hardcore/punk

Watchcries – Unearthed

Nouvel EP pour Watchcries, groupe originaire de Brighton ayant accueilli un nouveau guitariste en ses rangs après avoir sorti Wraith (2017), leur premier album. Et ce nouveau guitariste n’est pas n’importe qui puisque qu’il s’agit de Matt Neesam qui officie aussi chez les très bons Bossk. Sauf que Watchcries n’est pas vraiment dans la même optique musicale…

Kaonashi – Why Did You Do It?

Mine de rien, il y a un maximum de groupes oubliés de 2018, Kaonashi en fait partie. Le titre de Why Did You Do It?, leur dernier EP en date, semble même un reproche de ne pas avoir découvert cet excellent groupe plus tôt ! Le groupe de Philadelphie joue une musique très fraîche, basée sur du chaos dans la grande tradition des Dillinger Escape Plan et autres Converge mais sonne totalement personnel grâce à d’excellentes phases plus mélodiques.

Younger Us – Tired Tried

Quand on prend son temps pour composer un album, il arrive que les influences s’ouvrent et que les envies soient modifiées, c’est le cas pour Younger Us. Quatre ans après un prometteur premier EP, les allemands font enfin leur retour mais en ayant drastiquement modifié son post-hardcore/screamo vers quelque chose d’un peu plus noise, voire grunge à bien des moments.

Yonder – Temple Of Eyes

Dans le blackened crust, il n’est désormais pas facile de sonner original tant le genre s’est démocratisé ces dernières années. Pourtant Yonder, jeune groupe de Stuttgart ayant sorti sa première démo il y a trois ans, va y parvenir avec ce Temple Of Eyes. En effet, plutôt que de sonner comme un xième ersatz de Martyrdöd, le quartet allemand va développer des paysages sonores plus atmosphériques, s’accordant idéalement avec le déversement de rage typique du style.

Glitterer – Looking Through The Shades

Entre deux albums de Title Fight, Ned Russin, bassiste du groupe, trouve le temps de se consacrer à son projet solo Glitterer et avec une troisième sortie en trois ans, on peut dire que le gaillard est inspiré ! Looking Through The Shades est une nouvelle fois une expérience étonnante, parvenant à mixer le son post-hardcore/pop punk typiquement Titlefightien à une espèce de synth-pop terriblement entêtante.

Soul Glo – The Nigga In Me Is Me

Originaire de Philadelphie, Soul Glo est l’un des groupes de hardcore punk les plus excitants du moment. Ayant eu la chance de les voir en live il y a quelques mois en compagnie de Lord Snow, le groupe aura pourtant eu l’an dernier une anecdote de tournée dont il se serait bien passé. Sur une route du Missouri, leur van s’est fait intercepter par la police (cf. la photo authentique leur servant de cover), le groupe mis au trou tandis que la caution fixée s’élèvera à trois fois le montant habituel pour ce genre de charges (mais payée grâce [...]

TripSitter – The Other Side Of Sadness

Jeune groupe originaire d’Autriche, TripSitter est de ces groupes affiliés post-hardcore mais qui empruntent des éléments à bien d’autres styles: du black metal, du shoegaze, du post-metal voire du hardcore mélodique histoire de ne jamais s’enfermer dans un schéma préconçu. En résulte The Other Side Of Sadness, premier album forcément marqué par les émotions et l’intensité.

As Cities Burn – Scream Through The Walls

Très actif durant l’effervescence de la scène emo des années 2000 popularisée via Myspace, As Cities Burn avait totalement disparu des radars depuis 2009 avant que les frères Bonnette (tous deux au micro) ne réactivent le groupe en 2017. Débarqué au milieu de tous ces groupes plus ou moins interchangeables avec le très bon Son, I Loved You At Your Darkest (2005), sorte de mix entre The Bled et Emery, le groupe a poursuivi dans cette veine de « post-hardcore US » (version quasi screamo) livrant il y a de ça dix ans le très bon Hell Or High Water avant [...]

Fuming Mouth – The Grand Descent

Le mélange entre hardcore et death metal peut donner différents résultats allant du deathcore le plus générique à un mix plus respectueux des fondations des deux styles. C’est avec cette seconde vision qu’officie Fuming Mouth (et on les en remercie !), groupe du Massachussetts qui a décidé de sortir l’artillerie lourde pour ce nouvel album dont la prod aura été confiée à un certain Kurt Ballou (Converge).

Fire At Will – Today Is Mine

Sorti une première fois en 2007, Today Is Mine connait une réédition via Eternalis Records pour célébrer ses dix ans, l’occasion de se replonger dans le premier EP de Fire At Will. Le groupe toulousain n’en était alors qu’à ses balbutiements mais s’affirmait déjà comme prometteur avec son hardcore mélodique aussi incisif qu’inspiré.