Latest Content

Hundredth – Rare

Se remettre en question quand on est un groupe est quelque chose qui arrive. Cela entraîne parfois des changements de membres, voire de nom ou encore de style. Ce dernier cas est toutefois un peu plus rare, et coïncidence, c’est justement le titre du nouvel album de Hundredth qui a pris une étonnante décision: quitter le monde du hardcore mélodique au profit d’un revival post-punk/shoegaze. De quoi bien calmer les kids dans le pit !

Le Skeleton Band – Tigre-Teigne

Déjà trois ans que l’on s’était fait castagner par les montpelliérains du Skeleton Band, le quartet bourlingueur (les mecs parcourant l’Europe pour défendre ce nouvel album, de l’Allemagne à la Sardaigne) n’a toujours pas son pareil pour nous conter ses aventures de manière plus qu’originale, entre folk et blues.

Tornado Kid – Hateful 10

Et si le renouveau du southern rock passait par la Russie ? Une question qui peut paraître incongrue mais qui peut se poser à l’écoute de ce premier album de Tornado Kid, groupe de Saint-Petersbourg qui a façonné sa musique au son des classiques du genre (ou pas), Motörhead, Wilson ou Everytime I Die (en version plus accessible).

HO99O9 – United States of Horror

Binôme hip-hop monté en 2014, HO99O9 (Horror en version décryptée) balance un mélange de punk, de rock et de rap qui secoue méchamment. Les garçons revendiquent des influences allant de DMX, Bone Thugs-n-Harmony à White Zombie, en passant par la scène punk underground. L’influence de cette dernière scène est particulièrement palpable dans la façon de scander le chant, dans l’attitude générale avec ce côté « Rien à Foutre » qui émane de nombreux titres de ce premier album longue durée du combo américain, après plusieurs singles et EP sortis depuis 2014. Le mélange évoque aussi parfois les déjantos de Death Grips, même [...]

Youth Killed It – Modern Bollotics

Youth Killed It est une toute jeune formation originaire de Norwich (UK). Les cinq gaillards n’ont pas chômé puisque seulement quelques mois après leurs débuts (en 2016), les voici qui débarquent avec un contrat (avec Rude Records) et Modern Bollotics, premier album mêlant (indie) rock, punk et même des éléments hip hop, le tout avec un côté divertissant et sans prise de tête venant des lyrics…

Shattered Blooms – Stained Years

C’est un fait, en musique comme presque partout ailleurs, les modes passent puis reviennent. Shattered Blooms (un nom qui ne vous est peut-être pas inconnu si vous suivez la chaîne Youtube d’un certain Caljbeut et ses « cartoons trash ») vient de Dijon et propose avec ce Stained Years son premier album, illustration du retour en force d’un genre né dans les années 90: le grunge.

Planning For Burial – Below The House

Planning For Burial, c’est le projet d’un seul homme, un certain Thom Wasluck, le genre de mec lambda de Pennsylvanie qui a décidé un jour de 2005 de le débuter sans recourir à l’aide d’une tierce personne, que ce soit pour la confection d’albums (produits à la maison) et même pour ses prestations live. Un aspect solitaire qui transparaît totalement dans la musique qu’il produit, Planning For Burial étant marqué par une aura profondément triste, voire dépressive.

Alfahanne – Blod Eld Alfa

Petite découverte de cette année, le groupe Alfahanne qui sort en 2017 son 3ème album, Det Nya Svarta chez Indie Recordings. Mais avant de se pencher dans quelques jours sur ce nouvel album, petit retour sur leur deuxième album découvert dans la foulée. Sorti en 2015, Blod Eld Alfa fait suite à Alfapokalyps et à un split avec Shining.

Saviour – Let Me Leave

Recevoir des albums promos, c’est sympa mais parfois rien qu’en voyant les photos du groupe (au style assez fashion) ou le style abordé (« heavy melodic », ou comment être le plus vague possible), bah on n’a pas vraiment envie de tenter l’écoute. Puis quelques temps après, on daigne enfin essayer et on peut reconnaître ses erreurs: Saviour n’est pas le groupe totalement inintéressant auquel on pensait avoir affaire et ce Let Me Leave contient pas mal de qualités.

Dool – Here Now, There Then

Bon d’accord le nom du groupe est un peu pourri et fait un peu repoussoir tant il sent la douloureuse panne d’inspiration. Pourtant au-delà du rapprochement avec le groupe américain dont le nom commence par un « T »,  Dool signifie surtout « Exil » en hollandais, un mot qui colle au final plutôt bien à l’ambiance sombre de ce Here Now, There Then premier album de ces bataves qui sont issus de groupes comme the Devil’s Blood (le bassiste et batteur) et Gold, auxquels il faut ajouter la chanteuse Ryanne Van Dorst aussi (in)connue sous le pseudonyme de Elle Bandita.