beunz

Bain de Sang – Sacrificed For A Load Of Filth And Lies

Groupe parisien contenant des gens provenant de chez Blockheads, Comity, Judoboy et Aenima (aaah nostalgie en lisant ces derniers noms !), Bain de Sang annonce la couleur par son patronyme: rouge sang. Prenant la suite de We Are The Blood We Are The Fear (2015), ce nouvel EP est à l’image de sa (très réussie) cover: un pur carnage !

Drouth – Excerpts From A Dread Liturgy

Autrefois nommé Contempt, Drouth vient de Portland et se compose de membres expérimentés, certains ayant fait leurs armes chez Vermin Womb ou Petrification. Pour son second long-format, le groupe a atterri chez Translation Loss Records (Wake, Teeth ou encore Rosetta) qui renouvelle encore une fois son roster en matière de metal extrême. Car Drouth en joue, et bien !

Duma – S/T

Figurez-vous qu’une scène grind existe en Afrique, Duma s’étant assimilé à cette scène depuis quelques années même si sa musique contient énormément d’autres influences. Le duo Sam Karugu/Lord Spike Heart s’est établi à Nairobi (Kenya) mais a campé à Kampala (hoho!), capitale de l’Ouganda, plus précisément aux Nyege Nyege Studios, explorateur sonore local, où ils resteront pas moins de trois mois afin d’enregistrer ce Duma (« noirceur » en langue kikuyu, dialecte kenyan), mélange d’influences metal et d’electro très sombre.

Turtle Skull – Monoliths

En ces temps de tensions permanentes (il suffit de lire les infos du moment), rien de tel que de se déconnecter et de s’apaiser l’esprit. Mais avant de couper votre freebox, testez donc ce Monoliths, second album des australiens de Turtle Skull, groupe autoproclamé de « flower doom ». Une étiquette fantaisiste qui correspond plutôt bien à ce que l’on entend, soit une musique très planante entre stoner et psychédélisme plein de fuzz.

Puro Odio – S/T

Duo cagoulé originaire du Pays Basque espagnol, Puro Odio voit son EP sans-titre sorti l’an dernier réédité par Sentient Ruin. Se jouant des (gestes) barrières entre punk, metal et hardcore (on est ici plus précisément entre crust/d-beat, oï! et black metal), ces deux morceaux sont autant d’expéditions punitives nihilistes que l’on se prend en pleine poire en l’espace de cinq minutes à peine.

Aversio Humanitatis – Behold The Silent Dwellers

Trois ans se sont écoulés depuis le très bon EP Longing For The Untold, les mystérieux Aversio Humanitatis ont depuis été discrets avant de signer chez Debemur Morti Productions (Blut Aus Nord, White Ward, Archgoat…). Behold The Silent Dwellers arrive donc comme le second long-format (neuf ans après Abandonment Ritual) de ce trio – dont il est désormais possible de trouver l’identité (deux vénézuéliens et un espagnol qui ont déjà une solide expérience dans divers projets UG) – dans la droite lignée de son prédécesseur. La base est en effet similaire, soit une alliance bien opaque de black metal [...]

Entry – Detriment

En attendant le prochain Touché Amoré (prévu pour octobre et dont un premier extrait vient de fuiter), le guitariste (Clayton Stevens) et le bassiste (Tyler Kirby) s’accordent une pause-défouloir, bien loin de leurs habitudes émotionnelles. Ici, les envies sont bien de balancer une dose de violence immédiate et sans compromis dans la tradition du punk hardcore crustisant un peu.

Afsky – Ofte jeg drømmer mig død

Projet solo d’Ole Pedersen Luk, guitariste/chanteur de Solbrud, Afsky en est déjà à son second album, deux ans après Sorg (déjà chez Vendetta Records). Le danois ne donne vraiment pas l’impression d’être seul à bord tant la maîtrise des instruments et des compositions est affirmée, aucun manque ou déséquilibre n’est décelable sur ce Ofte jeg drømmer mig død, à la cover d’une rare intensité, à l’image de ce qu’il renferme.

City Morgue – TOXIC BOOGALOO

City Morgue est un projet assez à part dans le monde du hip-hop. SosMula et ZillaKami se sont en effet accoquinés il y a quelques années pour livrer un mélange personnel de trap et de metal. Le duo a déjà sorti deux albums avant celui-ci: Vol 1: Hell Or High Water (2018) et Vol 2: As Good As Dead (2019), deux albums qui renouvellent un peu la scène hip-hop Soundcloud/facetattoo en montrant que leur tendance metal n’est pas un simple argument commercial, ils ont notamment partagé la scène avec Turnstile, Denzel Curry et Trash Talk.

The Acacia Strain – Slow Decay

Après avoir sorti un excellent album surprise à la toute fin 2019 (It Comes In Waves), The Acacia Strain a poursuivi en sortant (là aussi par surprise) non pas un mais cinq EP affublés d’une lettre. Un « D », un « E », un « C », un « A » puis un « Y ». Mis sur le coup, le Commissaire Bialès a longuement enquêté et en a conclu que le gang de Vincent Bennett a voulu faire un tout « ACYDE », sûrement un gang de chimistes…