autres

Nursing – Self Care

Side-project de deux membres de Needle Play, mathcore jazzy de Boston, Nursing dégage le jazz de là au profit d’une mixture aussi technique que brutale, pleine de chaos et d’expérimentations mûries durant les trois dernières années. Self Care est un beau bordel organisé magnifié par la patte d’un certain Chris Dearing (The Sound That Ends Creation), officiant ici au mix et au mastering, rendant l’expérience d’écoute encore plus difficile.

夢遊病者 (Sleepwalker) – Noč Na Krayu Sveta

Qui dit nouvelle sortie chez Sentient Ruin dit nouveau challenge pour l’auditeur. 夢遊病者 (ce qui signifie Sleepwalker) propose en effet quelque chose hors norme, distordu, difficile à encaisser tant ce son est abstrait et blindé d’inattendu. Ce trio anonyme russo-américano-japonais sait y faire en matière de bizarrerie musicale, mélangeant ici black metal, free-jazz, improvisations noise, krautrock, drone etc.

My Own Private Alaska – Let This Rope Cross All The Lands

Autrefois considéré comme une véritable « next big thing », My Own Private Alaska (aka MOPA) s’est pourtant éclipsé aussi vite qu’il est apparu. Un concept unique de screamo accompagné de piano sur un EP percutant, suivi par un premier album (Amen – 2010) enregistré par un certain Ross Robinson (Slipknot, At The Drive-In etc.), tout était là pour maintenir le groupe toulousain au sommet.

Tendinite – Neither/Nor

Après deux EP bien agréables, voici que Tendinite se ramène enfin avec un véritable premier album histoire de ne plus nous laisser sur notre faim (comme je le déplorais sur ma chronique de Back In The Storm). Sur ce Neither/Nor, le trio rémois explore à nouveau les multiples facettes du garage rock, entre tradition old school, tendances psychés, noise ou encore punk, et incorpore tout ça toujours dans une énergie très contagieuse.

Mini-chroniques de fin d’année, la première vague…

La fin de l’année approche à (trop) grands pas et force est de constater que de nombreux albums de l’année 2020 ne figurent pas (encore) sur votre webzine favori. Manque de temps ou d’inspiration (voire les deux), voici quelques oubliés/découvertes de 2020 valant le détour sous forme de mini-chroniques. Et comme on dit pour le covid, il y aura d’autres vagues bientôt, prenez soin de vous !

Duma – S/T

Figurez-vous qu’une scène grind existe en Afrique, Duma s’étant assimilé à cette scène depuis quelques années même si sa musique contient énormément d’autres influences. Le duo Sam Karugu/Lord Spike Heart s’est établi à Nairobi (Kenya) mais a campé à Kampala (hoho!), capitale de l’Ouganda, plus précisément aux Nyege Nyege Studios, explorateur sonore local, où ils resteront pas moins de trois mois afin d’enregistrer ce Duma (« noirceur » en langue kikuyu, dialecte kenyan), mélange d’influences metal et d’electro très sombre.

Golden Fangs – Golden Fangs EP

Golden Fangs est un duo basé entre Lyon et le village de Champtercier (Alpes du Sud), composé de Julien Guillot (Stazma The Junglechrist) aux machines et d’Olivier Timoteo (Picore, Von Magnet, Usul Prod) à la guitare et à la basse. Tous deux sortent avec cet EP les trois premiers titres de leur histoire, montrant déjà une forte personnalité !

Non Serviam – Le Cœur Bat

Dans le genre curiosité pour public ayant le cœur bien accroché, voici Le Cœur Bat par Non Serviam, projet collectif anonyme parisien qui définit sa musique comme de l’industrial/experimental/black metal/grindcore/trip hop/baroque/electro/doom/crust (pfiou ça en fait beaucoup là non ?!) et actif depuis quelques années (son premier album Un peu d’amour pour la haine datant de 2014). Et même si l’on peut rester quelque peu perplexe devant cette impressionnante liste stylistique, une fois ce nouvel album lancé on se rend compte que Non Serviam ne ment absolument pas.

Baume – Un Calme entre les Tempêtes

L’Odeur de la Lumière (2019) s’étant à peine dissipée, voici que Baume nous revient déjà avec un nouvel EP. Un Calme entre les Tempêtes opère de nombreuses modifications dans la façon de faire de Baume: tout d’abord on trouve cette fois Gaétan Juif seul aux commandes (aux instruments comme aux voix en passant par l’enregistrement et même l’artwork), le seul apport extérieur ne sera que le mastering, assuré par le réputé Jack Shirley (Deafheaven, Gouge Away, State Faults). Mais surtout, le principal bouleversement chez Baume est clairement la musique qui s’éloigne bien tout ce qu’on avait entendu chez eux [...]

Witchcraft – Black Metal

Attention titre très trompeur ! Non Witchcraft n’a pas troqué ici son heavy/doom à tendance psychédélique contre des corpsepaints et des clous. Ce Black Metal est un album acoustique signé uniquement par le leader du groupe Magnus Perlander et sa guitare (et un tout petit peu de piano pendant « Sad Dog »). Annoncé comme un mélange du « minimalisme de Bill Callahan et de la tendresse d’Elliott Smith« , ce court album (sept titres pour un peu plus d’une demi-heure) nous entraîne, pour faire référence à son titre, vers des contrées plutôt sombres…
… mais aucunement metal (vous l’aviez déjà compris). Black [...]