Latest Content

Opprobre – Fragments de Destinées

Etant donné leur nom (mais on ne va pas leur jeter, que ses membres se rassurent !), Opprobre annonce clairement les choses, ça n’est pas la grosse rigolade chez eux ! Ce groupe situé entre Montpellier et Paris s’est déjà signalé en 2017 en signant Le Naufrage, premier album qui a fondé les bases de leur musique, située à la croisées des genres… forcément mélancoliques.

Ætheria Conscientia – Corrupted Pillars Of Vanity

Originaire de Nantes, Ætheria Conscientia a déjà fait parler de lui avec son premier album Tales From Hydhradh (2018). A la croisée du black metal et du jazz progressif, le quartet avait su habiller sa musique d’un univers très particulier dédié à Hydhradh, ville spatiale imaginée par le groupe, détail parmi tout un univers entre mythologie et science-fiction. Un concept qui aurait totalement sa place dans une collection de BD, surtout que le groupe soigne aussi ses artworks dans cette optique (très réussis et signés par un certain Amaury Pottier). Une grande créativité qui se matérialise aussi dans sa [...]

End Of Mankind – Antérieur à la Lumière

Voilà un groupe au nom particulièrement en phase avec la teneur des actualités internationales du moment: End Of Mankind, c’est qu’on a souvent envie de valider l’idée ces temps-ci ! Les parisiens -découverts pour ma part l’an dernier avec leur très bon premier opus Faciem Diaboli – ont décidé de ne pas perdre de temps et de déjà sortir le second (avec même entre les deux un album Live in Paris, sorti en septembre dernier). Antérieur à la Lumière naît dans un contexte assez particulier, le quintet étant retourné en studio plus tôt que prévu, suite à l’annulation d’une [...]

In Cauda Venenum – G.O.H.E.

Quelques semaines après sa participation au dernier album de Crépuscule d’Hiver, le batteur lyonnais N.K.L.S. fait son retour avec son projet In Cauda Venenum (dans lequel accompagne un certain Ictus, officiant au chant, à la guitare et à la basse). Officiant ensemble depuis déjà dix ans, le duo a sorti un premier album éponyme en 2015 puis un split à trois têtes l’année suivante en compagnie de Spectrale (ayant un nouvel album à venir, on parlera d’eux bientôt) et Heir, split sur lequel on pouvait entendre leur réinterprétation du thème de Laura Palmer (Twin Peaks). Sur ce G.O.H.E, le [...]

Tuscoma – Discourse

Découvert en live lors de leur tournée européenne en compagnie de Chaviré (très bon screamo nantais), Tuscoma est un duo néo-zélandais qui m’avait alors fait forte impression. En effet, la puissance dégagée sur scène était alors impressionnante, notamment celle du batteur qui frappait si fort que les premiers rangs recevaient des morceaux de cymbales sur la tête (ça surprend !). Deux ans plus tard, les deux gaillards viennent donner une suite à leur prometteur début Arkhitecturenominus (2018) en redéfinissant à leur guise le post-black metal.

Aversio Humanitatis – Behold The Silent Dwellers

Trois ans se sont écoulés depuis le très bon EP Longing For The Untold, les mystérieux Aversio Humanitatis ont depuis été discrets avant de signer chez Debemur Morti Productions (Blut Aus Nord, White Ward, Archgoat…). Behold The Silent Dwellers arrive donc comme le second long-format (neuf ans après Abandonment Ritual) de ce trio – dont il est désormais possible de trouver l’identité (deux vénézuéliens et un espagnol qui ont déjà une solide expérience dans divers projets UG) – dans la droite lignée de son prédécesseur. La base est en effet similaire, soit une alliance bien opaque de black metal [...]

Within Nostalgia – Conjuring A New Reality

Considéré malgré lui comme fondateur du mouvement post-black metal, Agalloch aura cessé ses activités avant de voir éclore de nombreux nouveaux groupes ayant pour ambition, comme eux, de mêler black metal et phases atmosphériques immersives. Pourtant, peu de groupes sont vraiment allés explorer le sillage du groupe de Portland, la plupart préférant chercher dans les années 80 des influences venues du shoegaze. Within Nostalgia en intégrera lui aussi à son black metal, tout comme ces quelques influences « agallochiennes » dont je parlais, et ce jusque dans sa cover avec la présence d’un cerf…