Boys First Time – San Francisco

3 Commentaires      1 322
Style: hardcore hybride chaotiqueAnnee de sortie: 2006Label: Autoproduction

L’écoute de cette demo au doux nom de San Francisco m’a procuré de nombreuses sensations. Je vais d’abord vous donner les faits : Boys First Time a vu le jour à Paris durant l’été 2004. Il est composé des ex-membres de XII (Arrrrrrgh, ce groupe était gigantesque, voir le split avec Comity !!!), Korum, Decoherence et enfin Symbyosis. Vous allez me dire qu’il n’y a que de la brute épaisse dans Boys First Time !!! En effet, à l’écoute de ces 5 titres, je ne remettrai pas en doute l’expérience de ces musiciens car globalement le jeu est rapide et techniquement impressionnant pour un premier essai !!!

Cette formation hybride n’a aucun complexe, on passe par divers « styles » musicaux tout au long de San Francisco. En gros, j’ai la sensation de voir se matérialiser un groupe comme Defdump jouant du Burnt By The Sun sur les quatre premiers titres !!! Boys First Time « blaste » à mort en incorporant des touches emo parfois crust ou death à son hardcore apocalyptique. Voyez vous ce que je veux dire ? Pas évident ! En fait, ces Parisiens ne se fixent aucunes barrières, il est vrai qu’une seule étiquette ne suffirait pas à englober ou définir leur univers sonore riche en émotions. C’est un bon signe pour cette jeune formation car l’originalité est bien présente. D’ailleurs, au risque de me faire taper par le groupe lorsque je les croiserai un jour dans la capitale (tant pis je me lance), en écoutant le final « That Kind Of Event », j’ai l’impression d’entendre le timbre de voix de Corey Taylor. Après la partie mélodique malsaine, une sorte de Slipknot inspiré fait en effet son entrée et s’amuse à côtoyer l’atmosphère barrée d’un certain Dillinger Escape Plan. Je peux vous assurer que cela me fait un drôle d’effet de comparer Boys First Time à Slipknot, pourtant je ne pense pas me « planter »… Boys First Time se frotte au métal au sens large du terme pour un résultat finalement saisissant.

Métal, emo, crust, math-core, hardcore, la liste est longue mais une chose est certaine : La musique de ce quatuor n’est pas « bordélique ». Justement, la principale force sur San Francisco a été de doser à bon escient toutes ces influences (la liste est longue…) pour finalement accoucher (dans la douleur sûrement) d’un cd très digeste à l’écoute.

Vous aurez compris que je suis agréablement surpris par cette maquette. Saluons aussi le travail qui a été apporté au « son » puissant et dense. Avec cet objet entre les mains, les parisiens sont armés pour conquérir les espaces sonores de votre salon. Je recommande ce disque à tous les amateurs curieux et friands de musiques chaotiques.

4,5/5

  1. need is my name
  2. chronophagia
  3. night-o-rama
  4. a sliver of fish
  5. that kind of event
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. fewz says:

    « Je recommande ce disque à tous les amateurs curieux et friands de musiques chaotiques. » –> j’en suis!!! vais écouter ça moi!

  2. OYC says:

    C’est bon, mais ca manque d’un truc et je sais pas encore quoi. Je n’ai écouté la chose qu’une dizaine de fois mais pour l’instant je me situe plus aux alentours de 3.5 si je devais noter. A approfondir.

  3. damien luce says:

    Ah ouais!!! je trouve que ce cd est énorme, mais bon les goûts et les couleurs ne s’expliquent pas comme on dit !!!

Répondre à damien luce Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *