Latest Content

Minors – Abject Bodies

Un peu plus d’un an après l’excellent Atrophy, les canadiens de Minors font leur retour, toujours chez Holy Roar Records, toujours aussi énervé ! Abject Bodies en est un solide successeur, mélangeant peut-être un peu plus de courants énervés pour une alchimie fatale !

Tendinite – Back In The Storm

En attendant un premier long-format prévu pour l’an prochain, Tendinite revient avec un second EP ouvrant quelque peu l’orientation musicale du trio. Les rémois ont en effet tenu à un peu plus diversifier leur son punk’n roll en quatre titres expédiés en à peine dix minutes.

For Your Health – Nosebleeds

For Your Health est un jeune groupe de Colombus, Ohio, monté il y a à peine un an. Repéré par le très sympathique label Middle-Man Records, essentiellement spécialisé dans le screamo (Coma Regalia, Infant Island ou encore Respire), on ne s’étonnera donc pas d’en trouver chez For Your Health, ces derniers y adjoignant tout de même une bonne dose de chaos à l’ancienne et même un peu de noise.

Old Wounds – Glow

Old Wounds est un électron libre de la scène hardcore US, le groupe du New Jersey profite d’ailleurs de son nouvel album Glow pour se renouveler encore un peu. Et comme ils avaient plein de vieilles soupières sous la main, ils s’en sont servi allègrement pour leur inspiration, en plein dans les années 90’s: le néo metal, le post-hardcore et même un peu d’indus de l’époque remis au goût du jour. Et tout ça, ils l’assument totalement dorénavant.

VVORSE – Ajatus Vapaudesta

VVORSE vient de Finlande (de Jyväskylä plus précisément) et fait du crust. Ajatus Vapaudesta est leur troisième sortie combinant – nous dit le promo – un dark hardcore agressif sur une atmosphère dystopique, tout un programme !

The Great Sabatini – Goodbye Audio

Quatre ans après Dog Years, le quartet québécois The Great Sabatini fait son retour, en autoproduction cette fois. Le groupe montréalais montre ici une nouvelle fois au travers ce nouvel album son amour immodéré pour les années 90, principalement du côté noise de la force.

U-Foes – Whiteout

Fondé en 2009 par d’ex et actuels membres de The Lionheart Brothers, Jagga Jazzist ou encore Silence The Foe, U-Foes est donc un (faux) jeune groupe de gars déjà bien établis dans la scène hardcore/rock’n roll norvégienne. Cependant U-Foes entend bien se distinguer des autres groupes de ses membres en proposant une formule très alléchante: « Comme si Melvins, Torche et Slayer, bourrés à l’absinthe, avaient un bâtard et l’abandonnaient en forêt pour qu’il y meure ». Le ton est donné, et ce n’est pas vraiment ce à quoi on pouvait s’attendre !

City Hunter – Deep Blood

3 heures du mat’, la fête a été sympa mais il est l’heure de rentrer. Un peu pompette, vous vous élancez dans des dédales de rues nocturnes, vous n’habitez qu’à quelques pâtés de maisons, ça ira vite. Tout à coup, vous vous retournez, vous sentez que quelque chose vous suit, mais rien à l’horizon, ça doit être l’alcool. Vous accélérez quand même un peu et sentez que ça vous colle toujours aux basques sans vous laisser aucun répit. Il est là derrière vous, c’est certain, vous vous retournez encore alors que votre souffle s’accélère, toujours rien. Des chiens aboient [...]

Drug Church – Cheer

Un album « trop pop pour les fans de hardcore, trop hardcore pour les fans de pop ». C’est par cette description assez bien trouvée que la fiche promo décrit Drug Church. Le groupe d’Albany (New York) mené par le très charismatique Patrick Kindlon (Self Defense Family/ex End Of A Year), ayant fait l’essentiel de sa carrière chez le très respectable No Sleep Records, sort ce Cheer chez Pure Noise Records avec des promesses de changements.

Happy. – Cult Classic

Pour certain d’entre vous, le titre Cult Classic doit vous remettre en tête l’un des meilleurs albums de hardcore chaotique de l’Histoire (oui carrément !). Sorti en 2004, Scarlet avait signé sur Ferret Music un premier full-length d’une incroyable intensité, toujours aussi efficace 14 ans plus tard et que je pourrais mettre sans hésiter dans mon Panthéon personnel. Alors quand arrive un petit groupe nommé « Happy. » et qui affuble son premier album Cult Classic d’une boite de pop-corn sur un fond bleu assez dégueulasse, on est en droit d’être un brin perplexe !