Latest Content

Problem Of Pain – I Will Always Want To Let Go

Problem Of Pain est un duo guitare/batterie originaire du Michigan composé par Garrett Finch et Jake Beaver, les deux partageant le micro dans lequel ils aiment hurler. Les deux comparses partagent donc leur douleur sur un nouvel EP destructeur, mélangeant hardcore (à tendance chaos-métallique), black metal à des passages tout en lourdeur.

Misrule – Forced To Suffer

Si les albums pouvaient avoir une odeur, il est certain que celle de Forced To Suffer, premier EP de Misrule, aurait des effluves de contenu de poubelles où s’ébattraient gaiement les mignons asticots jaunes que l’on peut voir sur sa cover. Une cover au style approchant celui de Decline de Vermin Womb (au niveau du son aussi d’ailleurs !). On aurait pu avoir le même artiste derrière, mais non. Point commun tout de même, c’est la tête pensante du groupe qui s’en est chargée, et chez Misrule, il n’y en a qu’une, celle de S. Mahoney, homme à tout [...]

Slugdge – Esoteric Malacology

Une faille spatio-temporelle, je vous le dis, je ne vois qu’une faille spatio-temporelle pour m’avoir empêché de vous reparler de ce groupe, alors que j’avais pourtant adoré et chroniqué le premier album il y a 5 ans, et alors que le tandem a depuis sorti deux autres albums, a priori d’excellente facture, même si j’avoue ne pas les avoir beaucoup écoutés.

Calligram – Askesis

Groupe international, comprenant des membres italiens, brésiliens et français, basé à Londres, Calligram s’est fait remarqué par Basick Records, label autrefois très en vue (mais beaucoup plus discret ces dernières années) en matière de metal à tendance progressive voire djent (qui a vu éclore de nombreux groupes talentueux comme The Arusha Accord, Devil Sold His Soul ou encore No Made Sense) . Rien à voir chez ce jeune groupe officiant plutôt dans un blackened hardcore particulièrement féroce.

Necrodancer – Void

Necrodancer, c’est la réunion de membres (ou ex-membres) de groupes s’étant fait un nom dans le petit monde du hardcore (au sens large du terme) franco-belge, ces derniers ont en effet fait leurs armes chez Verdun, Daggers, Death Mercedes et L’Homme Puma. Du beau monde qui a décidé de troquer leur style originel pour un gros rock de squats, urbain et crade, mâtiné de punk et de (black) metal.

Minors – Atrophy

Sorti en fin d’année 2017 alors que la période était à la recherche de cadeaux et de préparation de vacances de Noël, ce n’est qu’un bon mois plus tard que je me suis vraiment mis à ce nouvel album des canadiens Minors, pourtant fortement aguiché par la vidéo de « Miseranaut », sortie quelques mois plus tôt. Bref, il n’est jamais trop tard pour s’intéresser à un bon album !

Greber – Cemetery Preston

Greber est un duo pas né d’hier mais dont je n’ai appris l’existence qu’avec ce Cemetary Preston. Et mieux vaut tard que jamais car dix ans après la naissance du groupe (après deux albums et quelques splits), le duo derrière le projet livre ici une prestation très marquante. Qui sont ces deux personnes au fait ? Et bien à la basse et au chant, on retrouve Marc Bourgon (ex-Fuck The Facts) accompagné à la batterie et au chant par Steve Vargas (The Great Sabatini), bref des gars ayant de la bouteille dans le monde du gras et/ou méchant canadien.

Removalist – S/T

Oh que j’aime ces découvertes faites au hasard d’un clic sur Bandcamp ! Removalist n’avait pourtant pas grand chose d’aguicheur entre son nom assez passe-partout et sa cover d’album plutôt sobre. Ces australiens actifs depuis 2012 livrent pourtant ici avec leur premier full-length éponyme une méga torgnole de « blackened hardcore » (mais pas que), et ma première vraie surprise de 2018.