undertow, Jarboe ou encore Jesu. Autant dire qu’ils ne sont pas nés de la dernière pluie en matière de noise hardcore. Le noise hardcore qui va avoir les premiers rôles à nouveau sur ce A Sense Of Rest, quatrième album faisant suite à une discographie très riche avec notamment quelques splits (dont un avec Thou) et autres démos.

Old Wounds – Glow

Old Wounds est un électron libre de la scène hardcore US, le groupe du New Jersey profite d’ailleurs de son nouvel album Glow pour se renouveler encore un peu. Et comme ils avaient plein de vieilles soupières sous la main, ils s’en sont servi allègrement pour leur inspiration, en plein dans les années 90’s: le néo metal, le post-hardcore et même un peu d’indus de l’époque remis au goût du jour. Et tout ça, ils l’assument totalement dorénavant.

Live-report – Silent Planet/Acres/Comrades

Concert au Rock Café (Prague) le 10/12/2018:
Trois ans après mon premier live-report à Prague (celui d’In Hearts Wake), voilà que j’ai revécu le léger sentiment de gêne qui vient lors de la réalisation que ton nom n’est pas sur la guestlist. Non pas que je sois un énorme fan de Silent Planet (cf. ma chronique de leur album), ni d’Acres que j’avais pu voir il y a quelques mois avec Paerish, c’était surtout Comrades, groupe survolé rapidement avant de venir qui avait suscité mon intérêt. Bref, après une petite honte devant la fille de l’entrée, je suis [...]