Latest Content

Maktkamp – I Affekt

I Affekt est le premier album de Maktkamp, jeune formation norvégienne qui débarque cette année avec un mélange des genres bien énergique. Mais avant cela, parlons de la cover de l’album: signée Sigbjørn Lilleeng qui produit là une sorte de comics à sa manière, un peu bizarre mais très jolie, celle-ci interpelle visuellement avant qu’on ait entendu une seule note.

Great American Ghost – Torture World

Valeur montante de la scène metalcore nouvelle génération US, Great American Ghost passe au format EP suite à son dernier album Power Through Terror (2020). Le groupe de Boston a beau sortir ici seulement quatre morceaux, ceux-ci apparaissent paradoxalement comme les plus variés de sa discographie.

Schizophrenia – Recollections Of The Insane

Deux ans après le sympathique EP Voices, revoici les belges de Schizophrenia avec un premier long-format sous le bras. Repérés par le label ricain Redefining Darkness Records (Burial, Celestial Sanctuary…), les quatre gaillards d’Anvers reviennent toujours aussi inspirés par le thrash et le death de tradition, mais viennent ici ajouter encore plus de mélodie (par rapport à l’EP) à leur tambouille.

Abscession – Rot Of Ages

Quartet suédo-allemand formé il y a une douzaine d’années, Abscession officie dans un death metal old school mais tentant d’y apporter une dose de fraicheur. S’inspirant des scènes dites « classiques » des nationalités de leurs membres, le swedeath s’y montrant en pole position mais possédant des moments évoquant la scène death allemande, Rot Of Ages (leur second album après Grave Offerings, 2015) apparaît comme un modèle d’efficacité entre rugosité et mélodies.

Flames Of Betrayal – The Rain Reeks Of Heaven

Voici un album de metalcore comme on n’en a plus l’habitude d’entendre ! Flames Of Betrayal vient de Caroline du Nord et livre avec The Rain Reeks Of Heaven son premier album (faisant suite à l’EP Futility Of Hope – 2019), semble-t-il bien marqué par les débuts de la scène entre accents melodeath façon Gothenburg et moshparts appuyées.

Scarred – S/T

Cela fait déjà sept ans que Scarred n’avait pas livré de véritable album (Gaia-Medea étant sorti en 2013, que le temps passe vite !), une absence qui a aussi été scénique puisque le groupe luxembourgeois n’a pas foulé les planches depuis trois longues années (et ce ne sera malheureusement vraisemblablement pas pour tout de suite vu la situation actuelle), s’étant attelé avec soin à la composition et mise en boite de ce troisième album.

Puteraeon – The Cthulhian Pulse: Call From The Dead City

Monté en 2008 par des vieux briscards de la scène metal underground suédoise apparue dans les années 90 (Prophanity, Nominon ou encore Taetre), Puteraeon déploie depuis une dizaine d’année une discographie ayant une thématique conceptualisée autour des écrits d’un certain Lovecraft. Le fameux écrivain fantastique inspire souvent la scène metal (on peut citer par exemple The Great Old Ones) et c’est ici incrusté dans un bon vieux swedish death old school que le quartet entend le célébrer.

Ormskrik – S/T

En matière de metal extrême, tout le monde le sait, la Norvège a toujours eu un train d’avance sur la concurrence. Que ce soit dans le black ou le death de tradition comme dans les sons plus extravagants, de nombreux groupes ont su apporter une belle variété au genre. C’est là qu’Ormskrik débarque, armé d’un premier album – à la cover pourtant pas si engageante – renfermant une fusion personnelle de black et de thrash metal baignée d’une incroyable énergie.

Withering Surface – Meet Your Maker

Pour de nombreux groupes, la remise en activité après une longue absence semble être à la mode ces derniers mois. Vient aujourd’hui le tour de Withering Surface qui vient sûrement battre le record de la plus longue pause: seize ans ! Le groupe danois avait splitté suite à Force The Pace (2004) mais s’est remis en activité l’an dernier avec la quasi intégralité de son line-up originel, n’ayant qu’un seul nouveau bassiste (Jesper Kvist de Raunchy, remplaçant Kaspar Boye Larsen occupé chez Volbeat). Un retour aux fondamentaux du mélodeath ou une révolution sonore sur ce Meet Your Maker ?

Chronicle – Demonology

Tiens, si on chroniquait Chronicle ? Chronicle est un groupe danois formé en 2012 et qui a sorti son premier album Primordial Fear trois ans plus tard. Demonology prend donc sa suite aujourd’hui et j’avoue avoir été un brin perplexe suite à sa première écoute. M’attendant à du death metal, plutôt brutal voire old school, à la vue de la pochette, voilà que je me suis retrouvé avec du death mélodique… mais plutôt pas mal troussé !