Les films Kults d’Eklektik – Jacob’s Ladder

1 Commentaire      1 616
Annee de sortie: 1990

Jacob’s Ladder
(L’Echelle de Jacob en VF)
Réalisé par Adrian Lyne en 1990

Distribution
Tim Robbins : Jacob Singer
Elizabeth Pena : Jezebel
Danny Aiello : Louis
Matt Craven : Michael
Pruitt Taylor Vince : Paul
Jason Alexander : Geary

Résumé
Jacob Singer, un employé des postes new-yorkaises, est assailli par de nombreux cauchemars durant ses journées. Il voit des hommes aux visages déformés et se retrouve dans des lieux qu’il ne connaît pas. Jacob est victime des flashbacks incessants de son premier mariage, de la mort de son fils et de son service au Vietnam. Jours après jours, Jacob s’enfonce dans la folie en essayant de comprendre ce qui lui arrive avec l’aide de Jezebel, son épouse.

Avis
Dirigé par Adrian Lyne, connu pour avoir réalisé 9 Semaines et demi, Les Liaisons Fatales ou Proposition Indécente, il ne semblait pas avoir le bon costume pour mettre en image le scénario complexe et passionnant de Bruce Joel Rubin. Car là où Lyne nous avait habitués à des films très ancrés dans une mécanique hollywoodienne, L’Echelle de Jacob fait figure d’OVNI, aussi bien dans la filmographie du réalisateur que d’OVNI tout court.

Il fut d’ailleurs un énorme flop à sa sortie. Le film eu beaucoup de mal à trouver son public. La faute à un mélange des genres un peu bâtard et protéiforme : pas vraiment fantastique, pas vraiment un film de guerre, pas gore pour deux ronds, pas vraiment un thriller non plus, il s’impose plus comme un drame engagé et métaphorique. Engagé car il dénonce le traitement infligé aux vétérans du Viêt-Nam et métaphorique dans la forme qu’emploie la narration. L’Echelle de Jacob peut se définir comme une relecture moderne de L’ Enfer de Dante : le film traite avant tout de la quête spirituelle de Jacob, interprété par l’excellent Tim Robbins. Si les thématiques et la symbolique en rapport avec la religion foisonnent (le deuil, la place de la spiritualité), L’Echelle de Jacob se distingue grâce à une narration à tiroirs, à la fois vertigineuse, passionnante et riche. Les niveaux de lecture sont multiples, et Adrian Lyne a réussi le tour de force d’imprimer avec brio sur notre rétine des visions d’horreur largement héritées de Francis Bacon à une palette d’émotions nous entraînant dans un tourbillon de sensations.
Anxiogène et émouvant, L’Echelle de Jacob appartient à cette catégorie de films rares, ceux qui sont dénués de toutes formes de concessions. Sans doute pour cela qu’il a tant rebuté le spectateur à l’époque. Mais qu’il est aussi un vrai chef-d’œuvre.

par Stesti

Equipe Eklektik

Chroniqueur

Equipe Eklektik

Eklektik est un webzine francophone sur les musiques à guitares saturées et autres musiques actuelles créé en mars 2004.

Equipe Eklektik a écrit 38 articles sur Eklektik.

Up Next

Sur le même sujet

Commentaire

  1. Zepekegno says:

    Oui et trois fois oui, ce film est une tuerie! Le Sixième Sens, The Others (rencore que…) et consorts peuvent aller se rhabiller!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *