#2015

Shaidar Logoth – Chapter II: The Ritualist

Shaidar Logoth est un projet mené par un duo de Minneapolis: Steven Henningsgard (ex Iron Thrones, ex Nehemiah), multi-instrumentiste de son état, et Adam Clemens (Skeletonwitch, Wolvhammer, Noose Rot) à la voix. Sorti une première fois en 2015, Chapter II: The Ritualist connait une réédition sur Sentient Ruin Laboratories, l’occasion de se (re)pencher sur cet album de black metal à l’ambiance hantée.
« Drink Thine Wretched Wine » nous accueille en effet dans une sorte de messe noire en slow-motion, l’atmosphère oppressante s’installant autour d’un mur de son opaque. La voix de Clemens transperce parfois ce voile pour du spoken word [...]

Alfahanne – Blod Eld Alfa

Petite découverte de cette année, le groupe Alfahanne qui sort en 2017 son 3ème album, Det Nya Svarta chez Indie Recordings. Mais avant de se pencher dans quelques jours sur ce nouvel album, petit retour sur leur deuxième album découvert dans la foulée. Sorti en 2015, Blod Eld Alfa fait suite à Alfapokalyps et à un split avec Shining.

Découvre un groupe qui tue : Barishi

Si vous êtes comme moi, il est probable que vous n’ayez jamais entendu parler de Barishi, ce groupe américain formé en 2012 dans le Vermont, et qui sort cette année son 2ème album chez Season of Mist : Blood from the Lion’s Mouth. Or il se trouve que cet album, et plus généralement ce groupe m’ont mis une claque pas possible, claque accentuée par la découverte des deux autres réalisations du groupe précédant ce nouvel album.

Old Skin – Beneath The Trees

Il y a des décisions parfois incompréhensibles, celle d’Old Skin par exemple de cesser ses activités tout en sortant un premier album qui aurait pu les propulser dans une autre dimension… Formé en 2013 du côté de Manchester, Old Skin a en effet été l’une des dernières chouettes révélations de 2015 avec son Beneath The Trees. Deux ans d’existence et un feu d’artifice final du genre bien gras en guise de testament (car sorti en même temps que l’annonce de leur split)…

Driftoff – Modern Fear

A force de tourner ensemble, les groupes arrivent à s’entendre tellement bien que parfois, leurs membres en viennent à se mélanger pour en former un nouveau. C’est ici le cas pour Driftoff qui est la réunion de membres de Rosetta, Junius, City Of Ships et Superblonde. Si la plupart d’entre eux ont leur groupe d’origine tournant autour du post-hardcore, on était loin de s’attendre à en trouver dans cette optique !

Edinburgh Of The Seven Seas – Inlandsis

C’est assez plaisant de recevoir une proposition de chronique pour un groupe ayant un nom assez énigmatique pour donner envie d’en rechercher la signification. Edinburgh Of The Seven Seas est donc le nom d’un village, l’unique village de l’île volcanique Tristan Da Cunha (qui fait partie de Sainte-Hélène). Voilà pour la petite minute culturelle et la découverte d’un territoire loin de tout, semblant aussi intriguant que fascinant.

Bilan 2015 Rock / Prog / Pop – Krakoukass

Après un premier bilan consacré au black et au death et un deuxième abordant les meilleurs albums de metal et hardcore, voici (enfin) la dernière partie de mon bilan 2015 avec cette fois les albums rock, prog et pop qui ont retenu mon attention pour l’année 2015.

Boston Manor – Saudade

Jeune formation anglaise venant de Blackpool, Boston Manor aurait certainement bien voulu voir le jour de l’autre côté de l’Atlantique tant leur musique correspond en tous points aux canons du genre pop-punk en vogue sur les college radios US. Pourtant, malgré cette évidente filiation, le jeune groupe sort un EP quatre-titres qui tente de rafraichir le genre, qui tente…

Bilan 2015 – Ennoia

Le tri a été un peu rude à faire cette année car 2015 nous a gâtés avec un certain nombre de (très) bonnes sorties, surtout en black metal (mais pas que). Voici donc sans plus attendre et sans ordre strict les 10 sorties qui ont marqué l’année à mes yeux. 

Bilan 2015 – Darkantisthene

2015 est mon année la moins metal depuis longtemps. La faute à Steven Wilson en grande partie; et à Roger Waters également (la sortie d’une nouvelle version de Amused to death m’aura fait replonger dans ce chef d’œuvre qui dépasse pour moi n’importe quel album du Floyd). Ils m’auront tous deux tenu assez éloigné de la musique malfaisante. Et ça se ressent dans mon top 2015 plutôt « tranquille ».
Les bonnes sorties metal n’ont pourtant pas manqué. C’est moi qui les ai manquées.
Malgré tout, j’ai pu glaner (grâce un peu à mes camarades, il faut bien que le commerce [...]