ambient/electro

Juggernaut – Neuroteque

Ayant débuté il y a dix ans sous des contours post-metal à grosse voix (…Where Mountains Walk – 2009), Juggernaut a amorcé un sacré virage stylistique lors de sa sortie suivante. Trama! (2014) mettait alors au rebut le chant et nous immergeait alors dans un champ beaucoup plus étendu comprenant des éléments de jazz (parfois free), du psychédélisme, de l’avant-garde mais surtout une atmosphère cinématographique dans laquelle les italiens semblent vouloir poursuivre leurs ambitieuses expérimentations musicales aujourd’hui dans ce Neuroteque.

Northlane – Alien

Album après album (réglé à un tous les deux ans), Northlane semble vouloir constamment évoluer. Le metalcore aux allures progressives teintées de djent et de mélodies qu’on avait connu sur Mesmer est certes toujours là, sauf qu’il se voit rejoindre par un enrobage electro assez audacieux, justifiant le nom de ce nouvel album: Alien.

Body Of Light – Time To Kill

Formé en 2012 en Arizona par les frères Jarson, Body Of Light a su façonner sa musique à la lisière des genres: synthpop, new wave, goth, techno, le tout avec un soin particulier à sonner « à l’ancienne » sans pour autant plagier les artistes/groupes des années 80 et 90. Après quelques sorties chez Chondritic Sound et Ascetic House, le groupe a naturellement signé sur Dais Records, label de Drab Majesty, autre duo qui apprécie les ambiances glaciales rencontrant des mélodies plus « sucrées ».

Idiot Pilot – Blue Blood

C’est qu’on les avait presque oubliés ! Huit ans après leur hiatus, le duo composé par Michael Harris et Daniel Anderson a finalement décidé de remettre le couvert. C’est Strange We Should Meet Here (2005), leur premier album contenant le single fédérateur « A Day In The Life Of A Poolshark » (au clip bagarre emblématique), qui leur avait permis de décoller, leur permettant de tourner avec des groupes comme The Smashing Pumpkins ou Team Sleep. Un second album, Wolves, verra le jour deux ans plus tard sous la houlette de Mark Hoppus (Blink 182) et de Ross Robinson à la [...]

Drab Majesty – Modern Mirror

Oui je sais ce que vous vous dites : c’est quoi cette pochette ?? C’est vrai qu’elle est bien moche cette pochette. De même on peut avoir du mal à adhérer à l’imagerie très queer que se plaît à cultiver Deb Demure, leader androgyne de Drab Majesty.
Mais tout cela n’a absolument aucune importance face à la qualité de la musique de ce gaillard qui signe un excellent troisième album aux mélodies synthwave/pop complètement irrésistibles et réminiscentes des années 80. Il ne faut pas longtemps pour reconnaître les gimmicks et sonorités caractéristiques du genre, et les quelques influences new-wave [...]

Blanck Mass – Animated Violence Mild

Retour de Benjamin Power (toujours la moitié de Fuck Buttons, même si finalement Power est désormais beaucoup plus actif sous l’identité Blanck Mass, à se demander si Fuck Buttons n’est pas devenu un side project pour lui) avec la sortie aujourd’hui même de cet Animated Violence Mild, son 4ème album, qui s’inscrit autant le dire de suite, dans la parfaite continuité de ses précédents travaux et ne devrait aucunement désarçonner ses fans.

VR SEX – Human Traffic Jam

Comme annoncé lors de ma chronique de Horseplay, voici déjà le retour de VR SEX qui, rappelons-le, est un side-project d’Andrew Clinco de Drab Majesty (s’appelant ici Noel Skum). Dans la lignée de l’EP, ce Human Traffic Jam traite des mêmes types de sujets: l’abrutissement des masses avec les réseaux sociaux et toutes ces pseudo-célébrités qui sont glorifiées aujourd’hui, ainsi que la nécessité de « réduire le nombre de « procréateurs afin de stabiliser et préserver notre planète ». Tout un programme provocateur toujours mis en musique avec ce mix de synthpunk, de death rock et de post-punk.

Tepr – Technosensible

Attention on va aujourd’hui parler techno, et pas techno-death, mais bien techno au sens musique électronique. De la techno sur Eklektik, ça va pas non ? Ça va très bien au contraire merci. Tepr n’est peut-être pas un nom qui vous parle. Pour ma part dès que j’ai vu passer la sortie de son nouvel album Technosensible, je me suis jeté dessus, ayant déjà eu l’occasion d’apprécier le travail de ce français (Tanguy Destable de son vrai nom) à plusieurs occasions : avec Yelle il y a déjà plusieurs années (ne fuyez pas!) mais aussi et surtout avec son [...]