Latest Content

Die Trying – Blues For The Cursed

Second EP pour les milanais de Die Trying, Blues For The Cursed attire l’œil dans un premier temps grâce à sa cover cartoonesque et colorée. Ce rat hargneux crachant la mort représente plutôt bien la musique balancée par le groupe, un metal autant influencé par la scène scandinave (black et death) que par la scène southern hardcore’n roll US. Le mélange est donc forcément détonnant.

Deströyer 666 – Wildfire

A une époque où il est prudent de douter de tout, de se méfier de tout le monde (vous me direz à quelle époque peut-on se permettre d’accorder raisonnablement sa confiance ?), il est bon de reposer sa faculté critique en se tournant vers des groupes dont on sait qu’ils vont mettre tout leur coeur et toute leur fougue dans la musique du diable. Sans essayer de nous la mettre.

Astronoid – Air

« Dream thrash ». Je crois que là on est bon pour le genre le plus farfelu lu depuis un bail. Et pourtant en se lançant dans l’écoute de ce Air, c’est bel et bien ce qu’on entend. Astronoid est un groupe formé il y a quatre ans à Groveland, Massachussetts, ayant déjà sorti deux EPs auparavant (Stargazer et November) qui ont apparemment reçu un très bon accueil. Bon alors kezako le dream thrash ?

Bilan 2015 Metal / Hardcore – Krakoukass

Après un premier bilan consacré au black et au death, voici maintenant le bilan des meilleurs albums de metal (hors black et death donc) et de hardcore / noise et assimilés sortis en 2015, par genre et dans l’ordre alphabétique.
Les meilleurs albums de metal de 2015
6:33 – Deadly Scenes : Première claque de l’année 2015, d’autant plus inattendue que je n’étais pas spécialement amateur des français de 6:33 jusque-là. Faith No More + Carnival in Coal + Devin Townsend en gros…

Ghost – Meliora : Pas de tromperie sur la marchandise, les énigmatiques Ghost livrent là [...]

Vhöl – Deeper than Sky

Moi qui croyais en avoir terminé avec 2015… Essayez donc de faire un bilan convenable dans de pareilles conditions…
Bref, j’étais (encore une fois) passé à côté en 2013, du premier album éponyme de Vhöl, ce super groupe formé par le chanteur de Yob (Mike Scheidt), Aesop Dekker le batteur d’Agalloch (et aussi membre de Ludicra) et John Cobbett et Sigrid Sheie, deux membres d’Hammers of Misfortune.
Et voilà que la bande a remis ça en 2015, en sortant cet éblouissant Deeper than the Sky toujours chez Profound Lore. Bref le top des sorties metal de l’année passée s’en trouve encore chamboulé… Mais [...]

Praetoria – Mirror Of Modernity

Quintet parisien formé en 2009 et jouant du « death-thrash-core », Praetoria livre avec ce Mirror Of Modernity son premier album (faisant suite à The New Rein, EP sorti en 2013 ainsi qu’un single 2-titres la même année). Doté d’une production bien imposante et de compos ultra violentes, cette première livraison est aussi redoutable que semble l’être la demoiselle guerrière présente sur la pochette.

Godisdead – Just…Die

Troisième album pour Godisdead qui, avec un tel nom, ne laissent pas vraiment de doute quant au contenu de leur musique niveau lyrics: les avignonnais sont (et ont toujours été) ouvertement antireligieux. A ce discours pourrait donc s’ajouter un black metal du genre primaire et sans nuance, or les sudistes vont réussir le tour de force de se jouer des codes du genre pour en donner un mélange tout à fait original.

Kenn Nardi – Dancing With the Past

Gros morceau que voilà… Kenn Nardi. Pas sûr que ce nom parle à grand monde, pourtant le Monsieur est le géniteur et cerveau du groupe de thrash/prog américain Anacrusis qui sévit à la fin des années 80 / début des années 90 et qui a sorti plusieurs albums assez remarquables, dont Manic Impressions en 1991 et Screams and Whispers en 1993, dernier album avant la séparation du groupe. Les amateurs d’un thrash progressif et aventureux (on peut parfois les comparer à Coroner) auraient intérêt à se pencher sur ces deux œuvres qui valent largement le détour, même si Manic Impressions [...]

Rort – Warpath

Rort est un groupe australien assez confidentiel. Formé en 2008, c’est seulement cette année que le groupe de Melbourne fait gentiment remuer la toile, enfin surtout les blogs spécialisés en musiques extrêmes.

Suicidal Angels – Divide and conquer

Quel étrange titre d’album. Quelle erreur, quelle faute pourrait dire leur label ! Faut-il que les Grecs n’aient pas confiance en la qualité de leur musique pour penser devoir diviser pour conquérir ? Allons, messieurs les Hellènes,  ne craignez pas le courroux de vos congénères et riffez le coeur léger, la conquête est au bout du manche. En principe.