Chronique

Bilan 2022 – Beunz

2022 a été une année assez mouvementée et éprouvante, notamment entre la grosse chaleur estivale et les multiples et incessantes polémiques. C’est dans ces moments-là que la musique aide à supporter tout ça. Et en 2022 énormément d’albums sont sortis, les découvertes ont été très nombreuses et la confection de ce bilan a été très compliquée (comme chaque année). En attendant ceux de mes collègues (qui ne devraient plus tarder), voici mon top 30 des albums de l’année (dans l’ordre alphabétique), mon top concerts ainsi que 22 morceaux qui m’ont souvent accompagnés l’an dernier…
Top albums 2022:
Anna Sage [...]

Klimaforandringer – M​ø​rket på Solens Krop

Klimaforandringer (« changement climatique ») est un mystérieux groupe danois formé en 2014 dont le projet composé telle une caravane musicale (keffiehs y compris, vu leur photo promo) ne se met aucune limite créative en mixant des styles très, très ouverts. Définie comme « afro-psych », la musique du collectif de Copenhague se réapproprie des rythmiques ouest-africaines et les mixe avec du jazz, du blues, du krautrock ou encore du rock psychédélique 70’s. Des inspirations très larges auxquelles s’ajoutent un sens de la poésie singulier, axé sur ce M​ø​rket på Solens Krop sur la thématique de la paternité d’un membre du groupe, ses [...]

Scalp – Black Tar

Originaire d’Orange County (Californie), Scalp débarque avec un second EP, le premier chez Closed Casket Activities. Un label qui leur convient parfaitement puisque habitué à sortir des galettes garnies de violence frontale (End, Vermin Womb ou encore Regional Justice Center parmi beaucoup d’autres). Et question violence, Scalp n’est pas en reste puisqu’il propose un mix personnel de grindcore, death metal, hardcore et powerviolence lié dans un enrobage sludge bien épais (Black Tar signifiant « goudron noir »).

Limbes – Ecluse

Nouvelle identité de Blurr Thrower, one-man band qui nous avait subjugué avec Les Voûtes en 2021, Limbes se profile dans la continuité de celui-ci sur ce premier album Ecluse. Guillaume Galaup (que l’on retrouve aussi dans Rance) met encore une fois beaucoup de lui-même dans cet album où black metal et atmosphère vaporeuse s’allient pour quarante minutes en quasi-apnée.

Extortion – Seething

Considéré par les amateurs comme la crème du hardcore/grind/powerviolence australien, Extortion est resté muet durant les douze dernières années avant de revenir discrètement fin 2022 avec ce Seething. Sortant ce nouvel album en autoproduction, force est de constater que les gaillards de Melbourne n’ont rien perdu de leur férocité et de leur vitesse d’exécution durant ce (gros) laps de temps silencieux !

Negative Vortex – Tomb Absolute

Negative Vortex (tout un programme !), ce sont deux brésiliens qui ont migré vers les Etats-Unis (du côté d’Oakland, Californie) pour faire du death metal. Après une première démo en 2015, le duo composé de M. Feschner (chant/guitare) et de Libra (basse/guitare/claviers/batterie) revient avec un premier album du même nom que la démo (Tomb Absolute) nous immergeant dans une atmosphère mouvante et souvent épique derrière sa violence.

One Step Closer – Songs For The Willow

Parmi la jeune génération de groupes de hardcore mélodique, le nom de One Step Closer est apparu et a rapidement gagné en popularité. Dès son apparition en 2017 (avec un EP éponyme) et la confirmation via l’excellent This Place You Know (2021), le groupe de Pennsylvanie a conquis de nombreux adeptes grâce à son mélange de hardcore mélodique et d’emo.

Ashen – Ritual Of Ash

Jeune formation australienne ayant vu le jour en 2020, Ashen comporte en ses rangs des membres ayant fait leurs armes au sein de différents groupes de death metal underground locaux. Amateur de death old school comme des wagons de groupes actuels, le quartet de Perth débarque avec Ritual Of Ash, premier album faisant suite à un EP (Golden Oath – 2021), en proposant une version personnelle particulièrement groovy.

AHAB – The Coral Tombs

Après huit ans de silence, AHAB reprend du service. Les papas du « Nautik doom » se sont ici inspirés de l’une des œuvres les plus connues de Jules Verne, à savoir « Vingt Mille Lieues Sous Les Mers », leur permettant à loisir d’explorer les profondeurs. Des fonds marins aussi sombres qu’hostiles que le groupe allemand se plait à explorer en compagnie des personnages du roman, notamment le capitaine Nemo ou bien Pierre Arronax, le héros qui aura les honneurs du titre d’ouverture.