#2020

Big Scenic Nowhere – Vision Beyond Horizon

Si vous êtes amateur de stoner, Big Scenic Nowhere est le supergroupe que vous n’attendiez plus ! Monté autour de Bob Balch (Fu Manchu) et de Gary Arce (Yawning Man), tous deux guitaristes de leur état, ce projet leur permet d’inviter quelques potes issus de la scène dont certains très renommés comme ici Nick Olivieri (Mondo Generator,, ex-Kyuss ex-Queens Of The Stone Age notamment), Tony Reed (Mos Generator) ou encore John Garcia (Kyuss, Hermano) par le passé. L’addition de ces nombreuses personnalités aboutit donc, comme on s’y attendait, à un premier long-format aux humeurs très changeantes…

Caped – Yehuda

Caped est une toute jeune formation turinoise (fondée en 2019) dont les membres sont issus de divers groupes locaux tels que Marmore, Khoy, Alone ou Lora. Le quartet signe avec ce Yehuda un premier album (considéré comme un EP ?) explosif, mélange d’influences plutôt bien digérées…

Zolfo – Delusion Of Negation

Quintet italien (de Bari) repéré en 2017 avec son deux-titres Phosphene/Floaters, Zolfo passe à la vitesse supérieure en livrant ici son premier long-format (enfin cinq titres dont certains flirtant avec le quart d’heure). Avec de tels formats, pas trop de surprise à voir le groupe s’attaquer au sludge/doom, et il le fait plutôt bien !

Schizophrenia – Voices

Anciennement nommé Hämmerhead, Schizophrenia est un quartet basé à Anvers dont Voices, leur premier EP (sous ce nom pris en 2016), vient présenter leur death/thrash en une petite vingtaine de minutes. Parfaitement en phase avec leurs dégaines (perfecto et cheveux longs de rigueur), la musique des belges est old school, mélangeant rythmiques thrash et brutalité du death.

Mortal Incarnation – Lunar Radiant Dawn

Non content d’avoir sorti un sacré paquet d’albums en 2019 (28, rappelons-le), Sentient Ruin réattaque 2020 avec quelques nouvelles livraisons intéressantes qui sont en fait des rééditions. Sorti en autoprod en 2019, Lunar Radiant Dawn est la première démo de Mortal Incarnation, quartet japonais qui donne dans le death doom à la puissance dévastatrice…

Sycomore – Bloodstone

Après Phantom Wax et Nectar, Sycomore passe la troisième avec style en signant sur l’un des labels affiliés sludge, stoner et autres joyeusetés les plus prolifiques du moment: Argonauta Records. Le groupe composé par deux anciens Anorak semble pourtant effectuer un petit retour en arrière en privilégiant la spontanéité et l’efficacité sur ce Bloodstone.

Vukovi – Fall Better

Après l’album bien fun de Poppy, nouveau coup de projecteur sur un disque frais et sympathique, ce Fall Better, nouvel album des écossais de Vukovi qu’ils sortent sur leur propre label. Il s’agit là encore d’une petite pépite d’album fun et sans prise de tête comme le laisse imaginer cette pochette fluo en diable.
Vukovi, en dehors de son nom à coucher dehors est un duo (homme/femme) qui se définit un peu abusivement comme donnant dans un mélange de pop et de punk. En réalité la musique de Vukovi n’a pas grand chose de punk si ce n’est peut-être [...]

Grimes – Miss Anthropocene

Dernier (?) épisode de la cuvée pop de rentrée 2020 (après Poppy et Twin Atlantic) et place cette fois à Grimes, Madame Elun Musk à la ville, qui nous revient toujours aussi décidée à imposer sa vision très artistique d’une certaine idée de la pop électronique et moderne. Clairement ces deux-là dans leur domaine respectif semblent partager une envie commune de briser les conventions et de dépasser les limites.
J’avais eu l’occasion d’expliquer déjà le bien que je pensais de Grimes lors de la sortie de son précédent album en 2015 (Art Angels, chroniqué ici). Annoncé en mars 2019, [...]

Suicide Silence – Become The Hunter

Suicide Silence n’est aujourd’hui plus à présenter. Le groupe californien désormais mené par Eddie Hermida (All Shall Perish) suite au décès du charismatique Mitch Lucker (il y a huit ans déjà) sort ici son sixième album. Le dernier en date éponyme (2017) avait un peu désarçonné les fans, notamment son premier single « Doris » et ses parties chantées quasi-Deftoniennes. Nulle trace de chant clair sur Become The Hunter, Suicide Silence a ici opté pour un retour à ses fondamentaux: le true deathcore.

DSGNS – Ceremony

Nouvel EP pour les texans que DSGNS, découverts en 2016 avec leur excellent début Hexes. Le groupe d’Austin continue ici de s’aventurer sur des terres hostiles et tourmentées d’un hardcore brutal teinté de chaos et de noise.