Elvaron – The Buried Crown

1 Commentaire      1 101
Style: metal progressifAnnee de sortie: 2005Label: Thundering Records

Venu tout droit des terres nancéennes, Elvaron nous propose aujourd’hui son nouvel album. Depuis 1993, Matthieu Morland (Guitare & chant) mène son équipage avec passion. The Buried Crown est la troisième réalisation du groupe qui évolue dans le style heavy/progressif. Faits d’armes notoires : Matthieu et ses compagnons ont ouvert pour Maiden en 1998 et Blaze en 2002. Elvaron n’est donc pas un nouveau venu sur la scène française et nous propose une œuvre plutôt aboutie.

D’une durée de 66 minutes, l’album-concept nous plonge dans un univers héroic-fantasy. Il est découpé en 9 titres (dont un en trois tableaux) dont les durées s’échelonnent entre 5 et 10 minutes. The Buried Crown est le troisième chapitre d’une longue histoire commencée avec Mage Battle, leur premier album (1997). Pour cette nouvelle réalisation, Elvaron s’est associé à pas moins de 10 musiciens classiques, initiative à saluer.

Je dois avouer que le progressif n’est mon genre de prédilection, pourtant je me suis laissé séduire par la musique délivrée par le quartet. Si l’exécution est totalement maîtrisée, les musiciens ne sont pas là pour faire de la démonstration. Ils mettent leurs compétences au service de mélodies travaillées mais jamais ennuyeuses. Avec une large part laissée à l’instrumental, de nombreux solos et harmonies, des rythmes diversifiés (dans le genre pratiqué, je sais, ça n’est pas un scoop…), on est en terrain certes connu, mais Elvaron matîne son prog’ d’agressivité heavy et aère ses titres avec des passages classiques et acoustiques du meilleur effet.

Dès le premier morceau (précédé d’une introduction assez planante), le groupe affiche son savoir-faire avec ‘Warhead’ un long titre de neuf minutes. Les ingrédients de la recette utilisée pour cette aventure sont là : un long solo d’introduction, des montées folkloriques, un duel guitare/clavier et un intermède utilisant violons, flûtes, hautbois, etc. en plein cœur du morceau. Un bémol toutefois concernant la voix. Si elle est juste et posée, je pense qu’il ne faudrait pas trop insister sur son côté agressif qui pénalise un peu l’ensemble. Si la sobriété et la justesse vocales sont des qualités à mettre au crédit du guitariste chanteur, un poil de grandiloquence et des mélodies plus accrocheuses lui siéraient sans aucun problème, surtout face à une musique aussi bien exécutée.

Au fil des morceaux, on constate que la guitare n’occupe pas continuellement le devant de la scène et laisse parfois basse et claviers prendre le relais pour s’exprimer. La batterie est fort bien tenue mais je trouve que le mixage ne lui rend pas tout à fait justice, surtout sur les parties rapides. Les ambiances se font tour à tour épiques (‘Sea of Hate’, ‘One Last Season’) ou solennelles (‘The Buried Crown’, ‘The Heroes’ Tale’, sympathique ballade acoustique qui conclut l’album). Les enchaînements sont fluides et l’on passe un bon moment, le navire Elvaron ne sombrant jamais dans l’élitisme. Le groupe s’est donné les moyens de ses ambitions avec une belle production, claire et lisible (J’ai beaucoup apprécié le son de la basse et des très beaux arpèges de la guitare classique). Je reprocherais cependant au groupe de ne pas plus enflammer sa musique. Cela est peut-être inhérent au style pratiqué, mais nous n’en sommes pourtant pas loin sur des titres comme ‘Sea of Hate’ ou ‘Ghouls of Time’.

Au final nous avons affaire ici à un bel objet. The ‘Buried Crown’ mérite qu’on y prête attention, ses parties instrumentales se révélant enthousiasmantes (La première partie du triptyque ‘King of Thylia’ est exemplaire à ce sujet), il lui manque peut-être un chant plus performant et des refrains marquants pour remporter tous les suffrages. Les amateurs du genre ne seront toutefois pas déçus de la traversée même si pour moi, malgré des qualités incontestables, ce plaisant voyage a un petit goût de trop peu, notamment au niveau du chant.

  1. siren’s call… the void
  2. warhead
  3. sea of hate
  4. king of thylia (i)
  5. king of thylia (ii)
  6. king of thylia (iii)
  7. ghouls of time
  8. dark whispers
  9. witch of the forest
  10. the buried crown
  11. one last season
  12. the heroes’ tale

Chroniqueur

alchemist

Chroniqueur inter mi-temps, amateur de chats, de Metal mélodique sous toutes ses formes, de fromages de caractère, de bons bouquins, de radios intelligibles... et de zombies.

alchemist a écrit 99 articles sur Eklektik.

Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. vladdor says:

    C bien vrai ca, encore un groupe ki manques d’un bon chanteur…Malheureusement ca pousse pas ds les choux.. Mais toi, ô grand Alchemist, tu connaitrais pas la potion ki permet de devenir un chanteur ki se respecte?
    Enfin moi perso, g trouver que ce groupe a trop oublier ses influences fdgiennes, du plus grand groupe de tt les tps et du vexin: FDG trop méconnu à mon gout.
    Mais bon ils sont sorti en meme tps que kiss et ont pas pensé au coup du maquillage… Du coup aucun album vendu…
    Sinon pour en revenir à ce groupe…Encore une fois ce proverbe se justifie : » A bas les chanteurs, Vive les guitaristes » et je dis pas ca pour moi…
    Vladdor

Répondre à vladdor Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *