emo/screamo/noise

Black Matter Device – Autonomous Weapons

Après les secoués Moderns Frenetics puis Hostile Architecture, il était écrit que Black Matter Device finirait chez Dark Trail Records. Le label du fondateur de Mathcore Index apparait comme la plus logique des destinations pour le combo de Richmond (Virginie) tant leurs affinités pour le bordel (maîtrisé) sont communes. Autonomous Weapons ne déroge pas à la règle…

Mustasuo – Hiljaisuus

Deux ans après l’explosif Katharsis, les finlandais Mustasuo font leur retour avec ce Hiljaisuus, mot finnois signifiant « Silence ». Et du silence, on ne va pas trop en avoir sur ce nouvel album qui se montre d’emblée dans le sillage de son prédécesseur à base de crust hardcore à voix plutôt haut perchée.

Anna Sage – S/T

Après deux EP remarqués dans le microcosme du hardcore pour fans d’équations et autres parallélépipèdes rectangles (The Fourth Wall en 2014 et Downward Motion en 2018), les frenchies Anna Sage respectent à nouveau leurs quatre années entre deux livraisons mais passent cette fois à la vitesse supérieure. Signature sur un label conséquent (Klonosphere via Season Of Mist, mais aussi d’autres plus modestes structures pas piquées des hannetons comme Zegema Beach, Dingleberry ou Itawak Records), retour de Francis Caste (Kickback, Hangman’s Chair…) derrière la console et format plus étendu pour célébrer leur véritable premier album.

Soul Glo – Diaspora Problems

C’est toujours un plaisir de retrouver les allumés de Soul Glo (que j’avais eu la chance de pouvoir voir en live avant le covid), désormais bien implantés chez Epitaph Records (il s’agit là de leur seconde sortie sur le label de Brett Gurewitz – de Bad Religion) et leur mixture de punk hardcore (et quelques variations screamo) et de moments hip hop se payant le luxe de ne jamais paraître hors propos.

Drug Church – Hygiene

Avec une cote de popularité en augmentation constante, surtout après des tournées sur lesquelles le groupe était bien entouré (j’ai eu la chance de les voir en live il y a quelques années en compagnie de Title Fight) et un Cheer (2018) sonnant toujours aussi bien quatre ans après, autant dire que Drug Church était attendu au tournant avec ce quatrième album !

Wounded Touch – Americanxiety

La scène hardcore metal actuelle bouillonne considérablement en ce moment, de jeunes pousses vont et viennent avec aplomb et atomisent l’espace avec leur mix violence/chaos/énergie (citons par exemple Pupil Slicer ou Vein.fm dernièrement). Ajoutons Wounded Touch dans cette catégorie, jeune formation du Michigan qui aime le bordel et les espaces clos.

Bleed – Somebody’s Closer

Fin des 90’s, début des années 2000, explosion du néo metal et autres variantes du rock « dur » (aussi appelé alternatif), lecture assidue de Rock Sound (parce qu’on a pas encore l’adsl), ça vous rappelle quelque chose ? Si vous vous reconnaissez là, Bleed apparaît comme l’une des nouvelles sensations qui n’aurait pas dépareillé à l’époque en tête de gondole du magazine de Thomas VDB (oui, il était rédac chef à l’époque). *Soupir nostalgique*

Bitter Branches – Your Neighbors Are Failures

Pour l’amateur de hardcore (aussi punk, noise que post), Bitter Branches représente sûrement l’un des supergroupes les plus excitants du moment. Constitué de Matt Ryan (Calvary) and Kevin Sommerville (Lighten Up) aux guitares, Dan Yemin (Paint It Black, Lifetime) à la basse, Jeff Tirabasi (Walleye) à la batterie et enfin l’emblématique Tim Singer (Deadguy, Kiss It Goodbye) dont les vocaux sont immédiatement reconnaissables, cette jeune formation de vétérans de la scène 90’s officie dans une optique discordante et rageuse.

Big Water – Park

Trio composé de membres de Bummer et de Canyons, Big Water revient moins d’un an après avoir livré son premier long-format …And I’m All Out Of Shit To Fuck Up (sorti en mai 2021). Les gars de Kansas City sortent avec Park cinq nouveaux titres dans la lignée de leur album, quelque part à la frontière du screamo, du post-hardcore (premier du nom) et du noise rock.