#2017

The Texas Chainsaw Dust Lovers – Film Noir

Un peu plus de trois ans après ma découverte de The Texas Chainsaw Dust Lovers par l’intermédiaire de leur sympathique EP  The Wolf Is Rising (2014), j’ai quelque peu perdu de vue le quartet parisien qui a pourtant sorti en 2016 un premier long-format (dont je n’ai pas eu connaissance) intitulé Me And The Devil. A peine un an plus tard, revoici le groupe armé d’un second album dont le titre, Film Noir, ne ment pas, cet album aurait bien pu servir de bande originale à un film du genre, ou plutôt à celle d’un western car l’atmosphère semble toujours située [...]

Black Turpentine – Failure

Les envies emo de Converge sur son dernier album vous ont déçues ? Vous appréciez le hardcore chaotique de la fin des 90’s ou début 2000 ? Black Turpentine pourrait bien très fortement vous réjouir ! Formé du côté de Bordeaux en 2014, le jeune groupe livre avec Failure un premier album au bon goût de chaos authentique…

Fixions – ヘッドハンター

MOAR SYNTHS! Alors que Carpenter Brut et Perturbator explosent un peu partout, Fixions reste un peu plus dans l’ombre alors qu’il y a beaucoup d’éléments en commun avec ces derniers. Leur date de création (2012), leur origine made in France (même si Fixions est plus au sud, à Aix-en-Provence plus précisément) et enfin le style pratiqué: la synthwave top-qualité.

sittingthesummerout – Brick and Mortar

Après Pas du Tout (2015) et Could It Rain Forever? (2016), les milanais de sittingthesummerout sont de retour avec un troisième EP au titre parodiant l’une des meilleures séries d’animation de ces dernières années (Rick and Morty, pour les largués). Musicalement, le quintet n’est pourtant pas vraiment dans le même délire, au contraire même puisque leur post-hardcore s’oriente plus vers la mélancolie.

Arch Enemy – Will to Power

Alors comme ça il serait donc tout pourri le nouvel album d’Arch Enemy avec Alissa White-Gluz, la miss aux cheveux bleus qui a eu la lourde charge de remplacer Angela Gossow au chant ? Incroyable comme ça moutonne sur le web pour s’empresser de castagner un album qui ne le mérite pourtant pas plus qu’au hasard, le dernier Morbid Angel…

Le néo-métal en 2017 ? Ou pas. 3 albums de 2017 à retenir dans le genre.

5h40 du matin et je m’interroge : le néo-métal existe-t-il encore alors que 2017 se termine et que 2018 apparaît? Bon ok derrière ce titre racoleur et cette question à la con en ouverture de l’article, se cache surtout un prétexte pour écrire quelques lignes sur des albums sortis en 2017 que je rattache (un peu abusivement pour certains) au genre, ou qui me semblent en tout cas contenir en eux les éléments propres au néo métal des années 2000, avec un gros penchant pour la mélodie, la structure hyper classique couplet/refrain. Et surtout des albums que je retiens [...]

Virgil – Initium

Le deathcore a-t-il tout dit ? Y a-t’il encore un intérêt à jouer du deathcore ? Deux questions que j’ai eu tendance à me poser ces dernières années tant le genre m’a paru tourner en rond. Puis voilà qu’on m’a proposé le premier EP de Virgil, jeune formation nordiste (débutée en 2016) dont le name-dropping de promo « Pour les fans de Thy Art Is Murder, Behemoth et The Black Dahlia Murder » (soient trois groupes assez différents les uns des autres) m’a incité à tenter l’écoute.

Sutrah – Dunes

“ Mesdames et Messieurs, bienvenue en cette nouvelle journée de compétition des Jeux olympiques du Metal, avec une discipline qui nous tient particulièrement à cœur : le Death-Metal Technique. N’est-ce pas Michel ?
– Oui absolument Henri, une épreuve très attendue par les amateurs du genre, et nous avons ici une jeune formation québécoise bien décidée à en découdre !
– C’est effectivement un premier essai longue durée pour Sutrah, qui avait sorti en 2015 une démo de deux titres tout à fait alléchants, et qui tente aujourd’hui une belle confirmation.
– Alors, quand même, soulignons que nous n’avons [...]

Hot Water Music – Light It Up

Groupe référence pour bien des kids issus de la grande famille du punk, de l’emo ou encore du (post-) hardcore façon US, Hot Water Music est établi depuis maintenant 25 ans et livre depuis tout ce temps un mélange intact de ces courants. Pour son huitième album Light It Up (arrivant après plus de cinq ans de silence), le combo de Gainesville (Floride) n’a pas bouleversé sa musique d’un iota. De quoi s’inquiéter ou bien se réjouir ?

The Last Of Lucy – Ashvattha

Des champignons, un cerveau, une pyramide et plein d’autres éléments spatiaux, pas de doute à avoir, on va triper un maximum avec The Last Of Lucy. Sauf qu’avec leur logo, on peut tout de suite rejeter nos attentes stoner en faveur du death metal technique. En effet, le groupe en joue bien mais y incorpore de nombreux éléments issus d’autres styles comme du mathcore, du grind, un peu d’electro façon sci-fi et du jazz.