Latest Content

LILLAKE – Memory Lies

Cet album est un drôle d’animal mais en meme temps un coup de cœur personnel. Le groupe a été formé par Nico Santora, un chanteur/guitariste passé par Suicidal Tendencies et Infectious Groove, et on retrouve également dans le groupe Eric Moore, le batteur de ces derniers, qui a tourné avec des groupes funk majeurs. Santora a également été gratteux session pour pas mal de groupes dont The Faceless (death technique).
Cela dit, la musique de Lillake n’a franchement pas grand chose à voir avec tout ça, est beaucoup plus prog et beaucoup plus mélodique, alt metal/grunge dans l’esprit, tout [...]

Parkway Drive – Reverence

On ne présente plus Parkway Drive, mais on va le faire un peu quand même… Fondé en 2002 en Australie du côté de Byron Bay, le groupe est toujours là 16 ans plus tard, leader d’une vague metalcore qui s’est quelque peu effondrée autour de lui. Pour son huitième album, Reverence, la bande à Winston McCall (quasi intacte depuis ses débuts) démontre son savoir-faire en terme de metalcore mais tend à davantage s’ouvrir vers des contrées plus axées « hymnes de stades ».

Vantablack Warship – Abrasive Pulmonic Speak

Issu de la très prolifique scène metal montréalaise, Vantablack Warship est un jeune quintet de musiciens expérimentés ayant fait leurs preuves dans des groupes tels que Foreshadow, Arseniq33 ou encore Ghoulunatics. Après un premier EP éponyme sorti en 2015, voici Abrasive Pulmonic Speak, nouvel album à la croisée des genres heavy, thrash, death, hardcore (et avec même un peu de néo). Et le créneau est fortement encombré ces derniers temps, ainsi je ne m’attendais pas à grand chose avec cet album, surtout pas à sa redoutable efficacité !
Car les québécois savent riffer ! Preuve en est directement avec [...]

Danny Trejo – Another Trejo’s Night

Non, Danny Trejo n’a pas (encore) délaissé ses films d’actions-direct-to-vod et ses fajitas Old-El-Paso pour sortir un disque. Ce Danny Trejo-là est un groupe italien, de Venise plus précisément, actif depuis 2011 et contenant en son sein six membres issus de la scène punk-hardcore locale.

Decatur – Badder Than Brooklyn

« Produit par Joe Duplantier de Gojira« . Voilà le principal argument de vente de Decatur et son premier album, et mine de rien, il faut avouer que ça a de quoi attirer le chaland vu le succès international de Gojira. Mais qui dit producteur ne dit pas compositeur car si Joe a toujours brillé par son talent de composition ou d’écriture avec son groupe (qu’on soit fan ou non de Gojira, ils ont LEUR truc), Decatur fait tout l’inverse, le groupe canadien n’officiant pas du tout dans l’originalité, mais dans du très très mais alors très classique !

Testament – Brotherhood of the snake

Depuis que le monde du metal connait un revival du style thrash, nombreux sont les groupes à continuer de le maintenir à un niveau plus qu’honorable. J’ai un temps cru que les Grecs de Suicidal Angels pouvaient devenir un fer de lance en la matière. Leur récent Division of blood ne leur a pas permis de creuser l’écart. Tant pis pour les « jeunes ».

Kratornas – Devoured By Damnation

Originaire des Philippines et exilé au Canada, Kratornas n’est pas un nouveau venu puisque le projet est actif depuis 1995 (et même depuis 1991 sous le nom Zamora, nom de sa tête pensante renommée Zachariah). Zachariah était donc jusqu’alors seul aux commandes du vaisseau Kratornas avant d’être rejoint cette année par un batteur nommé GB Guzzarin. Voilà pour les présentations, passons maintenant au contenu. Que ce soit par son titre ou sa cover, pas de mystère, Kratornas est en plein dans le metal extrême bien bas du ciboulot, contenant notamment du black metal, du thrash et du grindcore.

Cruz – Culto Abismal

Sentient Ruin Laboratories, un nom que vous lisez assez régulièrement sur nos pages. Le label californien ayant sorti de son chapeau une multitude de groupes depuis sa création et ne semble pas prêt de s’arrêter, et c’est tant mieux car leurs productions sont toujours d’excellente qualité. La preuve une fois de plus avec notre obscur groupe du jour, les espagnols de Cruz, mélangeant death old school bourru et crust cradingue, tout ce qu’on aime !

Die Trying – Blues For The Cursed

Second EP pour les milanais de Die Trying, Blues For The Cursed attire l’œil dans un premier temps grâce à sa cover cartoonesque et colorée. Ce rat hargneux crachant la mort représente plutôt bien la musique balancée par le groupe, un metal autant influencé par la scène scandinave (black et death) que par la scène southern hardcore’n roll US. Le mélange est donc forcément détonnant.

Deströyer 666 – Wildfire

A une époque où il est prudent de douter de tout, de se méfier de tout le monde (vous me direz à quelle époque peut-on se permettre d’accorder raisonnablement sa confiance ?), il est bon de reposer sa faculté critique en se tournant vers des groupes dont on sait qu’ils vont mettre tout leur coeur et toute leur fougue dans la musique du diable. Sans essayer de nous la mettre.