Latest Content

Chroniques Express de Noël 2018

C’est toujours le même bordel en fin d’année. L’heure du bilan approche, et c’est là qu’on s’aperçoit qu’on n’a pas écrit toutes les chroniques qu’on pensait avoir écrites, ou qu’on a complètement oublié d’écrire quelques mots sur tel ou tel album qui le méritait pourtant. Sans compter les albums parus en toute fin d’année comme des petits sournois…

The Algorithm – Compiler Optimization Techniques

Faisant marcher metal et electro main dans la main depuis déjà quelques paires d’années, The Algorithm fait son retour avec un quatrième album (autoproduit ici), deux ans après le très bon Brute Force et seulement un an après son premier effort sous le nom Boucle Infinie. Rémi Gallego a pour ce dernier davantage creusé vers le rétro grâce à des synthés typés 80’s. Un côté synthwave qui déborde aujourd’hui un peu dans ce Compiler Optimization Techniques.

Carpenter Brut – Leather Teeth

La surprise qui fait plaisir en ce début d’année, c’est la sortie de ce nouvel album de Carpenter Brut dont le succès ne se dément pas, et qui commence à faire son trou parmi le grand public. Depuis le temps qu’on en parle sur Eklektik et qu’on s’évertue à louer les qualités du Monsieur, on ne peut que se féliciter de cette percée largement méritée.

Fixions – ヘッドハンター

MOAR SYNTHS! Alors que Carpenter Brut et Perturbator explosent un peu partout, Fixions reste un peu plus dans l’ombre alors qu’il y a beaucoup d’éléments en commun avec ces derniers. Leur date de création (2012), leur origine made in France (même si Fixions est plus au sud, à Aix-en-Provence plus précisément) et enfin le style pratiqué: la synthwave top-qualité.

Kosan – Hearts On Fire

Sébastien dit « Sébou » est tendu mais se sent prêt, il a sorti le costard blanc immaculé, a ouvert sa chemise pour laisser apparaître son début de toison poitrinaire ainsi que sa « chaîne en or qui brille », il se passe un dernier coup de peigne dans la tartine de Vivelle qu’il a sur le crâne en répétant au miroir que ce soir le king du dancefloor, c’est lui ! Et une fois encore, il va tenter de serrer la belle Cindy, la « queen de la night » qui lui met des râteaux depuis des semaines, mais grisée par la Manzana et [...]

Double Dragon – S/T

Synthwave et retrogaming vont de pair. De noms de groupes (au hasard Mega Drive) en références dans les titres de morceaux voire de bruitages issus de consoles ou de bornes d’arcades, vous êtes sûrement déjà au courant si vous suivez un minimum cette scène. Double Dragon ne déroge donc pas à la règle en empruntant son nom à l’un des beat them’up les plus cultes de l’Histoire. Originaire de Montpellier, le mystérieux duo derrière le projet (Billy et Jimmy, c’est vous ?) annonce mixer les atmosphères d’un John Carpenter qu’il mêle à l’electro de Kavinsky, un mélange d’influences qui [...]

Nightstop – Dancing Killer

Synthwave, retrowave, vaporwave et autres trucs à vagues ont la cote ces dernières années. Un style musical d’ailleurs mené par des frenchies tels que Carpenter Brut ou Perturbator (mais si vous suivez nos pages, vous aurez déjà pu vous en rendre compte par les chroniques de mon confrère Krakoukass). Depuis 2013, le finlandais Nightstop officie lui aussi dans le même registre, influencé par les films des années 80 (cyberpunk majoritairement), les jeux vidéos de la même époque et les jolies filles à gros… grande chevelure (!). Des éléments visuels (ou à imaginer) plutôt familiers pour le style.

Carpenter Brut – CARPENTERBRUTLIVE

Surfant sur son incroyable succès, le poitevin Carpenter Brut nous revient cette année avec non pas un nouvel album, mais un album live. Illustration de son succès, ce live alors en précommande début juin, était en tête des ventes de vinyles sur le site de vente en ligne Amazon.

Various Artists – Furi OST

Furi est un jeu vidéo sorti il y a quelques mois, qui met l’accent sur l’enchaînement de combats de boss avec pour routine la nécessité de trouver le point faible de chacun pour le terrasser. Un jeu sympathique avec des graphismes colorés, style manga, et dont la particularité (et bingo c’est ce qui nous intéresse particulièrement ici) est de bénéficier d’une bande originale monstrueuse, un peu à l’image du cultissime Hotline Miami, qui a énormément contribué à l’explosion d’un style électronique rétro qu’on qualifie usuellement de synthwave.

Hollywood Burns – First Contact (EP)

Après l’excellent album de Perturbator chroniqué dans nos pages, voici un nouveau venu sur la scène synthwave qui tente (à juste titre) de se faire un nom cette année. Son nom de scène, Hollywood Burns, derrière lequel ne se cache pas Emeric Levardon, et vous l’avez certainement deviné… Il s’agit encore une fois d’un français qui vient prouver son savoir-faire sur cette scène décidément largement dominée par nos compatriotes. Et à l’écoute de ce First Contact, il y a tout lieu de penser que ça va continuer…