Latest Content

Stupid Karate – S/T

Jeune groupe formé du côté de Lille l’été dernier, Stupid Karate contient en ses rangs d’anciens Mörse (les lillois au tréma, pas les montpelliérains donc) et accessoirement membres du merveilleux webzine Fier Panda. Musicalement, la jeune formation prend une direction radicalement opposée par rapport à ce que jouait Mörse, toujours du punk hardcore certes mais beaucoup bref et davantage porté sur la déconne.

Clean Break – Flip The Switch

Actif depuis quelques années du côté de Faro, les coreux portugais Clean Break ne débarquent pas de nulle part puisque leurs membres proviennent d’illustres groupes du coin tels que Critical Point ou Broken Distance. Habitué jusqu’alors aux formats courts (avec deux 7″ et une démo sortis auparavant), le groupe a décidé de compiler tout ça sur un seul et même support, ce qui nous donne Flip The Switch, seize titres de hardcore straight edge, classique dans sa forme mais délivré avec l’énergie et l’aplomb nécessaires pour allécher l’amateur du genre.

Trophy Eyes – Chemical Miracle

Trophy Eyes, c’est mon coup de cœur fun de cette fin d’année. Je n’avais pas du tout écouté leur premier album, j’ai donc accueilli leur deuxième album, ce « miracle chimique » avec une complète virginité auditive. La claque n’en a été que plus grande, leur mélange détonnant de punk rock, de pop, de hardcore et d’une louche de shoegaze (juste une louche ne fuyez pas) faisant mouche dès le premier titre, ce « Chlorine » qui démarre sans chichi et accroche directement l’auditeur. La pression saine ne retombe pas sur « Counting Sheep » et encore moins sur l’énorme « Nose Bleed » (meilleur titre de [...]

Street Sects – End Position

Après deux EPs (Gentrification I et II), les texans Street Sects ont attiré l’œil (via des artworks originaux, très BD alternative dans l’âme) et les oreilles du public et du très bon label The Flenser (Have A Nice Life, Sannhet…), structure sur laquelle sort End Position, premier long-format du duo Leo Ashline/Shaun Ringsmuth.

Diploid – Is God Up There?

Si vous êtes amateurs de découvertes de groupes originaux made in Australia, vous vous devez de vous pencher sur Art As Catharsis, label qui s’impose sans bruit depuis quelques années, ayant permis les sorties de groupes de haute qualité dans des styles très divers tels que Serious Beak (expérimental/post/prog), We Lost The Sea (post-rock), Dumbsaint (post-metal) ou encore Siberian Hell Sounds (chaoscore/powerviolence) et le groupe qui nous intéresse aujourd’hui: Diploid.

Billy Talent – Afraid of Heights

Sur le papier, les choses étaient simples : on annonçait un nouveau Biffy Clyro et un nouveau Billy Talent pour 2016. Si j’avais du parier sur l’un il est évident que j’aurais mis tous mes kopecks sur le premier, n’attendant plus grand chose du deuxième. Sauf que dans les faits, le nouveau Biffy (Ellipsis) s’avère malheureusement d’une médiocrité à pleurer, et à l’inverse Billy Talent se montre enfin à nouveau à la hauteur des promesses de ses deux premiers albums (je ne compte pas l’album sorti sous le nom de Pezz).

The Hammer – Vermin

Jeune groupe suédois originaire de Göteborg, The Hammer livre avec ce Vermin son second EP (faisant suite à No Escape, sorti il y a deux ans). Au menu de celui-ci (sortant sous un nouveau line-up), six titres (enfin cinq titres et une intro) d’un hardcore in your face particulièrement belliqueux.

Guttermouth – Got It Made

Guttermouth, voilà un nom qui remémore bien des souvenirs. Ceux des compilations Punk-O-Rama et des jeux vidéo Tony Hawk Pro Skater, un temps où le punk rock mélodique (aussi appelé skate-punk ou punk à roulettes) était tendance. A côté des Nofx et autres Bad Religion, Guttermouth fait presque figure de papa du mouvement (même s’ils n’ont malheureusement jamais eu l’aura des deux autres), le groupe ayant été fondé en 1989. Après avoir sorti ses albums de manière très rapide (trois rien qu’en 1996), le groupe a un peu ralenti le rythme jusqu’à 2006, date de son dernier album en [...]

Masada – S/T

Masada est l’un des projets de John Zorn (accompagné de Joey Baron, Greg Cohen et Dave Douglas), actif entre 1994 et 1997 sous ce nom (trois ans durant lesquels dix albums studio ont été produits), avant d’en changer au fur de la valse des participants. Alors, le premier Masada se serait-il reformé ? Raté, cela n’a rien à voir, il s’agit là d’un homonyme (hommage ?) venant d’Allemagne et officiant dans un emo/screamo à l’ancienne.

The i.l.y’s – Scum With Boundaries

Deuxième album de cette formation qui est en fait le side-project de deux des furieux de Death Grips, dont le leader Zach Hill (complété d’Andy Morin), Scum with Boundaries est une excellente surprise même si l’on n’a (comme moi) jamais écouté le premier album, et même si on a jamais complètement adhéré aux sorties hip-hop bruitistes signées Death Grips.