Latest Content

Pharaoh Overlord – 6

Pharaoh Overlord est un groupe finlandais débuté il y a vingt ans sous la forme d’un groupe de stoner rock dans la veine d’un Hawkwind avant de connaître des bouleversements de line-up sur son album précédent (5 – 2019). Autrefois quintet, les finlandais ne sont désormais plus que deux, Tomi « Florian » Leppänen et Jussi « Ralf » Lehtisalo, tous deux officiant aussi dans Circle. Le duo en a donc profité pour faire une totale refonte de leur son, le stoner psyché s’est alors transformé en electro/kraut dansante et planante avec un son disco (si si !) typique des années 70 (!).

Undeath – Lesions Of A Different Kind

Voilà un jeune trio qui monte ! Undeath n’est actif que depuis un an à peine mais le groupe de Rochester (New York) a déjà multiplié les sorties (notamment au format démo et split en compagnie de Sentient Autolysis) avant de débarquer chez Prosthetic Records pour son premier album. Lesions Of Different Kind interpelle déjà par son artwork old school (œuvre du batteur, couplé à un logo illisible) puis par son death metal (au diapason) autoproclamé « skull crushing death metal ». Tout un programme !

Ancient Thrones – The Veil

Anciennement nommé Abysseral Throne, Ancient Thrones vient du Canada et officie dans un blackened death metal plutôt virulent et technique. Première livraison de cette nouvelle ère pour le groupe, The Veil est un concept-album autour de l’introspection, suivant le parcours d’un individu auquel l’on peut s’identifier, pour presque une heure de son.

Voreus – The Proclamation

Si vous êtes en manque d’ultra violence bien basse du front, Sentient Ruin pense bien à vous en publiant à tour de bras des albums plus monstrueux les uns que les autres. Un monstre qui vous fixe d’ailleurs sur la cover de The Proclamation (sorti une première fois en autoprod il y a tout pile deux ans), premier album de ce gang allemand anonyme (pas tant que ça en réalité puisque composé de membres de Funeral Procession, Fiat Nox et Cult Of Extinction).
En un peu plus de vingt-trois minutes, c’est torché ! Voreus déverse sans sommation un black/death/war [...]

Wyrmwoods – Gamma

Projet solo d’un certain Nuurag-Vaarn, entité mystérieuse basée à Oulu (Finlande), Wyrmwoods fait du black metal plutôt avant-gardiste depuis quelques années, ayant déjà sorti deux albums (Earth Made Flesh en 2017 et Spirit & Teeth l’an dernier) avant ce Gamma. L’univers déployé par le finlandais est assez unique, possédant l’esthétique sonore des années 90’s ainsi qu’une écriture plutôt singulière.

Skelethal – Unveiling The Threshold

Second véritable album pour les lillois Skelethal (après Of The Depths, sorti il y a trois ans), bien décidés à poursuivre leur ouvrage hommage à la scène death des 90’s. Unveiling The Threshold n’entend en rien révolutionner le genre, orientant son propos vers le côté suédois de la Force, notamment dans le sillage de Dismember ou Entombed.

Cryptae – Nightmare Traversal

Infatigable René Aquarius ! Le néerlandais aux mille projets extrêmes est en ce moment très actif ayant déjà sorti cette année des albums avec ses projets Dead Neanderthals (Blood Rite) et Plague Organ (Orphan, dont on a parlé ici il y a quelques semaines), le voilà de retour avec Cryptae. Avec ce projet, toujours en compagnie de son collègue guitariste/growleur Kees Peerdeman, il nous entraîne non pas jusqu’au bout de la nuit, mais au fond d’un tourbillon opaque dans lequel vivrait quelques créatures démoniaques…

Puteraeon – The Cthulhian Pulse: Call From The Dead City

Monté en 2008 par des vieux briscards de la scène metal underground suédoise apparue dans les années 90 (Prophanity, Nominon ou encore Taetre), Puteraeon déploie depuis une dizaine d’année une discographie ayant une thématique conceptualisée autour des écrits d’un certain Lovecraft. Le fameux écrivain fantastique inspire souvent la scène metal (on peut citer par exemple The Great Old Ones) et c’est ici incrusté dans un bon vieux swedish death old school que le quartet entend le célébrer.

The Myopia Condition – Event Horizon

Jeune formation provenant de Red Deer (Alberta, Canada), The Myopia Condition propose avec ce Event Horizon son premier album. Les amateurs de science-fiction auront fait le rapprochement avec le titre du film de 1997 (avec Sam Neill et Laurence Fishburne), c’est donc cette même thématique spatiale qui accompagne la musique des canadiens. Et cette musique est à la fois virulente et technique, le quintet annonçant des influences chez Periphery, Meshuggah, Lamb Of God et Oh Sleeper.

Dysylumn – Cosmogonie

C’est désormais comme une tradition depuis Chaos Primordial (2016), Dysylumn sort un album tous les deux ans. Cosmogonie succède donc à l’impressionnant Occultation qui avait fait partie de mes coups de cœur de 2018. Comme à son habitude, le duo lyonnais a travaillé le concept de son album dans les moindres détails, ce coup-ci même au niveau du support. En effet, on se retrouve ici avec trois chapitres découpés en trois albums (disponibles en vinyle, CD et K7, tous par trois donc), et on comprend rapidement un tel découpage car Cosmogonie s’avère être particulièrement dense.