Latest Content

Apes – Penitence

A l’heure où j’écris ces lignes, l’actualité politico-médiatique donne juste envie de hurler et/ou de donner des claques à de (trop) nombreuses personnes (ou les deux). A défaut de faire tout ça et avoir quelques problèmes judiciaires, Apes vient se charger d’extérioriser toute cette frustration via ce Penitence, second album (faisant suite a Lightless – 2017). Un second chapitre à la férocité salvatrice en cette période sombre.

Wormed – Omegon

Quand brutalité technique et thématique technologico/sci-fi font équipe, le nom de Wormed n’est jamais très loin ! Le groupe espagnol apparaissant aujourd’hui comme vétéran (sa formation datant de 1998) n’a jamais baissé le pied en matière de poutrage, ni dans son sens de la narration: son brutal death metal possédant une écriture très riche entre épopée galactique, manipulations cosmiques et autres termes dystopiques, notamment « la quête de l’omnipotence par le biais de la substance connue sous le nom d’Omegon.

[Mini-chroniques] Rattrapage mensuel (mai 2024)

Gatecreeper – Dark Superstition (Nuclear Blast Records) death mélodique

Les dernières photos promo ne mentaient pas, les gars de Gatecreeper se sont mis au melodeath à l’ancienne au point d’apparaitre avec des t-shirts de groupes phares du genre: In Flames en tête a été fortement écouté, mais aussi Dismember ou encore Grave. Nous avons donc aujourd’hui un groupe métamorphosé (édulcoré ?) qui ne ressemble presque plus du tout à ce qu’il était auparavant. Riffs mélodiques tout en puissance, vocaux plus aussi épais que sur leurs méfaits précédents, on est d’abord limite à se dire que le groupe aurait [...]

Neaera – All Is Dust

Officiellement remis en route avec un album éponyme sorti en 2020, Neaera revient avec l’intention de célébrer comme il se doit son vingtième anniversaire. Ce huitième album, All Is Dust entend-il révolutionner le son des allemands, situé entre death mélodique et metalcore ? Que nenni ! Le quintet de Münster reste fidèle à ce son, toujours reconnaissable, initié dès 2005 avec leur premier album The Rising Tide Of Oblivion.

200 Stab Wounds – Manual Manic Procedures

Quelques semaines après les avoir vus en live en compagnie de Vomit Forth, Signs Of The Swarm et Cattle Decapitation (live-report à lire ci-dessous), 200 Stab Wounds fait son retour sur album, trois ans après la révélation Slave To The Scalpel. Manual Manic Procedures fait figure de nouveau départ pour le groupe de Cleveland puisqu’il est passé de Maggot Stomp au géant Metal Blade Records et qu’il a intégré un nouveau guitariste (Raymond McDonald, passé notamment chez Frozen Soul).
Poursuivant dans son exploration du gore (évidente dès sa cover pouvant évoquer du vieux Carcass), les quatre gaillards mettent ça [...]

Voraath – Vol 1: The Hymn Of The Hunters

Débarquant de sa Caroline du Nord natale, Voraath aurait très bien pu débarquer d’une planète lointaine au vu de leurs costumes de scène pour le moins originaux (vous pouvez juger par vous-mêmes). Le groupe composé en réalité de membres et ex-membres de formations diverses comme Xael, Implosive Disgorgence, Accursed Creator ou encore Rapheumets Well, s’inspire ici forcément d’univers dystopiques et de science-fiction, avec en plus quelques références Lovecraftiennes (« The Leviathan’s Keep », sonnant par ailleurs un peu comme un Cattle Decapitation qui aurait participé à la bande originale d’Alien).

Desekryptor – Curse Of The Execrated

Sorti l’an dernier chez Blood Harvest Records, Vortex Oblivion, le premier album de Desekryptor a quelque peu éclipsé leur EP Curse Of The Execrated sorti seulement trois mois auparavant ! Le duo composé du batteur/chanteur PA et du guitariste/bassiste ES le ressort donc cette année, pas sur K7 (comme cela était le cas dans sa premiere version provenant de chez Caligari Records) mais sur CD via Nuclear Winter Records.

Cutterred Flesh – Love At First Bite

Titre un peu neuneu mais rigolo, cover un peu cracra, les tchèques de Cutterred Flesh possèdent tous les atours du groupe de brutal death lambda totalement oubliable. Et si on avait un peu tort ?

Mandibula – Self Devourment

Composé de membres de formations diverses appréciant les expérimentations ainsi que la noise, tels La Colonie de Vacances, John Makay, Les Agamemnonz, Pyjamarama ou encore Spelterini, Mandibula déboule avec un premier long-format de… death metal. Oui, c’est qu’on attendait pas vraiment leurs membres dans ce registre vu leur pedigree, mais finalement pourquoi pas ?

Cognitive – Abhorrence

Cinquième album pour Cognitive, quintet du New Jersey comptant notamment en ses rangs le batteur de Hath AJ Viana et le guitariste live de Revocation Harry Lannon. Et après trois albums chez le spécialiste du death à tendance slam ou core Unique Leader Records, le groupe s’offre un nouveau départ en débarquant sur la grosse machine qu’est Metal Blade Records pour cet Abhorrence !