Latest Content

Tagada Jones – Le Feu Aux Poudres

Après un CD/DVD Live intitulé L’envers du tour en 2005 et un Worst of sorti en 2004, les Tagada Jones sont enfin de retour pour donner suite à leur dernier album studio en date, L’envers du décor, sorti en 2003.Alors que ce dernier lorgnait vers un mélange de punk, de hardcore et de métal teinté d’électro, Le feu au poudres est nettement plus direct et brut de décoffrage, avec des compositions plus épurées, tout en gardant la patte du combo Breton.
Après plus de dix années d’existence, le groupe ne s’est toujours pas décidé à mettre de l’eau dans [...]

Berurier Noir – Invisible

Voilà un album qui risque de faire couler pas mal d’encre et d’en faire sourire plus d’un. Combien de groupes se reforment après plus d’une décennie ? Pas mal, vous me direz, et cela devient même assez fréquent ces temps-ci.Mais combien de groupes se reforment, donnent quelques concerts au compte gouttes, et se re-séparent tout en annonçant un ultime album à paraître sous peu ? Beaucoup moins, et c’est là que les Béruriers Noirs continuent à prouver qu’ils n’en font qu’à leur tête et se foutent bien des us et coutumes.Bien entendu, certains diront que ça pue la démarche [...]

My Chemical Romance – The Black Parade

Alors que certains groupes se reposent sur leurs acquis et ne sortent que rarement des sentiers battus, My Chemical Romance a décidé de changer la donne en évitant intelligemment de nous ressortir un Three cheers for sweet revenge (son deuxième album) bis, en suivant son instinct, sa soif de créativité, et en n’hésitant pas à prendre certains risques.Car, si c’est en effet grâce à son second album – fort bien réussi, malgré quelques petites erreurs de jeunesse, dira-t-on –, que MCR est sorti de l’ombre et a rencontré un certain succès commercial, c’est bien avec The black parade qu’il [...]

Melvins – (a) Senile Animal

Déception. Je suis déception. The Melvins sort enfin un nouvel album après une foultitude de sorties (les projets avec Lustmord et Jello Biaffra, la réédition du 26 songs et des Mangled demos, le Houdini live 2005…) et c’est A Senile Animal qui sort. Un album sympathique au demeurant. Ambiance stoner rock plombé à la Melvins like, alternance de morceaux longs et courts à l’image de l’éternel duel entre leurs influences punk et metal, un packaging toujours aussi déjanté où le grotesque se tape l’ironie à grands coups de parties de jambes en l’air. Bref tout est bien en place… [...]

Uz Jsme Doma – Pohádky Ze Zapotrebi

Un rock acerbe, bien membré, s’accouplant avec ska, punk, jazz et folklore slave !
Telles sont les sonorités orgiaques que vous insufflent à la gueule les UŽ JSME DOMA.
Tchécoslovaquie – 1985 : sur fond rouge, les débuts riment avec clandestinité et leurs « méfaits » sonores sont taxés, par le régime, d’anti-social. Qu’importe, le groupe révolutionnaire n’aura de cesse de balancer ses textes encrés au vitriol, couchés sur des partitions alambiquées !
UŽ JSME DOMA ou un délire musical surréaliste à l’image de ce saxo ténor facétieux, véritable chef de file, et qui vous entraîne dans un tourbillon [...]

Green Day – American Idiot

Green Day… J’en vois déjà sourire et d’autres s’insurger.
Pourquoi parler de Green Day sur Eklektik ? C’est vrai quoi, l’actualité ne l’impose pas, cet album datant de 2004, sans compter que, [mode cliché] c’est bien connu, Green Day est avec Offspring, l’archétype du groupe de punk-rock pour teenagers…[/mode cliché]
Seulement voilà, il me tient particulièrement à cœur de parler de cet album, car c’est probablement l’album qui aura le plus tourné sur ma platine en cette année 2006. Et qui aura du même coup fait voler en éclats mes préjugés sur ce groupe…
Oublions vite le punk-rock bas [...]

Malveillance – Just Fuck Off

De malveillance il sera réellement difficile de ne pas faire preuve à l’égard de ce one-man-band canadien. Le titre de ce 2è album étant aussi amène et original que les compositions sont vouées à côtoyer le degré zéro de la satisfaction artistique, il est en effet impossible de reconnaître une quelconque qualité à ces 22… « choses ». En revanche d’intérêt il est vivement question car il est toujours bénéfique de savoir jusqu’où certains sont prêts à aller et se rassurer à l’idée qu’ils ne nous embarquerons pas sur leur frêle esquif.
Pour ce qui est de la teneur [...]

Polysics – Now Is the Time

On croyait avoir tout entendu venant de l’empire du soleil levant, et bien on se trompait ! Pourtant, entre le visual kei, les lolitas j-pop, les groupes tous plus barrés les uns que les autres, on se disait ‘non, ils ne peuvent pas aller plus loin dans la démence… et l’originalité’. Parce que même si leur musique est complètement déjantée et folle, elle n’es reste pas moins novatrice. Ce n’est pas en France que l’on aurait pu inventer le visual kei. Encore moins la musique j-pop tout droit sortie d’un manga. Et bien si, ils sont allés plus loin [...]

Ignite – Our Darkest Days

S’il y a bien une contrée que je fuis comme la peste lorsqu’il s’agit de punk c’est bien la Californie… Enfin pour ce qui est de ce punk à cliché avec ses casquettes, ses roulettes et sa fameuse mélodie… Que ce soit du Bad Religion, du 7 Seconds et toute la cohorte des Pennywise et autres No Use For a Name, rien à faire… Trop de soleil certainement, pas assez de crasse. Je ne doute pas qu’ils soient malheureux les p’tits choux mais leur révolution mélodique me fait autant d’effet qu’un pétard mouillé… Sympathique quelques instants donc mais de [...]

The Cure – Pornography

Pornography… L’album de tous les dangers, l’album qui vous jette en place publique la charogne du chaos et l’obscénité de la souffrance, celui pour qui la froideur et la noirceur ne sont que vains apparats. Oubliez les règles de la bienséance judeo-chrétienne. Oubliez les tabous d’une société maladive qui se refuse à l’acceptation de sa douleur. Il n’est même pas question d’un esthétisme cathartique ici. Non. Simplement question d’une existence. Ou plutôt de l’existence. Oui. L’existence est le cœur de cet album. Son humanité, ses souffrances, son sens, son acceptation… Voyage éthéré et funeste aux cœurs des tréfonds [...]