Latest Content

Bilan 2007 matt_moussiloose

L’année musicale qui s’achève dans 10 heures et 02 minutes a été bonne, bien qu’assez irrégulière, avec un début en fanfare (Lunar Aurora dès le 8 janvier) et un rush final à esbaudir une huître (The Ocean, Primordial et Ulver rien que pour les dernières semaines). Et entre les deux quelques périodes de creux secouées par trois confirmations paroxystiques (Elend, Drudkh, Neurosis), deux attentes comblées (Glorior Belli, Wolves in the Trone Room) et l’invité surprise sans lequel un top 10 manquerait de piment (Mammatus). Pour le reste voir quelques centimètres plus bas…
L’année musicale qui s’achève dans 9 heures [...]

Primordial – To the Nameless Dead

J’avais déjà fait moult éloges du précédent album de la troupe irlandaise dans les nobles pages d’eklektik, arguant qu’il s’agissait alors de leur meilleure œuvre, celle de la maturité. Hardiment, je pensais que Primordial tenait là son Saint Graal. Et voila qu’en novembre 2007, Primordial jette à la face du monde son nouvel opus tant attendu par une masse de fidèles qui ne cesse d’enfler au fil des ans. Et dès la première écoute, on est obligé de se rendre à l’évidence : la tribu semble avoir fait l’impossible, c’est-à-dire surpasser le divin The Gathering Wilderness.
Ce qui frappe [...]

Primordial – The Gathering Wilderness

De nos jours, il y a tellement de groupes qui sonnent faux : batteries trigées à l’extrême, multiples effets de supermarché sur les grattes, voix trafiquées pour paraître plus ivole, synthé en carton, samples cheap au possible et tout autre artifice de pacotille. Il est temps de revenir au vrai, au pur, au naturel, au bio. Il est temps de revenir à la musique des bois, celle composé à même le sol, sentant bon le terreau frais avec un son sans édulcorants et pesticides. C’est ce que les Irlandais de Primordial nous proposent depuis 1987 ( !!!!), ou plutôt [...]

Bilan 2005 monster

Chaque année apporte son lot de déceptions et de découvertes de nouveaux groupes prometteurs.D’abord par les grandes déceptions de l’année : Björk confectionne une B.O. de film pas essentielle (Drawing Restraing 9) et sorti dans l’anonymat, ce qui veut tout dire ; Exodus qui fait moins bien que sur Tempo Of The Damned avec Shovel Headed Kill Machine mais qui excelle toujours en live par contre ; Dream Theater qui nous offre un des albums les plus chiants de carrière ; Zak Stevens qui avec Circle II Circle n’a decidemment pas un groupe à la hauteur de son talent ; Overkill et Paradise Lost [...]