Latest Content

Palace Of Worms – Cabal

Projet solo monté par Balan (Obso Obsidium, ex-Botanist), Palace Of Worms a débuté comme un projet solo de black metal lambda avant de s’ouvrir vers de très nombreuses inspirations où doom, death metal, influences goth, jazz et autres expérimentations se côtoient dans un univers moribond toujours très surprenant. Et s’il est la tête pensante du projet,Balan s’est quand même entouré d’une équipe très fournie et même assez surprenante sur ce Cabal, invitant par exemple Dylan Smith (Thief), Shelby Lermo (Ulthar, Vastum), Hunter Burgan (AFI), Andy Way (Sutekh Hexen) ou encore Trevor Deschryver (Lycus, Whirr). Une collection de collaboration pouvant [...]

Re-Buried – Repulsive Nature

En attendant un hypothétique nouvel album de Fórn (leur dernier en date remontant à 2018, ça commence à faire long !), son chanteur Chris Pinto s’est acoquiné avec quelques membres d’Un (le groupe de sludge/doom, deux pour être plus précis) pour monter Re-Buried qui sort son premier album chez Translation Loss Records (All Out War, Teeth…). Et si ces gars sont connus pour preeeendre leur temps vu qu’ils aiment le doooom, et bien on ne les attendait pas forcément à expédier ce Repulsive Nature en une petite demi-heure à peine !

Scalp – Black Tar

Originaire d’Orange County (Californie), Scalp débarque avec un second EP, le premier chez Closed Casket Activities. Un label qui leur convient parfaitement puisque habitué à sortir des galettes garnies de violence frontale (End, Vermin Womb ou encore Regional Justice Center parmi beaucoup d’autres). Et question violence, Scalp n’est pas en reste puisqu’il propose un mix personnel de grindcore, death metal, hardcore et powerviolence lié dans un enrobage sludge bien épais (Black Tar signifiant « goudron noir »).

Negative Vortex – Tomb Absolute

Negative Vortex (tout un programme !), ce sont deux brésiliens qui ont migré vers les Etats-Unis (du côté d’Oakland, Californie) pour faire du death metal. Après une première démo en 2015, le duo composé de M. Feschner (chant/guitare) et de Libra (basse/guitare/claviers/batterie) revient avec un premier album du même nom que la démo (Tomb Absolute) nous immergeant dans une atmosphère mouvante et souvent épique derrière sa violence.

Ashen – Ritual Of Ash

Jeune formation australienne ayant vu le jour en 2020, Ashen comporte en ses rangs des membres ayant fait leurs armes au sein de différents groupes de death metal underground locaux. Amateur de death old school comme des wagons de groupes actuels, le quartet de Perth débarque avec Ritual Of Ash, premier album faisant suite à un EP (Golden Oath – 2021), en proposant une version personnelle particulièrement groovy.

AHAB – The Coral Tombs

Après huit ans de silence, AHAB reprend du service. Les papas du « Nautik doom » se sont ici inspirés de l’une des œuvres les plus connues de Jules Verne, à savoir « Vingt Mille Lieues Sous Les Mers », leur permettant à loisir d’explorer les profondeurs. Des fonds marins aussi sombres qu’hostiles que le groupe allemand se plait à explorer en compagnie des personnages du roman, notamment le capitaine Nemo ou bien Pierre Arronax, le héros qui aura les honneurs du titre d’ouverture.

A La Carte – Soup Dejour

Il y a des soirs où vous hésitez: « on va voir le ptit groupe de death metal qui monte ou on se fait un resto ? » Et pourquoi pas combiner les deux ?! A La Carte est en effet un trio qui a la particularité de jouer costumé comme dans un grand restaurant (avec deux chefs cuistots et un maître d’hôtel, vous pouvez voir ça en vidéo ci-dessous) et qui axe les lyrics de Soup Dejour (français LV4) sur la préparation de plats, que de promesses !

Cryptae – Capsule

Habitué à sortir un album par an depuis ses débuts en 2017, voici la cuvée 2022 de Cryptae ! Et si je n’avais pas parlé l’an dernier de leur Decrepit Collection, c’est parce que les titres y figurant sont issus de leur sans-titre et de Vestigial dont je vous avais déjà touché un mot ici. Capsule se montre déjà comme l’œuvre la plus consistante de la discographie du duo néerlandais, comprenant neuf titres de leur death metal parmi le plus étrange qui soit.

Virgil – Acheron

Deux ans après le sympathique Divina Infernum (2020), les nordistes de Virgil reprennent du service, cette fois chez les découvreurs de talents bien de chez nous Source Atone Records. Avec son titre (et de même avec ceux des morceaux), Acheron a pour thème central la mythologie grecque et romaine, soient des inspirations de grandeur qui vont de pair avec un album spectaculaire.

Omnifariam – The Summoning

Si je vous dis « Puerto Rico », vous me répondrez certainement « océan », « plage », vacances » mais surtout pas « death metal ». Omnifariam en provient et prouve qu’on n’a pas forcément besoin de fjords ou de paysages enneigés pour faire du metal extrême !