beunz

SYL – afmagt

Figure montante de la scène hardcore danoise, SYL débarque avec un nouvel EP explosif faisant suite à leur premier album de 2022 (alt godt). Le quintet de Copenhague ne se met aucune limite stylistique et part régulièrement dans des styles annexes, preuve en est ce afmagt (« impuissance »), soient six titres survoltés incorporant des éléments venus du punk, du hardcore et du metal sous de nombreuses variations.

Ætheria Conscientia – The Blossoming

Trois ans après l’épopée spatiotemporelle qu’était Corrupted Pillars Of Vanity, c’est non sans excitation que l’on retrouve les nantais d’Ætheria Conscientia. Le groupe a été quelque peu remanié entretemps, le batteur Paul Breheret (qui s’occupe par ailleurs du label Frozen Records) chante désormais, et c’est Valentin Henault qui s’occupe de la batterie. Un mouvement de line-up qui n’a pas entaché les envies créatives du groupe, bien au contraire, puisque les cinq gaillards ne se posent jamais de limite d’inspirations.

Candy – It’s Inside You

En deux albums, Candy a connu une trajectoire très intéressante, passant d’un statut d’héritier d’Integrity ou de Power Trip (Good To Feel) avant d’y ajouter une grosse louche de noise/indus sur le très bon Heaven Is Here (2022). Le groupe de Richmond revient avec les mêmes intensions sur It’s Inside You, mixant à nouveau fureur punk hardcore avec des sons électroniques, et il y a même une double-surprise à la fin !

Cutterred Flesh – Love At First Bite

Titre un peu neuneu mais rigolo, cover un peu cracra, les tchèques de Cutterred Flesh possèdent tous les atours du groupe de brutal death lambda totalement oubliable. Et si on avait un peu tort ?

Cathari – It Will Hurt The Entire Time You Are Alive

Alors « ça va faire mal pendant l’entièreté de ton existence », voilà une sacrée promesse que nous fait Cathari, groupe de Philadelphie inconnu jusqu’alors à mon bataillon. Une promesse qui va déjà tenir durant ces quatre titres…

Hubble – S/T

Entre son nom et sa cover, on voit directement où ce jeune trio rennais veut en venir. Hubble (nom du fameux télescope spatial conçu par la NASA si vous n’étiez pas au courant) vient nous proposer un voyage dans l’espace, et quoi de mieux que le post-rock pour cela ?

Bad Nerves – Still Nervous

Après les avoir vus en live en octobre dernier, les britons explosifs de Bad Nerves sortent enfin leur second album, bien teasé par des singles on ne peut plus frénétiques ! Il faut avouer que le quintet sait bien y faire en matière de frénésie, remettant au goût du jour le rock’n roll et le punk des origines.

Contre-feux – La morsure

Quatre ans après le très bon Mort/Vivant, les bordelais de Contre-feux font enfin leur retour avec cet EP cinq titres. Sur ce dernier, le groupe sonne toujours aussi intense, tant dans ses lyrics pessimistes (voire contestataires comme sur « Nos sourires et des flammes ») que ses compos où le screamo vient alterner entre rage et mélancolie.

[Mini-chroniques] Rattrapage mensuel (avril 2024)

Computer Kill – S/T (autoproduction) – synthpop tubesque

Premier EP pour ce jeune projet de Baltimore. Computer Kill débarque avec un son complètement entêtant, quelque part entre (hyper)pop et synthpop qui vire parfois à la darkwave. Cinq titres parfaits entre naïveté dansante (“Trouble”), hit faussement désenchanté (“Haunted”), relents de post-punk (“Not Normal”, “Do It”) et un titre particulièrement déchirant pour conclure (“Sing And Play”). Bref, tout est là pour faire un carton, alors qu’est-ce qu’on attend ?
Computer Kill de Computer Kill
Vesperine – Perpétuel (Autoproduction) post-hardcore

Originaire de Lyon, Vespérine déploie depuis une dizaine d’années une [...]

Mandibula – Self Devourment

Composé de membres de formations diverses appréciant les expérimentations ainsi que la noise, tels La Colonie de Vacances, John Makay, Les Agamemnonz, Pyjamarama ou encore Spelterini, Mandibula déboule avec un premier long-format de… death metal. Oui, c’est qu’on attendait pas vraiment leurs membres dans ce registre vu leur pedigree, mais finalement pourquoi pas ?