Latest Content

Thot – Delta

Collectif belge actif sous cette forme depuis une quinzaine d’années, Thot multiplie les sorties, remixes, EP et trois albums avant ce Delta. Célébrant pour le coup son arrivée chez l’excellent Pelagic Records (The Ocean), le groupe mené par Grégoire Fray ne cherche pas à stagner mais à toujours rechercher des façons de se réinventer.

Darius – Murmuration

Quintet suisse actif depuis une bonne dizaine d’années, Darius est pourtant très confidentiel (je ne le découvre qu’avec la proposition de chronique de ce nouvel album !) malgré sa présence au sein du roster de l’excellent label local: Hum(m)us Records (ils s’amusent à mettre un m ou deux). Apres Clôture (2015) et Voir (2020), le groupe originaire de Bulle sort Murmuration, de quoi agrémenter l’édifice helvète d’une troisième pierre, que dis-je, une PIERRE tant le son concocté par l’inénarrable Amaury Sauvé (Birds In Row, Plebeian Grandstand…) apparait massif.

Junon – Dragging Bodies To The Fall

Junon, ce sont d’anciens General Lee ayant décidé de continuer à délivrer un post-hardcore comme aux origines du style (qu’on appelait pas encore « post-metal » à l’époque). Après un premier EP en 2021 (The Shadows Lengthen), revoici les nordistes armés d’un premier long-format à l’énorme intensité, aussi mélodique qu’émotionnelle.

Night Verses – Every Sound Has A Color In The Valley Of Night

Si vous suivez un peu l’actu de Night Verses, ce titre d’album doit forcément vous parler. Car même si l’on ne l’a pas chroniqué ici, une première partie d’Every Sound Has A Color In The Valley Of Night l’année dernière. Revoici donc cet album agrémenté d’une seconde partie toute aussi spectaculaire avec à nouveau des invités de marque: Brandon Boyd d’Incubus, Author & Punisher et Anthony Green de Circa Survive/Saosin/L.S. Dunes qui répondent à Justin Chancellor de Tool, seul guest sur la première partie).

Fragile Figures – Decades

Un an après la spectaculaire odyssée qu’était Anemoia, Fragile Figures fait son retour avec un single, préambule à ce qui sera un nouvel album. Decades, puisque c’est son petit nom, nous plonge à nouveau dans l’univers cinématique sci-fi du duo, cependant d’un côté sensiblement plus calme que sur le dernier album.

Zahn – Adria

Projet allemand monté autour de membres ou ex-membres de The Ocean Collective, Einstürzende Neubauten ou encore HEADS. (pas des débutants donc !), Zahn est un groupe ayant souhaité pour son nouvel album mettre en musique les vacances d’été d’un européen moyen. Alors certes, vous me direz que le timing choisi est vraiment mauvais vu qu’on vise désormais les vacances de Noël, mais rien ne vous empêchera de ressortir cet Adria à ce moment-là pour vérifier si l’effet recherché est bien là (mais pas d’inquiétude, on est très loin de la « Soka Dance » ou de « la Macarena » !).

Volkor X – The Loop

Projet solo d’un étrange gaillard affublé d’un masque évoquant un Predator version SM, Volkor X navigue discrètement à bord de son vaisseau intergalactique depuis déjà quelques années, ayant signé les albums This Means War (2016) puis This Is Our Planet Now (2020) avant celui-ci (ce dernier fait en réalité office de préquel). Ayant démarré comme un projet post-rock agrémenté de passages électroniques, le mystérieux personnage a peu à peu densifié ces derniers et même intégré des éléments synthwave à sa tambouille, renforçant la facette spatiale de son univers. Un parti pris encore plus approfondi sur The Loop.

Karambolage – Prås

Non, rassurez-vous, ceci n’est pas un album dédié à la très bonne émission d’Arte comparant culture française et allemande (par ailleurs chaudement recommandée et trouvable sur le tube), ce Karambolage-là est un trio danois dont les membres ont notamment évolué chez Bersærk ou Eigengrau (inconnus à mon bataillon). Prås (« muguet »), leur premier album (à la cover discutable) est un improbable mélange d’influences très variées.

Haythem Mahbouli – Last man on earth

Haythem Mahbouli est un multi-instrumentiste et compositeur/producteur tunisien (désormais basé à Montréal) dont les envies musicales se rangent à mi-chemin entre musique classique et ambient. Déjà auteur de Catching Moments In Time en 2019, le voilà qui fait son retour avec le concept-album Last man on earth. Rien à voir avec la série humoristique du même nom, même si ce nouvel album nous met aussi dans la peau du dernier survivant sur Terre.