Apoptose – Blutopfer

2 Commentaires      1 260
Style: Ambient tribalAnnee de sortie: 2002Label: Tesco Organisation

Leçon de culture:
Dans le nord est de l’Espagne, à une centaine de kilomètres de Saragosse, se trouve une charmante petite bourgade nommé Calanda. Lors de la semaine sainte (semaine de Pâques) des gens (environ 3000) tout de violet vêtus descendent dans les rues avec des tambours et vont jouer pendant 36 heures non-stop pour fêter l’occasion. Évidemment, outre l’aspect musical de la chose, l’aspect physique est très important et nombre de ces joueurs finissent en sang, épuisés et comme hypnotisés par leurs instruments. Véritable rituel dans la région, cette fête est devenue au fil du temps une attraction touristique des plus populaires.

Lors d’un voyage dans ce village, Apoptose avait prévu le coup et s’était armé d’une kyrielle d’instruments d’enregistrements afin de ne rien manquer de cet événement. Il est donc rentré chez lui en Islande avec des kilomètres d’enregistrements et c’est donc ces rythmiques que le musicien a choisi de poser sur son fond d’ambient à base de nappes de claviers minimalistes pour créer son deuxième album. Alors bien évidemment le disque fait la part belle aux divers roulement de tambours, chaque piste avec sa rythmique précise enroulé dans les draps de soie du synthétiseur.

Le résultat est proprement incroyable, terriblement hypnotique. Pendant plus de 50 minutes l’auditeur se trouve bombardé de rafales de tambours mais ne ressent à aucun moment une sensation d’agression, grâce à un mix entre les tambours et les nappes d’ambiant proprement remarquable.
Certaines pistes comme le final « Zuflucht » sont d’ailleurs majoritairement ambient et les sons des tambours passent dans des rues adjacentes, s’approchent puis s’éloignent, les enfants cris et les gens discutent dans la rue d’où la prise de son a été effectué. Proprement superbe.

Alors évidemment supporter les sons quasi-militaires des tambours (l’ouverture du disque donne l’impression d’un grésillement constant tant le nombre d’instruments jouant ensemble est important) est indispensable pour apprécier le disque tant la place de ces engins est importante sur ce disque. Pourtant, dans le pire des cas je conseille malgré tout de jeter une oreille quand bien même distraite à ce qui est assurément un des disques les plus originaux et les plus poignants que j’aurais entendu cette année. Et par chance le myspace du groupe propose des extraits de l’album. Alors on attends pas, on clique et on écoute.

D’ailleurs j’y retourne.

  1. apotropation
  2. blutopfer
  3. prozession der augen
  4. calanda
  5. in die nacht
  6. zu füssen der mutter
  7. zuflucht
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. damien luce says:

    Merci pour la découverte, c assez énorme ce groupe !!! c clair que le rendu avec les tambours fait assez militaire mais c bien amené !!!

  2. Nokturnus says:

    Tout simplement hypnotique…

Répondre à damien luce Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *