#Those Opposed Records

Christicide – Upheaval of the Soul

Auteurs d’un premier album très prometteur – une usine à riffs bien black aux accents un poil thrashisants , les petits français reviennent achever leur auditoire avec ce très attendu Upheaval of the Soul.
« To conquer the night, and to become the night… A.M.S.G. » annonce le livret à l’ouverture du jewelcase. En ouvrant le dit livret, on trouve en son cœur une photo live du groupe (d’ailleurs assez énorme à voir en live, si vous avez l’occasion!) flanquée d’un « Death is the puberty of the soul ». Bien, le ton est donné, Christicide nous offre donc son voyage de l’âme.

Caïnan Dawn – Nibiru

Après une démo prometteuse (In Darkness I Reign, 2007), les français de Caïnan Dawn nous ont offert leur première sortie album début 2011 chez Those Opposed Records.
Ils commencent sur « Noen », intro classique s’il en est, aux tonalités ambiantes inquiétantes. C’est quand attaque le riff du magistral « Masticatione Mortuorum » qu’on comprend de quel bois ces Caïnites se chauffent. Avec sa lead black bien en avant à la mélodie si marquante, son chant très à propos et son exécution technique d’une précision dantesque, ce titre constitue une entrée parfaite dans le monde de Nibiru. Le riff principal de « Forsaken » se [...]

Irrwisch – Demo

Il est des albums qui nous tombent dessus sans raison apparente, à des périodes où nous n’attendons pas grand chose en matière de black, et qui nous collent une immense baffe. La première sortie des néerlandais d’Irrwisch fait partie de ces petites révolutions qui prouvent que le black métal n’a jamais perdu la fibre et a su élargir son horizon.
Les trois entités qui composent Irrwisch ont affuté leurs armes avec un premier projet, Widergeist, avant de préparer leur coup de maître. La pochette annonce la couleur: pas foncièrement belle mais le paysage est intriguant et désolé. Ce n’est [...]

Austere – Withering Illusions and Desolation

En voilà un disque de saison au bel aspect de bronchite dans le caniveau, filandreuse et blanchâtre, à peine lavée par la première pissée du matin. La musique de ce duo australien remonte d’un endroit qui ne s’évoque pas sans un frisson, et du regard arrache au mieux la condescendance. Car elle est, en totalité, ruine et dénuement. Elle pointe un index accusateur vers Shining et leurs errances glamour. Avec Austere l’idée de déclin propre au black metal dit “dépressif” quitte l’angoisse pour l’évidence, voire la tentation. La guitare, réduite à l’état de dépouille, n’existe que pour reproduire l’écho [...]