power/thrash/heavy

Withering Surface – Meet Your Maker

Pour de nombreux groupes, la remise en activité après une longue absence semble être à la mode ces derniers mois. Vient aujourd’hui le tour de Withering Surface qui vient sûrement battre le record de la plus longue pause: seize ans ! Le groupe danois avait splitté suite à Force The Pace (2004) mais s’est remis en activité l’an dernier avec la quasi intégralité de son line-up originel, n’ayant qu’un seul nouveau bassiste (Jesper Kvist de Raunchy, remplaçant Kaspar Boye Larsen occupé chez Volbeat). Un retour aux fondamentaux du mélodeath ou une révolution sonore sur ce Meet Your Maker ?

Black Pestilence – Hail The Flesh

Bien avant la crise du COVID-19, les gars de Black Pestilence ont décidé de se protéger de l’air ambiant en portant des masques sur leurs visages. Un geste salvateur aujourd’hui pour lequel on aurait pu les taxer de visionnaires mais ce trio canadien (autrefois projet solo d’un certain Valax – chant/basse) s’inspire dans ses lyrics de problèmes d’ordre chimiques/radioactifs mélangés à une grosse dose de satanisme. Et musicalement, ils sont totalement en phase avec ces thèmes car l’on se trouve, vous l’aurez sûrement deviné, dans un mix de thrash et de black metal.

Destroyed In Seconds – Divide And Devour

Monté en 2008 par des membres de Phobia, Eat The Living et Necrosic, Destroyed In Seconds (simplifié en DIS) est de ces groupes qui prennent du vieux pour en faire du neuf. Entendons ici un cocktail de riffs bien ravageurs issu des scènes old-school crust/d-beat et swedish death, ce qui nous donne un panel d’influences allant de Discharge à Entombed. Pourtant le groupe de Los Angeles se distingue de ces références en se drapant d’une production moderne bien imposante.

Burden of Life – The Makeshift Conqueror

Nous sommes à peine à la moitié de l’année 2020, et la liste des albums de qualité déjà en lice pour le podium de fin d’année ne fait que s’allonger… Et autant le dire tout de suite, ce n’est pas The Makeshift Conqueror qui va venir simplifier la tâche des mordus de listes de fin d’année…
Voilà en effet des aliens dont le seul objectif, outre de produire de la musique de grande qualité, semble être une fois de plus de faire tout ce qu’ils peuvent pour se rendre le plus inclassables possible… Et ils y parviennent brillamment, car [...]

Chronicle – Demonology

Tiens, si on chroniquait Chronicle ? Chronicle est un groupe danois formé en 2012 et qui a sorti son premier album Primordial Fear trois ans plus tard. Demonology prend donc sa suite aujourd’hui et j’avoue avoir été un brin perplexe suite à sa première écoute. M’attendant à du death metal, plutôt brutal voire old school, à la vue de la pochette, voilà que je me suis retrouvé avec du death mélodique… mais plutôt pas mal troussé !

Maudiir – Le Temps Peste

One-man band venu tout droit de Montréal, Maudiir est un projet de black metal infusé de thrash monté par un certain F (qui joue ou a joué dans des groupes comme Trinity Blast ou Deeply Confused). Sur Le Temps Peste, le gaillard nous gratifie de lyrics totalement en phase avec le titre: « une observation de l’obédience et de l’industrialisation causant toute la pollution humaine dans l’environnement qui se meurt, la société de consommation, l’addiction aux technologies, la religion etc. » Bref, un regard sacrément pessimiste qui est transmis au travers d’un black metal mélodique plutôt entraînant.

Sepultura – Quadra

Difficile de parler de Sepultura encore aujourd’hui sans évoquer son passé qui lui colle à la peau, et sans parler du néo clodo Maxou qui a incarné de façon assez emblématique le groupe sur ses premiers albums, mais qui aura au final tenu le micro moins longtemps que son chanteur actuel, l’américain Derrick Green (12 ans pour Cavalera contre 21 pour Green). Pourtant, assez injustement, ce dernier reste encore aujourd’hui considéré comme une pièce rapportée par d’anciens fans restés bloqués sur Arise, Chaos AD ou Roots (rayez la mention inutile). Si ces 3 albums sont en effet des chefs [...]

Schizophrenia – Voices

Anciennement nommé Hämmerhead, Schizophrenia est un quartet basé à Anvers dont Voices, leur premier EP (sous ce nom pris en 2016), vient présenter leur death/thrash en une petite vingtaine de minutes. Parfaitement en phase avec leurs dégaines (perfecto et cheveux longs de rigueur), la musique des belges est old school, mélangeant rythmiques thrash et brutalité du death.

Amanita Virosa – Original Plague

Avec son nom de champignon vénéneux, Amanita Virosa (« amanite vireuse » en VF) est un groupe finlandais jouant du « hospital metal ». Avec une telle dénomination (et leurs costumes de train fantôme, au vu des photos promos), on aurait pu s’attendre à une musique torturée et donc « malade » à la manière d’un Silencer, or le groupe s’oriente en réalité vers un tout autre chemin…

High Fighter – Champain

Originaire d’Hambourg, High Fighter est un combo officiant dans un sludge/stoner oscillant entre mélodies et parties plus nerveuses. A sa tête on trouve Mona, chanteuse volubile, passant de cris arrachés black metal à un chant mélodique puissant et aérien. Des variations vocales allant de pair avec la musique délivrée par ses comparses, elle aussi plutôt variée.